Blocage des routes le 17 novembre : trois points de rendez-vous déjà fixés à Grenoble

sep article



FIL INFO — L’appel national au blocage des routes le 17 novembre pour protester contre la hausse des prix du carburant concerne également Grenoble, avec trois points de rassemblement d’ores et déjà annoncés. Mais le mouvement, soutenu par le Rassemblement national et Debout la France, suscite autant d’adhésion que de rejet.

 

 

La hausse du prix du car­bu­rant, la « goutte d’eau » qui fait débor­der le jer­ry­can ? C’est ainsi que le pré­sente Julien Terrier, porte-parole isé­rois du mou­ve­ment natio­nal de blo­cage prévu pour le samedi 17 novembre, à nos confrères du Dauphiné libéré. Un mou­ve­ment, né d’une péti­tion pour la baisse du prix du car­bu­rant, tout autant applaudi que décrié. Nombre de mili­tants voient en effet la main de l’ex­trême droite der­rière cette ini­tia­tive “citoyenne”.

 

L'un des visuels du mouvement du 17 novembre. DR

L’un des visuels du mou­ve­ment du 17 novembre. DR

 

Objectif du mou­ve­ment ? Se munir de gilets jaunes recon­nais­sables et blo­quer les routes des villes pour entra­ver la cir­cu­la­tion. À Grenoble, selon les infor­ma­tions cir­cu­lant sur les réseaux sociaux, trois points de ras­sem­ble­ment sont déjà orga­ni­sés, tous trois à 8 heures : devant les maga­sins Carrefour de Meylan et de Saint-Égrève, et devant l’es­pace Comboire de Grenoble. La carte des blo­cages indique éga­le­ment des ras­sem­ble­ments dans le Nord-Isère (sans plus de pré­ci­sions) ainsi qu’à La Mure.

 

 

Un mouvement fascisant… ou citoyen ?

 

Organisées pour déci­der col­lec­ti­ve­ment du mode d’ac­tion, des réunions ont, semble-t-il, d’ores et déjà per­mis aux forces de l’ordre d’i­den­ti­fier les “meneurs” du blo­cage en Isère. « Ça y est, je suis contacté par l’hô­tel de police de Grenoble… Pour le moment, le contact est plu­tôt bon à part un petit rap­pel sur la res­pon­sa­bi­lité des porte-parole », écrit ainsi sur Facebook l’une des per­sonnes pré­sentes, en relayant la vidéo du Dauphiné libéré.

 

Des gilets jaunes d'ores et déjà présents lors d'une réunion de préparation du mouvement de blocage. Photo Facebook.

Des gilets jaunes d’ores et déjà pré­sents lors d’une réunion de pré­pa­ra­tion du mou­ve­ment de blo­cage. Photo Facebook.

 

Témoignage inat­tendu, une figure de Solidaires étu­diants Grenoble était pré­sent à l’une des ren­contres. « Il y a dans ce mou­ve­ment un gros poten­tiel car il réunit des gens qui se heurtent à une baisse de leur pou­voir d’a­chat : rien de fas­ci­sant dans ce que j’ai vu », écrit le mili­tant, sans pré­ju­ger de l’am­biance dans les autres villes. Avant d’ap­pe­ler les « mili­tant-e‑s syn­di­ca­listes et de la gauche » à se ren­sei­gner sur l’o­pé­ra­tion plu­tôt que de relayer les mes­sages la dénon­çant.

 

 

La CGT dit comprendre mais n’adhère pas

 

Si le mou­ve­ment appa­raît dif­fi­ci­le­ment iden­ti­fiable et sus­cite une hos­ti­lité par­fois de prin­cipe, il n’en demeure pas moins que les deux seuls par­tis à le sou­te­nir offi­ciel­le­ment sont le Rassemblement natio­nal (ex-FN) et Debout la France. Et que cer­tains visuels en sa faveur affichent une “cou­leur” poli­tique qui vire rapi­de­ment au brun. Tel un des­sin de iné­nar­rable site d’ins­pi­ra­tion nazie Démocratie par­ti­ci­pa­tive appe­lant à lut­ter contre « le racket judéo-bol­ché­vique », dénoncé par le conseiller régio­nal d’op­po­si­tion Stéphane Gemmani sur son compte Facebook.

 

La CGT dit comprendre la colère mais n'appelle pas à rejoindre le mouvement du 17 novembre © Léa Raymond - Place Gre'net

La CGT dit com­prendre la colère mais n’ap­pelle pas à rejoindre le mou­ve­ment du 17 novembre. © Léa Raymond – Place Gre’net

 

La CGT Isère semble d’ailleurs par­ta­gée. Dans un com­mu­ni­qué émis le 7 novembre, le syn­di­cat dit com­prendre « la colère et les angoisses » face à une aug­men­ta­tion du coût du car­bu­rant péna­li­sant les plus pauvres. Mais se refuse pour autant à rejoindre un mou­ve­ment qu’il juge « opéré par des orga­ni­sa­tions ou des indi­vi­dus issus de la sphère patro­nale et de l’extrême droite ». En visant notam­ment le rôle sour­nois du « patro­nat des socié­tés de trans­port », qui espè­re­rait obte­nir de nou­velles conces­sions de l’État en faveur des « lob­bies rou­tiers ».

 

FM

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
12576 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. une per­sonne sur les réseaux sociaux à donné un avis que je relaie, par­tage. Ce contenu n’est pas par­fait, mais j’y adhère et n’au­rai pas mieux for­mulé.

    🇨🇵️😔PAUVRE FRANCE…
    Je mate une p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e vidéo de WWF qui explique qu’on a dézin­gué 60% des espèces ani­males en 40 ans à côté de mon fils qui tripe sur son bou­quin « T’Choupi au Zoo » et je reçois une 126 ème p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶” invi­ta­tion pour ce fameux p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e « Blocage du 17 Novembre ».
    Nos géné­ra­tions butent tout sur cette pla­nète, mon fils ne verra pas la moi­tié des ani­maux du Zoo de T’choupi dans 20ans. Y’a plus de plas­tique que de pois­sons dans nos océans. Nos p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e̶ poli­tiques auto­risent de liqui­der des forêts entières avec les ani­maux qui y vivent et les humains qui en vivent aux béné­fices de p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e socié­tés comme Total. Un Français sur quatre galère en des­sous du seuil de pau­vreté. Des mil­lions de gosses crèvent de faim au Yémen. Y’a sur­ement un p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e bateau avec une cen­taine de migrants qui est en train de cou­ler en médi­ter­rané en ce moment même. On découvre des p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e camps de concen­tra­tion pour homo” en Tchétchénie et pour musul­mans en Chine. Après c̶e̶ ̶p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e̶ ̶c̶o̶n̶n̶a̶r̶d̶ ̶d̶e Trump aux US, le plus grand pays d’Amériques du Sud vient d’é­lire un pré­sident raciste, homo­phobe et anti-envi­ron­ne­ment. Tout le monde beugle sans bran­cher un p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e neu­rone quand Hulot démis­sionne du gou­ver­ne­ment en disant qu’il n’a pas de p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e couille. Y’a pas une jour­née qui passe sans un tsu­na­mis, un trem­ble­ment de terre ou un p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶” oura­gan. Et y’a pas UN SEUL p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e blo­cage de la pla­nète pour ça. Pas un.
    Charbon, pétrole, gaz natu­rel… On suce les éner­gies fos­siles de notre p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e pla­nète jus­qu’à la moelle depuis des années alors que des scien­ti­fiques et asso” envi­ron­ne­men­tales n’ar­rêtent pas de nous dire « OUHOUH ! ON FONCE DANS LE MUR LES GARS ! ». Et toi là, toi, ça te « révolte » de payer ton litre de die­sel plus cher qu’a­vant…? Et parce que tu payes ton p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e die­sel plus cher tu veux nous blo­quer le pays…? Mais t’as abso­lu­ment RIEN com­pris mon gars sérieux.
    En gros, je te fais un des­sin, ce p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e « Blocage du 17 Novembre » est aussi stu­pide que si les parents des gamins han­di­ca­pés par le p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e gly­pho­sate Mosanto mani­fes­taient dans la rue contre l’aug­men­ta­tion du prix des pro­duits Bayer.
    Donc OUI. J’ai 126 « amis » ouin-ouin sur Facebook. NON. Je blo­que­rais kedal le 17 novembre. Et OUI. Je m’en branle de payer mon essence plus cher.
    Allez je te fais un p̶u̶t̶a̶i̶n̶ ̶d̶e bisous.
    – « un peu vénère ».

    sep article