A480 : Area met 4,5 millions d’euros de plus sur la table pour le square et l’école Vallier

sep article

FIL INFO – La trop grande proximité de l’école et du gymnase Vallier des voies de circulation faisait partie des réserves de la ville de Grenoble concernant le projet de réaménagement de l’A480. Réserve bientôt levée ? Lundi, les conseillers municipaux devraient voter la proposition d’Area de mettre 4,5 millions d’euros en plus sur la table…

 

 

Le rapprochement du groupe scolaire Vallier des voies de l'A480 faisait partie des réserves de la ville de Grenoble. Réserve bientôt levée…

Vue du pont de Catane © Léa Raymond

Pour pou­voir réamé­na­ger l’A480 et ten­ter d’a­ma­douer les éco­los gre­no­blois quelque peu remon­tés par le pro­jet d’Area et l’a­vis favo­rable de la com­mis­sion d’en­quête, la société auto­rou­tière a consenti à mettre un peu plus la main à la poche.

 

Lundi 26 mars, les conseillers muni­ci­paux de Grenoble devraient voter une conven­tion signée entre la Ville et la société auto­rou­tière. Convention de réa­li­sa­tion de tra­vaux qui pré­voit, dixit la déli­bé­ra­tion, d’a­mé­lio­rer « l’in­ser­tion envi­ron­ne­men­tale et urbaine du dif­fu­seur de Catane au regard de l’en­jeu spé­ci­fique lié à la réduc­tion de la dis­tance sépa­rant l’A480 de l’ha­bi­tat et des équi­pe­ment sen­sibles à proxi­mité ».

 

De fait, l’é­lar­gis­se­ment de l’emprise auto­rou­tière sur ce sec­teur se tra­duit par un rap­pro­che­ment du square Vallier mais aussi du gym­nase et de l’é­cole des voies de cir­cu­la­tion. Rapprochement mesuré entre 11 et 20 mètres.

 

 

Objectif : une « non-augmentation, voire si possible une réduction du niveau de pollution »

 

Cette trop grande proxi­mité fai­sait par­tie des réserves expri­mées par la Ville de Grenoble. Depuis, le tra­vail par­te­na­rial a fait son che­min. Mais à un prix : 4,5 mil­lions d’eu­ros. C’est le mon­tant de la par­ti­ci­pa­tion for­fai­taire qu’Area va ver­ser à la Ville.

 

Le rapprochement du groupe scolaire Vallier des voies de l'A480 faisait partie des réserves de la ville de Grenoble. Réserve bientôt levée…Pont de Catane sur l'A480 © Aréa

Pont de Catane sur l’A480 à proxi­mité que quar­tier Vallier © Aréa

Moyennant quoi des tra­vaux concer­nant la pro­tec­tion des écoles – fré­quen­tées par 280 sco­laires – , du gym­nase et du parc seront réa­li­sées. Au pro­gramme, ter­ras­se­ments, clô­tures végé­ta­li­sées iso­lantes, plan­ta­tions d’es­pèces dépol­luantes, revê­te­ments de sols absor­bants… toute la pano­plie des solu­tions devrait y pas­ser.

 

Dans le détail, 1,8 mil­lion d’eu­ros iront à l’é­cole pri­maire, 900 000 euros à la mater­nelle, 440 000 euros au gym­nase, 860 000 euros aux cours d’é­cole et 500 000 euros au square. Objectif affi­ché : une « non-aug­men­ta­tion, voire si pos­sible une réduc­tion du niveau de pol­lu­tion actuel ».

 

Ces 4,5 mil­lions d’eu­ros viennent s’a­jou­ter aux 300 mil­lions d’eu­ros déjà sur la table pour le réamé­na­ge­ment de l’A480. Travaux entiè­re­ment por­tés et finan­cés par la filiale d’Eiffage qui, en échange, a obtenu du gou­ver­ne­ment un ral­lon­ge­ment de ses conces­sions auto­rou­tières jus­qu’en 2036 et des hausses de tarifs de péage.

 

 

PC

 

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
3683 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. On est d’ac­cord, je m’ex­plique : si l’Area conclut à la fai­sa­bi­lité de la VRTC, elle ne le fera pas gra­tui­te­ment, or ce chan­tier n’est pas inclus dans le pro­to­cole ini­tial ce qui néces­si­tera une mise à jour du plan de relance auto­rou­tier, financé effec­ti­ve­ment par la hausse des péages et l’al­lon­ge­ment des concessions…et je crains que cela prenne du temps…

    sep article
  2. « Travaux entiè­re­ment por­tés et finan­cés par la filiale d’Eiffage qui, en échange, a obtenu du gou­ver­ne­ment un ral­lon­ge­ment de ses conces­sions auto­rou­tières jusqu’en 2036 et des hausses de tarifs de péage. »
    Ce n’est donc pas AREA qui paie mais bien le contri­buable par l’al­lon­ge­ment de la durée de la conces­sion et l’u­sa­ger par une hausse des tarifs des péages. Je doute for­te­ment qu’in fine l’o­pé­ra­tion se solde par un défi­cit pour AREA…

    sep article
  3. En plus de cela, il fau­drait que l’en­ga­ge­ment d’AREA d’é­tu­dier tech­ni­que­ment la fai­sa­bi­lité de la cir­cu­la­tion des trans­ports en com­mun sur la bande d’ar­rêt d’ur­gence au sud du Rondeau et sur l’A41 n’a­bou­tisse pas à un enter­re­ment « tech­nique » de ce pro­jet. Car j’ai bien peur que le conces­sion­naire décide, seul dans son coin, que c’est ce pro­jet soit « dif­fi­ci­le­ment réa­li­sable à moins d’ob­te­nir une ral­longe bud­gé­taire », qui n’ar­ri­ve­rait pas immé­dia­te­ment. Le SMTC aura inté­rêt à être très volon­ta­riste sur cet aspect du pro­jet, relé­gué à l’é­tat de « recom­man­da­tion » par la com­mis­sion d’en­quête, alors qu’il s’a­git d’une clé pour réduire le tra­fic.

    sep article