« Et si le droit n’existait pas ? », thème de la première édition grenobloise de la Nuit du droit

« Et si le droit n’existait pas ? », thème de la première édition grenobloise de la Nuit du droit

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – Le palais de justice de Grenoble ouvre ses portes au grand public le 4 octobre prochain, à l’occasion de la 2e édition de la Nuit du droit. Cet événement, qui se déroulera cette année partout en France, a pour objectif de mieux faire connaître le droit, ses principes et ses institutions au grand public. Au programme : des ateliers d’initiation au droit, une simulation de procès d’assises et une conférence interactive sur la procréation médicalement assistée.

 

 

Le palais de justice de Grenoble ouvre ses portes au public ce jeudi 4 octobre à l’occasion de la 2e édition de la Nuit du droit. Une première à Grenoble.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Après sa jour­née portes ouvertes qui s’est dérou­lée le 15 sep­tembre der­nier, ce sera la deuxième fois cette année que le palais de jus­tice ouvrira ses salles d’au­dience au  grand public, à l’oc­ca­sion de la pre­mière Nuit du droit gre­no­bloise, ce jeudi 4 octobre de 18 à 22 heures.

 

Une date qui n’est pas le fruit du hasard. Elle coïn­cide en effet avec celle de l’anni­ver­saire des 60 ans de la Constitution fran­çaise du 4 octobre 1958.

 

La Cour d’appel de Grenoble fait ainsi d’une pierre deux coups en orga­ni­sant cette soi­rée dédiée au droit, en par­te­na­riat avec la pré­fec­ture de l’Isère, la Faculté de droit de Grenoble, l’Institut d’études poli­tiques (IEP), le bar­reau et le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble.

 

C’est d’ailleurs une pre­mière à Grenoble et même dans toute la France. En effet, fêtée pour la pre­mière fois le 4 octobre 2017 à Paris à l’initiative de Laurent Fabius, pré­sident du Conseil consti­tu­tion­nel, la Nuit du droit s’étend cette année à l’ensemble du ter­ri­toire natio­nal. Quant au thème de la soi­rée gre­no­bloise, il se résume à cette seule et énig­ma­tique inter­ro­ga­tion : « Et si le droit n’exis­tait pas ? »

 

 

Que se passerait-il si le droit n’existait pas ?

 

« Nous avons choisi ce thème pour, en écho, poser cette autre ques­tion “qu’est-ce qui se pas­se­rait ?” en pareil cas », expose Jean-François Beynel, pre­mier pré­sident de la Cour d’appel de Grenoble. Pour ten­ter de répondre à cette inter­ro­ga­tion, se tien­dront des ate­liers-débats d’initiation au droit, au cours des­quels cha­cun pren­dra sa par­tie. Le droit élec­to­ral pour la pré­fec­ture, le droit admi­nis­tra­tif avec le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif, le droit civil pour la Cour d’appel. Le tout à tra­vers des inter­ven­tions croi­sées, des mises en situa­tion et même un jeu de rôles.

 

Le palais de justice de Grenoble ouvre ses portes au public ce jeudi 4 octobre à l’occasion de la 2e édition de la Nuit du droit. Une première à Grenoble.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Dans ce cadre, la pré­fec­ture va notam­ment expli­quer ce qui se pas­se­rait s’il n’y avait pas de droit élec­to­ral et démon­trer son uti­lité. D’autres exemples ? « Pour le droit civil, nous allons prendre le cas d’un couple qui divorce et qui se dis­pute les enfants et voir com­ment le droit civil per­met de régu­ler ces conflits », pour­suit le magis­trat. Que se pas­se­rait-il, éga­le­ment, en l’ab­sence de pro­cé­dure pénale ? Ou encore qu’ad­vien­drait-il des étran­gers sans droit admi­nis­tra­tif ? Pour com­plé­ter, un ate­lier sur la pré­sen­ta­tion des dis­po­si­tifs de média­tion sera animé par le tri­bu­nal administratif.

 

 

La simulation d’un procès criminel d’assises

 

Également au pro­gramme (très détaillé) de cette Nuit du droit, une simu­la­tion de pro­cès d’assises pro­po­sée par le bâton­nier de Grenoble. Avocats et magis­trats joue­ront ainsi le dérou­le­ment d’un pro­cès cri­mi­nel dont le public pourra suivre toutes les phases, voire les rebon­dis­se­ments, selon le scé­na­rio concocté par les met­teurs en scène improvisés.

 

Jacques Dallest lors d'une conférence sur le procès d'assises. © Joël Kermabon - Place Grer'net

Jacques Dallest lors d’une confé­rence sur le pro­cès d’as­sises. © Joël Kermabon – Place Grer’net

Une expé­rience que les par­ti­ci­pants seront invi­tés à vivre, soit en qua­lité de spec­ta­teurs atten­tifs, soit de l’intérieur s’ils ont la chance d’être tirés au sort parmi les par­ti­ci­pants afin de deve­nir jurés d’un soir. Une véri­table immer­sion autant qu’une décou­verte pour tous ceux qui n’ont jamais assisté à de tels pro­cès pour­tant géné­ra­le­ment ouverts au public.

 

Un juste retour des choses ? « À l’heure où la jus­tice par­ti­cipe au spec­tacle média­tique, lors de cette soi­rée la jus­tice fera le spec­tacle ! », sou­lignent, non sans humour, les organisateurs.

 

 

Une conférence interactive sur la PMA

 

Cette nuit du droit sera aussi l’oc­ca­sion d’ouvrir le débat sur la pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée (PMA), au cours d’une confé­rence inter­ac­tive ani­mée par des étu­diants de la Faculté de Droit et de Sciences Po Grenoble. Un thème à la pointe de l’ac­tua­lité. « Dans le contexte de la révi­sion de la loi bioé­thique, le débat sur la pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée est l’ob­jet de vifs débats qui témoignent des rap­ports étroits entre droit, poli­tique et société », explique l’organisation.

 

Mais pas si simple, encore faut-il en décryp­ter les enjeux à tra­vers le croi­se­ment des savoirs et de la diver­sité des regards. Pour cela, Henri Oberdorff, pro­fes­seur émé­rite de droit public et Olivier Véran, député de la 1re cir­cons­crip­tion de l’Isère, vien­dront en débattre avec le public.

 

 

Le droit, un domaine souvent méconnu des Français

 

Autant de ques­tions de droit ou de société aux­quelles se pro­pose de répondre cette Nuit du droit. Un domaine sou­vent méconnu des Français, sou­ligne la Cour d’ap­pel, « mais qui régit pour­tant tous les aspects de leur vie. Il pro­tège les liber­tés, garan­tit la sécu­rité juri­dique, per­met le règle­ment paci­fique des conflits, assure le bon fonc­tion­ne­ment de la vie éco­no­mique et sociale », appuie-t-elle.

 

La salle des pas perdus du palais de justice de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La salle des pas per­dus du palais de jus­tice de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Toujours est-il que c’est bien à un moment de convi­via­lité et d’échanges qu’in­vitent la Cour d’ap­pel et ses par­te­naires. Mais pas seule­ment, « c’est aussi, un ins­tant pour faire connais­sance avec les prin­ci­pales ins­ti­tu­tions et prin­ci­paux acteurs du droit », pré­cisent-ils encore en conclu­sion de leur invitation.

 

 

Joël Kermabon.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Saisi par les associations Biodiversité sous nos pieds et FNE Isère, le tribunal administratif de Grenoble a suspendu, le 4 octobre 2021, l'arrêté préfectoral autorisant le projet d'extension de la carrière du Peuye, aux Deux-Alpes. © DR
Le tribunal administratif suspend le projet d’extension de la carrière du Peuye, aux Deux-Alpes

DÉCRYPTAGE - Le tribunal administratif de Grenoble a suspendu, ce lundi 4 octobre 2021, l'arrêté préfectoral autorisant le projet d'extension de la carrière du Peuye, Lire plus

Quatrième édition de la Nuit du droit à Grenoble lundi 4 octobre à partir de 17 heures
Quatrième édition de la Nuit du droit à Grenoble lundi 4 octobre à partir de 17 heures

FLASH INFO — Quatrième édition de la Nuit du Droit à Grenoble comme sur l'ensemble de la France, lundi 4 octobre. L'occasion de nombreux rendez-vous Lire plus

Philippe Cinquin : "la fabrique de l’hypocrisie de la déontologie de la recherche française"
Université Grenoble Alpes : le Pr Cinquin réclame la démission du conseil d’administration pour manquements à la déontologie

  FOCUS – Dans une lettre ouverte, le professeur Philippe Cinquin réclame la démission collective du conseil d'administration de l'Université Grenoble Alpes. En cause ? Lire plus

Le tribunal administratif annule le projet dit Inspira de zone industrialo-portuaire dans le Nord-Isère

  EN BREF - Le tribunal administratif de Grenoble a annulé le projet d'aménagement de zone industrialo-portuaire, dit projet Inspira, dans le Nord Isère. En Lire plus

La justice a mis un coup d'arrêt au développement immobilier de L'Alpe d'Huez. Et bloqué la construction de 4 600 nouveaux lits.
A L’Alpe d’Huez, les annulations de permis de construire se suivent, les recours en justice aussi

  EN BREF - Le tribunal administratif de Grenoble confirme le coup d'arrêt au développement immobilier de L'Alpe d'Huez en annulant la construction de 4 Lire plus

Le tribunal administratif de Grenoble a suspendu plusieurs projets d'extension de domaines skiables en Savoie.
Coup de frein à des projets d’extension de domaines skiables en Savoie

  FLASH INFO - Le tribunal administratif de Grenoble a mis provisoirement à l'arrêt plusieurs projets d'extension de domaines skiables en Savoie.   [caption id="attachment_445063" Lire plus

Flash Info

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin