« Et si le droit n’exis­tait pas ? », thème de la pre­mière édi­tion gre­no­bloise de la Nuit du droit

« Et si le droit n’exis­tait pas ? », thème de la pre­mière édi­tion gre­no­bloise de la Nuit du droit

EN BREF – Le palais de jus­tice de Grenoble ouvre ses portes au grand public le 4 octobre pro­chain, à l’oc­ca­sion de la 2e édi­tion de la Nuit du droit. Cet évé­ne­ment, qui se dérou­lera cette année par­tout en France, a pour objec­tif de mieux faire connaître le droit, ses prin­cipes et ses ins­ti­tu­tions au grand public. Au pro­gramme : des ate­liers d’initiation au droit, une simu­la­tion de pro­cès d’assises et une confé­rence inter­ac­tive sur la pro­créa­tion médi­ca­le­ment assistée.

Le palais de justice de Grenoble ouvre ses portes au public ce jeudi 4 octobre à l’occasion de la 2e édition de la Nuit du droit. Une première à Grenoble.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Après sa jour­née portes ouvertes qui s’est dérou­lée le 15 sep­tembre der­nier, ce sera la deuxième fois cette année que le palais de jus­tice ouvrira ses salles d’au­dience au grand public, à l’oc­ca­sion de la pre­mière Nuit du droit gre­no­bloise, ce jeudi 4 octobre de 18 à 22 heures.

Une date qui n’est pas le fruit du hasard. Elle coïn­cide en effet avec celle de l’anni­ver­saire des 60 ans de la Constitution fran­çaise du 4 octobre 1958.

La Cour d’appel de Grenoble fait ainsi d’une pierre deux coups en orga­ni­sant cette soi­rée dédiée au droit, en par­te­na­riat avec la pré­fec­ture de l’Isère, la Faculté de droit de Grenoble, l’Institut d’études poli­tiques (IEP), le bar­reau et le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble.

C’est d’ailleurs une pre­mière à Grenoble et même dans toute la France. En effet, fêtée pour la pre­mière fois le 4 octobre 2017 à Paris à l’initiative de Laurent Fabius, pré­sident du Conseil consti­tu­tion­nel, la Nuit du droit s’étend cette année à l’ensemble du ter­ri­toire natio­nal. Quant au thème de la soi­rée gre­no­bloise, il se résume à cette seule et énig­ma­tique inter­ro­ga­tion : « Et si le droit n’exis­tait pas ? »

Que se pas­se­rait-il si le droit n’exis­tait pas ?

« Nous avons choisi ce thème pour, en écho, poser cette autre ques­tion “qu’est-ce qui se pas­se­rait ?” en pareil cas », expose Jean-François Beynel, pre­mier pré­sident de la Cour d’appel de Grenoble. Pour ten­ter de répondre à cette inter­ro­ga­tion, se tien­dront des ate­liers-débats d’initiation au droit, au cours des­quels cha­cun pren­dra sa par­tie. Le droit élec­to­ral pour la pré­fec­ture, le droit admi­nis­tra­tif avec le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif, le droit civil pour la Cour d’appel. Le tout à tra­vers des inter­ven­tions croi­sées, des mises en situa­tion et même un jeu de rôles.

Le palais de justice de Grenoble ouvre ses portes au public ce jeudi 4 octobre à l’occasion de la 2e édition de la Nuit du droit. Une première à Grenoble.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Dans ce cadre, la pré­fec­ture va notam­ment expli­quer ce qui se pas­se­rait s’il n’y avait pas de droit élec­to­ral et démon­trer son uti­lité. D’autres exemples ? « Pour le droit civil, nous allons prendre le cas d’un couple qui divorce et qui se dis­pute les enfants et voir com­ment le droit civil per­met de régu­ler ces conflits », pour­suit le magis­trat. Que se pas­se­rait-il, éga­le­ment, en l’ab­sence de pro­cé­dure pénale ? Ou encore qu’ad­vien­drait-il des étran­gers sans droit admi­nis­tra­tif ? Pour com­plé­ter, un ate­lier sur la pré­sen­ta­tion des dis­po­si­tifs de média­tion sera animé par le tri­bu­nal administratif.

La simu­la­tion d’un pro­cès cri­mi­nel d’assises

Également au pro­gramme (très détaillé) de cette Nuit du droit, une simu­la­tion de pro­cès d’assises pro­po­sée par le bâton­nier de Grenoble. Avocats et magis­trats joue­ront ainsi le dérou­le­ment d’un pro­cès cri­mi­nel dont le public pourra suivre toutes les phases, voire les rebon­dis­se­ments, selon le scé­na­rio concocté par les met­teurs en scène improvisés.

Jacques Dallest lors d'une conférence sur le procès d'assises. © Joël Kermabon - Place Grer'net

Jacques Dallest lors d’une confé­rence sur le pro­cès d’as­sises. © Joël Kermabon – Place Grer’net

Une expé­rience que les par­ti­ci­pants seront invi­tés à vivre, soit en qua­lité de spec­ta­teurs atten­tifs, soit de l’intérieur s’ils ont la chance d’être tirés au sort parmi les par­ti­ci­pants afin de deve­nir jurés d’un soir. Une véri­table immer­sion autant qu’une décou­verte pour tous ceux qui n’ont jamais assisté à de tels pro­cès pour­tant géné­ra­le­ment ouverts au public.

Un juste retour des choses ? « À l’heure où la jus­tice par­ti­cipe au spec­tacle média­tique, lors de cette soi­rée la jus­tice fera le spec­tacle ! », sou­lignent, non sans humour, les organisateurs.

Une confé­rence inter­ac­tive sur la PMA

Cette nuit du droit sera aussi l’oc­ca­sion d’ouvrir le débat sur la pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée (PMA), au cours d’une confé­rence inter­ac­tive ani­mée par des étu­diants de la Faculté de Droit et de Sciences Po Grenoble. Un thème à la pointe de l’ac­tua­lité. « Dans le contexte de la révi­sion de la loi bioé­thique, le débat sur la pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée est l’ob­jet de vifs débats qui témoignent des rap­ports étroits entre droit, poli­tique et société », explique l’organisation.

Mais pas si simple, encore faut-il en décryp­ter les enjeux à tra­vers le croi­se­ment des savoirs et de la diver­sité des regards. Pour cela, Henri Oberdorff, pro­fes­seur émé­rite de droit public et Olivier Véran, député de la 1re cir­cons­crip­tion de l’Isère, vien­dront en débattre avec le public.

Le droit, un domaine sou­vent méconnu des Français

Autant de ques­tions de droit ou de société aux­quelles se pro­pose de répondre cette Nuit du droit. Un domaine sou­vent méconnu des Français, sou­ligne la Cour d’ap­pel, « mais qui régit pour­tant tous les aspects de leur vie. Il pro­tège les liber­tés, garan­tit la sécu­rité juri­dique, per­met le règle­ment paci­fique des conflits, assure le bon fonc­tion­ne­ment de la vie éco­no­mique et sociale », appuie-t-elle.

La salle des pas perdus du palais de justice de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La salle des pas per­dus du palais de jus­tice de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Toujours est-il que c’est bien à un moment de convi­via­lité et d’échanges qu’in­vitent la Cour d’ap­pel et ses par­te­naires. Mais pas seule­ment, « c’est aussi, un ins­tant pour faire connais­sance avec les prin­ci­pales ins­ti­tu­tions et prin­ci­paux acteurs du droit », pré­cisent-ils encore en conclu­sion de leur invitation.

Joël Kermabon.

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Meurtre devant un bar à Grenoble : l’autre co-gérant de la bras­se­rie placé en garde à vue

FLASH INFO - Dix jours après le meurtre d'un homme de 68 ans, tué par balles devant un bar de la rue Ampère, à Grenoble, Lire plus

Le salon Artisa doit accueillir quelque 180 exposants jusqu'au 4 décembre inclus. Il se présente comme "la plus grande galerie d'artisanat d'art de la région". DR
Grenoble : les salons Artisa et Naturissima ouvrent simul­ta­né­ment à Alpexpo

ÉVÈNEMENT - Près de trois cents exposants attendent le public à Alpexpo du mercredi 30 novembre au dimanche 4 décembre 2022, à l'occasion des salons Lire plus

Une "unité de sécurisation des transports" de la police nationale prochainement déployée sur Grenoble
Une « unité de sécu­ri­sa­tion des trans­ports » de la police natio­nale pro­chai­ne­ment déployée sur Grenoble

FLASH INFO - La préfecture de l'Isère annonce la création d'une "unité de sécurisation des transports" dans le département. Ceci "dans le cadre de la Lire plus

Des « coups de pouce mobilité » en décembre sur Grenoble, avec gratuité des transports en commun deux samedis
Des « coups de pouce mobi­lité » en décembre sur Grenoble, avec gra­tuité des trans­ports en com­mun deux samedis

FLASH INFO - Comme chaque année, à l'approche de la période des fêtes, des temps de gratuité sont prévus sur le réseau de transport en Lire plus

Cour d'assises du palais de justice de Grenoble. ©Manon Heckmann - Placegrenet.fr
Grenoble : le pro­fes­seur de vio­lon, condamné à douze ans de réclu­sion cri­mi­nelle pour viols, se pour­voit en cassation

FOCUS - La cour d'assises de l'Isère a condamné, ce vendredi 25 novembre 2022, le professeur de violon Philippe Clément à 12 ans de réclusion Lire plus

RER grenoblois: après l'engagement d'Emmanuel Macron, la Région dit attendre des "annonces concrètes"
RER gre­no­blois : après l’en­ga­ge­ment d’Emmanuel Macron, la Région dit attendre des « annonces concrètes »

EN BREF - Suite à l'annonce d'Emmanuel Macron sur les projets de RER métropolitains définis comme "grande ambition nationale", Éric Piolle fait preuve d'optimisme... et Lire plus

Flash Info

|

30/11

17h49

|

|

30/11

12h11

|

|

30/11

9h58

|

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Société| Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

Agenda

Je partage !