Élargissement de l’A480 : l’union de quartier Berriat réclame un mur anti-bruit

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – Une pétition réclame la construction d’un mur anti-bruit le long de l’A480 sur un peu moins de trois kilomètres, entre le pont du Vercors à l’échangeur du Rondeau. Alors que des protections phoniques sont prévues plus au sud et de l’autre côté de l’autoroute, l’union de quartier Chorier-Berriat-Saint-Bruno estime avoir été oubliée par l’État et le concessionnaire Area.

 

 

Dans une pétition, une union de quartier réclame la construction d'un mur anti-bruit le long de l'A480 entre le pont du Vercors à l'échangeur du Rondeau.En attendant le coup d'envoi des travaux à l'élargissement de l'A480 dans la traversée de Grenoble, coup d'envoi des... recours en justice.

L’A480, concé­dée à Area (APRR/Eiffage) va être réamé­na­gée pour pas­ser en deux fois trois voies sur 7 kilo­mètres. © Area

Cela fait un an que l’union de quar­tier Chorier-Berriat-Saint Bruno réclame la construc­tion d’un mur anti-bruit le long de l’A480, entre le pont du Vercors et l’é­chan­geur du Rondeau.

 

Mais les cour­riers adres­sés en juillet der­nier à Area, le maître d’ou­vrage des tra­vaux d’é­lar­gis­se­ment de l’A480, et au pré­fet de l’Isère sont mani­fes­te­ment res­tés lettre morte.

 

« Aucun amé­na­ge­ment com­plé­men­taire n’est utile sur cette par­tie du tracé, nous ont-ils fait savoir », sou­ligne Hervé Derriennic, le secré­taire de l’u­nion de quar­tier. Quel que soit le scé­na­rio – vitesse limi­tée à 90 km/h ou vitesse maxi­male rabais­sée à 70 km/h –, le pro­jet ne pré­voit en effet rien sur cette por­tion des abords de l’A480, comme le montre la carte des murs de pro­tec­tion pho­nique.

 

 

Une pétition de 525 signatures

 

L’union de quar­tier s’est donc lan­cée dans le porte-à-porte, péti­tion en main. Et, forte de 525 signa­tures de rive­rains et usa­gers, refrappe à la porte d’Area et du pré­fet* pour récla­mer la pro­lon­ga­tion plus au sud du mur anti-bruit, au droit de Point P et de l’usine Umicore (ex-Eurotungstène). Prolongation qu’ont pour leur part obte­nue des rive­rains et l’u­nion de quar­tier des Eaux-Claires au terme de la pre­mière enquête publique. Celle-ci s’é­tait sol­dée par un avis favo­rable des com­mis­saires-enquê­teurs moyen­nant une réserve.

 

Elargissement de l'A480 : scénarios à 90 et 70 km/h : un peu plus, un peu moins de mur anti-bruit (document extrait du dossier d'enquête publique)

Élargissement de l’A480 : scé­na­rios à 90 et 70 km/h : un peu plus, un peu moins de murs anti-bruit (docu­ment extrait du dos­sier d’en­quête publique)

 

Pour l’u­nion de quar­tier Chorier-Berriat-Saint-Bruno, cet amé­na­ge­ment est non seule­ment indis­pen­sable pour pro­té­ger les popu­la­tions des nui­sances sonores et atmo­sphé­riques, mais il s’im­pose au vu de la réponse faite par la ministre de l’Écologie Nelly Olin en 2007 à une ques­tion écrite du séna­teur Jean-Louis Masson.

 

Alors que le par­le­men­taire s’in­ter­ro­geait sur les normes régle­men­taires de bruit le long des auto­routes, la ministre avait sou­li­gné la néces­sité de prendre en compte, en amont, les nui­sances sonores lors de la construc­tion ou de la modi­fi­ca­tion des infra­struc­tures de trans­port.

 

 

Plus de 5 000 mètres d’écrans phoniques supplémentaires prévus

 

Dans leur réponse à l’u­nion de quar­tier, Area et le pré­fet ont sou­li­gné pré­voir un tel amé­na­ge­ment puisque plus de 5 000 mètres d’écrans pho­niques sup­plé­men­taires seraient ins­tal­lés en com­plé­ment de la décons­truc­tion-recons­truc­tion des 900 mètres d’écrans déjà exis­tants, ont-ils fait savoir.

 

Une réponse qui ne satis­fait pas l’u­nion de quar­tier. « Ces deux cour­riers ne donnent aucune pré­ci­sion sur la loca­li­sa­tion de ce linéaire, qui ignore tou­jours les rive­rains des quar­tiers proches de l’A480 », assure-t-elle.

 

« Un mur de pro­tec­tion pho­nique est bien prévu du côté du Drac et de Fontaine mais pas du côté de Chorier-Berriat », sou­ligne Hervé Derriennic. Sur le sec­teur, seuls le square et le groupe sco­laire Vallier ont obtenu une conces­sion d’Area : le conces­sion­naire a octroyé 4,5 mil­lions d’eu­ros pour mieux pro­té­ger l’é­cole, le gym­nase et le parc.

 

PC

 

 

* Copie de la péti­tion a éga­le­ment été adres­sée au maire de Grenoble, au pré­sident de la Métropole et au pré­sident du Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère.

 

commentez lire les commentaires
1906 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.