Le sénateur de l’Isère Michel Savin juge « inacceptable » la suppression de l’option sport au bac

sep article

FIL INFO – L’option Éducation physique et sportive (EPS) ne devrait plus permettre aux lycéens de bénéficier de points bonus dans le nouveau format du baccalauréat à partir de 2021. Une décision qui ne passe pas pour Michel Savin, sénateur (LR) de l’Isère, qui a interrogé le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer mardi 20 novembre lors des questions au Sénat.

 

 

Quelle place aura le sport dans le futur baccalauréat à partir de 2021 ? Dans un entretien accordé au Journal du dimanche (JDD) paru fin septembre, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer laissait entendre que le latin et le grec seraient « les deux seules options qui rapporter[aie]nt des points bonus dans le nouveau baccalauréat ». Ce ne serait donc plus le cas du sport et des arts, notamment.

 

 

« Cette réforme est inacceptable », selon le sénateur isérois

 

Michel Savin, sénateur (LR) de l’Isère et président du groupe d’études sur les pratiques sportives et les grands événements sportifs, estime, par voie de communiqué, que « cette réforme est inacceptable, alors que le gouvernement appelle de ses vœux une Nation française plus sportive avec un objectif de 3 millions de nouveaux pratiquants ». Et alors que la France, souligne-t-il, va accueillir les Jeux olympiques et paralympiques en 2024.

 

L’option sport ne devrait plus permettre de bénéficier de points bonus dans le format du baccalauréat en 2021. Une décision critiquée par Michel SavinMichel Savin, sénateur (Les Républicains) de l'Isère et président du groupe d’études sur les pratiques sportives et les grands événements sportifs. DR

Michel Savin, sénateur (Les Républicains) de l’Isère et président du groupe d’études sur les pratiques sportives et les grands événements sportifs. DR

 

L’ancien maire de Domène dit regretter que « seules les langues anciennes puissent rapporter des points bonus au baccalauréat, et non les arts et le sport, alors que ces disciplines permettent à nombre de lycéens de s’épanouir pleinement dans leur scolarité ».

 

Lors de la séance des questions au Sénat mardi 20 novembre, Michel Savin a donc interrogé le ministre de l’Éducation nationale sur les raisons de la suppression de l’option sport, mais aussi des arts, dans le futur bac.

 

 

Jean-Michel Blanquer : « L’évaluation de l’EPS se fera dans le cadre du contrôle continu »

 

« Le ministère accorde une attention particulière au développement de l’éducation physique et sportive », lui a répondu Jean-Michel Blanquer. […] « La réforme du lycée et du baccalauréat garantit pour chaque élève un enseignement commun de deux heures d’éducation physique et sportive et propose un enseignement optionnel de trois heures. C’est beaucoup plus que les langues anciennes. »

 

Toutefois, le sport devrait bien être supprimé de l’examen final du bac. « Cela ne signifie pas quelque chose en défaveur des options mais nous avons voulu revaloriser le latin et le grec en France, a expliqué le ministre de l’Éducation nationale. L’évaluation de l’EPS se fera dans le cadre du contrôle continu. »

 

LG

 

commentez lire les commentaires
1141 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « revaloriser le latin et le grec en France, »

    et revenir à la civilisation gréco-romaine ? le temps des esclaves et des empereurs ? Néron et l’incendie de Rome ou « tu quoque mi fili » de César ?
    Quelle marche … arrière !

    sep article