Objectif « Zéro personne à la rue » avec 417 places d’hébergement de plus en Isère, mais pas d’arrêté anti-remise à la rue

sep article

FOCUS – Pour répondre à l’objectif gouvernemental de « Zéro personne à la rue », la préfecture de l’Isère a annoncé, le 15 novembre, l’ouverture de 417 places d’hébergement hivernal. Depuis le 1er novembre 2018 et jusqu’au 31 mars 2019, les services de l’État assurent se mobiliser pour renforcer le nombre de places destinées aux personnes sollicitant un hébergement auprès du 115. Et ce en sus des 1 300 places d’hébergement d’urgence disponibles toute l’année en Isère. Pas assez selon le collectif Front contre les expulsions à Grenoble et agglomération qui demande, lui, zéro personne mise à la rue.

 

 

« Ce plan hivernal s’inscrit dans un contexte national où le budget de l’État pour l’hébergement d’urgence représente 2 milliards d’euros […], cette somme finançant 136 000 places d’hébergement d’urgence, soit 5 000 de plus qu’il y a un an », a commencé par expliquer Lionel Beffre, le préfet de l’Isère. Ce dernier présentait, ce jeudi 15 novembre, le dispositif d’hébergement pour la période hivernale 2018-2019 en Isère, juste au sortir d’une réunion réunissant l’ensemble des partenaires d’accueil et d’hébergement des publics en détresse et les bailleurs et les collectivités locales.

 

La préfecture de l’Isère a annoncé, le 15 novembre 2018, l’ouverture de 417 places d’hébergement hivernal dans le cadre de l'objectif Zéro personne à la rueLa préfecture de l’Isère à annoncé ce 15 novembre l’ouverture de 417 places d’hébergement hivernal dans le cadre de l'objectif Zéro personne à la rue.De gauche à droite : Corinne Gautherin, la directrice du DDCS de l'Isère et Lionel Beffre, préfet de l'isère et Chloé Lombard, sous-préfète, secrétaire générale adjointe de la préfecture. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Corinne Gautherin, la directrice du DDCS de l’Isère, et Lionel Beffre, préfet de l’Isère, et Chloé Lombard, sous-préfète, secrétaire générale adjointe de la préfecture. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Sur le département, 1 300 places sont désormais pérennes, ces dernières intégrant les 140 places qui faisaient partie du dispositif hivernal de la période 2017-2018. À ces places définitives, s’ajoutent, pour l’hiver 2018-2019, 550 autres répondant à l’objectif de « Zéro personne à la rue », destinées à accueillir une population identique à celle de l’année passée. « Nous n’avons pas, à ce jour, de raisons de considérer qu’il y aurait des besoins nettement supérieurs », justifie Lionel Beffre. D’ici le 1er décembre, 417 places seront donc ouvertes sur une dizaine de sites situés à Pont-de-Claix, Voreppe, Échirolles, Fontaine et Seyssins.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
752 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Je me demande comment le Préfet peut se glorifier de l’objectif qu’il s’est fixé de zéro personne à la rue, alors qu’il fait sortir de leur hébergement toutes les personnes déboutées de l’asile, sans proposition de relogement, bien qu’elles aient le droit de déposer en préfecture un dossier de demande de régularisation, notamment « étranger malade ».

    sep article
    • je rajoute : 135 personnes voulaient saisir la commission DAHO (droit à l’hébergement), 135 personnes saisissent la justice pour le respect,de leur droit. Le tribunal administratif a décidé de traiter ces 135 dossiers le même jour !!!!!!!! ça ne s’est jamais vu ! alors, rendez-vous devant le TA place de Verdun le 26 novembre à 14 h
      Si la préfecture voulait réellement zéro personne à la rue, ces 135 requêtes n’auraient pas lieu d’être.

      sep article