Blocage des routes le 17 novembre : trois points de rendez-vous déjà fixés à Grenoble

sep article

FIL INFO — L’appel national au blocage des routes le 17 novembre pour protester contre la hausse des prix du carburant concerne également Grenoble, avec trois points de rassemblement d’ores et déjà annoncés. Mais le mouvement, soutenu par le Rassemblement national et Debout la France, suscite autant d’adhésion que de rejet.

 

 

La hausse du prix du carburant, la « goutte d’eau » qui fait déborder le jerrycan ? C’est ainsi que le présente Julien Terrier, porte-parole isérois du mouvement national de blocage prévu pour le samedi 17 novembre, à nos confrères du Dauphiné libéré. Un mouvement, né d’une pétition pour la baisse du prix du carburant, tout autant applaudi que décrié. Nombre de militants voient en effet la main de l’extrême droite derrière cette initiative “citoyenne”.

 

L'un des visuels du mouvement du 17 novembre. DR

L’un des visuels du mouvement du 17 novembre. DR

 

Objectif du mouvement ? Se munir de gilets jaunes reconnaissables et bloquer les routes des villes pour entraver la circulation. À Grenoble, selon les informations circulant sur les réseaux sociaux, trois points de rassemblement sont déjà organisés, tous trois à 8 heures : devant les magasins Carrefour de Meylan et de Saint-Égrève, et devant l’espace Comboire de Grenoble. La carte des blocages indique également des rassemblements dans le Nord-Isère (sans plus de précisions) ainsi qu’à La Mure.

 

 

Un mouvement fascisant… ou citoyen ?

 

Organisées pour décider collectivement du mode d’action, des réunions ont, semble-t-il, d’ores et déjà permis aux forces de l’ordre d’identifier les “meneurs” du blocage en Isère. « Ça y est, je suis contacté par l’hôtel de police de Grenoble… Pour le moment, le contact est plutôt bon à part un petit rappel sur la responsabilité des porte-parole », écrit ainsi sur Facebook l’une des personnes présentes, en relayant la vidéo du Dauphiné libéré.

 

Des gilets jaunes d'ores et déjà présents lors d'une réunion de préparation du mouvement de blocage. Photo Facebook.

Des gilets jaunes d’ores et déjà présents lors d’une réunion de préparation du mouvement de blocage. Photo Facebook.

 

Témoignage inattendu, une figure de Solidaires étudiants Grenoble était présent à l’une des rencontres. « Il y a dans ce mouvement un gros potentiel car il réunit des gens qui se heurtent à une baisse de leur pouvoir d’achat : rien de fascisant dans ce que j’ai vu », écrit le militant, sans préjuger de l’ambiance dans les autres villes. Avant d’appeler les « militant-e-s syndicalistes et de la gauche » à se renseigner sur l’opération plutôt que de relayer les messages la dénonçant.

 

 

La CGT dit comprendre mais n’adhère pas

 

Si le mouvement apparaît difficilement identifiable et suscite une hostilité parfois de principe, il n’en demeure pas moins que les deux seuls partis à le soutenir officiellement sont le Rassemblement national (ex-FN) et Debout la France. Et que certains visuels en sa faveur affichent une “couleur” politique qui vire rapidement au brun. Tel un dessin de inénarrable site d’inspiration nazie Démocratie participative appelant à lutter contre « le racket judéo-bolchévique », dénoncé par le conseiller régional d’opposition Stéphane Gemmani sur son compte Facebook.

 

La CGT dit comprendre la colère mais n'appelle pas à rejoindre le mouvement du 17 novembre © Léa Raymond - Place Gre'net

La CGT dit comprendre la colère mais n’appelle pas à rejoindre le mouvement du 17 novembre. © Léa Raymond – Place Gre’net

 

La CGT Isère semble d’ailleurs partagée. Dans un communiqué émis le 7 novembre, le syndicat dit comprendre « la colère et les angoisses » face à une augmentation du coût du carburant pénalisant les plus pauvres. Mais se refuse pour autant à rejoindre un mouvement qu’il juge « opéré par des organisations ou des individus issus de la sphère patronale et de l’extrême droite ». En visant notamment le rôle sournois du « patronat des sociétés de transport », qui espèrerait obtenir de nouvelles concessions de l’État en faveur des « lobbies routiers ».

 

FM

 

commentez lire les commentaires
10448 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. une personne sur les réseaux sociaux à donné un avis que je relaie, partage. Ce contenu n’est pas parfait, mais j’y adhère et n’aurai pas mieux formulé.

    🇨🇵️😔PAUVRE FRANCE…
    Je mate une p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e vidéo de WWF qui explique qu’on a dézingué 60% des espèces animales en 40 ans à côté de mon fils qui tripe sur son bouquin « T’Choupi au Zoo » et je reçois une 126 ème p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶’ invitation pour ce fameux p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e « Blocage du 17 Novembre ».
    Nos générations butent tout sur cette planète, mon fils ne verra pas la moitié des animaux du Zoo de T’choupi dans 20ans. Y’a plus de plastique que de poissons dans nos océans. Nos p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e̶ politiques autorisent de liquider des forêts entières avec les animaux qui y vivent et les humains qui en vivent aux bénéfices de p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e sociétés comme Total. Un Français sur quatre galère en dessous du seuil de pauvreté. Des millions de gosses crèvent de faim au Yémen. Y’a surement un p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e bateau avec une centaine de migrants qui est en train de couler en méditerrané en ce moment même. On découvre des p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e camps de concentration pour homo’ en Tchétchénie et pour musulmans en Chine. Après c̶e̶ ̶p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e̶ ̶c̶o̶n̶n̶a̶r̶d̶ ̶d̶e Trump aux US, le plus grand pays d’Amériques du Sud vient d’élire un président raciste, homophobe et anti-environnement. Tout le monde beugle sans brancher un p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e neurone quand Hulot démissionne du gouvernement en disant qu’il n’a pas de p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e couille. Y’a pas une journée qui passe sans un tsunamis, un tremblement de terre ou un p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶’ ouragan. Et y’a pas UN SEUL p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e blocage de la planète pour ça. Pas un.
    Charbon, pétrole, gaz naturel… On suce les énergies fossiles de notre p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e planète jusqu’à la moelle depuis des années alors que des scientifiques et asso’ environnementales n’arrêtent pas de nous dire « OUHOUH ! ON FONCE DANS LE MUR LES GARS ! ». Et toi là, toi, ça te « révolte » de payer ton litre de diesel plus cher qu’avant…? Et parce que tu payes ton p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e diesel plus cher tu veux nous bloquer le pays…? Mais t’as absolument RIEN compris mon gars sérieux.
    En gros, je te fais un dessin, ce p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e « Blocage du 17 Novembre » est aussi stupide que si les parents des gamins handicapés par le p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e glyphosate Mosanto manifestaient dans la rue contre l’augmentation du prix des produits Bayer.
    Donc OUI. J’ai 126 « amis » ouin-ouin sur Facebook. NON. Je bloquerais kedal le 17 novembre. Et OUI. Je m’en branle de payer mon essence plus cher.
    Allez je te fais un p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e bisous.
    – « un peu vénère ».

    sep article