« Squat anarchiste » ou « centre social autogéré » : la pression monte autour du 38 rue d’Alembert à Grenoble

sep article
48 € par an pour louer un vélo : et si c

REPORTAGE – Forte tension autour du 38 rue d’Alembert à Grenoble. Le squat, baptisé Centre social Tchoukar par le collectif qui l’occupe depuis trois ans, accueille en son sein de nombreuses activités. Des ateliers de bricolage, des projections, des concerts, des repas gratuits et une laverie solidaire… au détriment des voisins ? Un certain nombre d’entre eux dénoncent des nuisances à répétition et n’ont de cesse de solliciter les forces de l’ordre et de fustiger la municipalité grenobloise.

 

 

Samedi 10 novembre à 21 heures devant le squat du 38 rue d’Alembert de Grenoble, la tension est retombée d’un cran. Un peu plus tôt dans l’après-midi, les forces de l’ordre ont procédé à de nombreux contrôles d’identité, dans la rue même ainsi que dans les ruelles adjacentes. Motif ? Une nouvelle soirée « Contre les frontières », organisée dans le local avec, au programme, des concerts et une “boom” prévue à 23 heures.

 

Un samedi soir devant le 38 rue d'Alembert © Florent Mathieu - Place Gre'net

Un samedi soir devant le 38 rue d’Alembert. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

À 21 heures, seuls restent deux policiers devant les grilles du squat, où se sont rassemblées près d’une centaine de personnes, averties via SMS. Elles pourront pénétrer dans le 38 et assister normalement au concert. À 21 h 30 un calme relatif règne ainsi dans la rue. Puis à 23 heures, décrit Christine, une voisine immédiate du squat, « mes murs se sont mis à trembler jusqu’à 3 heures du matin ». « Une sono de 30 Watts », conteste le collectif du 38.

 

 

De nombreuses plaintes pour nuisances

 

Une scène en passe de devenir classique devant le 38 rue d’Alembert, rebaptisé Centre social Tchoukar ? Le samedi 3 novembre, c’est une Fête des morts à la mexicaine qui était interrompue par la police, cette fois de manière nettement plus musclée, avec usage de gaz lacrymogène pour permettre la mise en garde à vue d’une personne. « Sans aucune justification », clame le collectif dans un communiqué publié le lendemain.

 

la Fête des morts à la mexicaine a été interrompue par une opération de police.

la Fête des morts à la mexicaine a été interrompue par une opération de police.

La tension ne date pas d’hier. Depuis trois ans que les squatteurs ont pris possession des lieux, des voisins disent subir des nuisances sonores d’importance. Concerts, réunions politiques, cris d’enfants, ateliers bruyants de réparation de vélos ou d’automobiles… Les rendez-vous organisés dans le local peuvent attirer plus d’une centaine de personnes, devant ses grilles ou sur son parking, générant parfois un volume sonore élevé.

 

« Avant le squat, c’était un quartier paisible et tranquille. Je pensais que la Ville de Grenoble allait faire son job et intervenir, mais je n’ai jamais eu de réponse », explique Madame D., qui souhaite garder l’anonymat, quand bien même les occupants du 38 la connaissent fort bien. Des plaintes déposées par d’autres riverains vont dans le même sens. Et un comité anti-squat, créé pour l’occasion, compterait une cinquantaine de personnes.

 

« C’est une succession de tapages […], je veux parler de réunions politiques, de réunions massives, de concerts musicaux, d’ateliers de toutes sortes qui génèrent des nuisances telles que cela nous empêche dans tout le quartier de vivre normalement », décrit ainsi le procès-verbal d’un dépôt de plainte. « Ces agressions sonores nocturnes et diurnes empêchent tout le quartier de dormir et de vivre sereinement », en mentionne un autre. Depuis trois ans, les déménagements se multiplieraient ainsi dans le voisinage, sans que les appartements libérés trouvent preneurs.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3608 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. ou…asile psychiatrique ?

    sep article
  2. Les anars sont bien les amis de la municipalité #Piolle d’extrême gauche?

    La municipalité #Piolle n’a cure de la tranquilité et bien être des #Grenoblois.

    Par exemple, elle préfère distribuer des autorisations de terrasses partout, engendrant des nuisances qu’ensuite elle ne contrôle pas ni ne gère.

    Cette municipalité crée aussi des repports de circulations partout avec son plan de circulation #Cvcm qui engendre tant de nuisances sonores sans oublier les bouchons et la pollution en augmentation.

    sep article
    • Connaissez-vous les anars ? il ne s’allient à aucun parti politique, donc ne sont pas les amis d’Eric Piolle. De plus, vous ne connaissez pas non plus EELV pour les traiter d’extrême gauche.
      Cvcm, c’est la Métro et pas la ville etc
      Du coup, votre belle démo tombe à plat. Plouf.

      sep article
      • Si les anars ne sont pas les amis d’Eric Piolle et, partant, Eric Piolle pas davantage l’ami des anars – ce dont je ne doute pas – la question se pose néanmoins de la passivité apparente de la municipalité face à ce très grave problème de « tranquillité publique », pour reprendre l’intitulé d’une des deux attributions de la première adjointe, Madame Élisa Martin.

        sep article