Journées européennes du patrimoine : la justice sous toutes ses coutures au tribunal de Grenoble

sep article



EN BREF – Le palais de justice de Grenoble organise pour la seconde année consécutive, ce samedi 15 septembre, une journée portes ouvertes dans le cadre des Journées européennes du patrimoine. L’occasion de visiter le bâtiment et ses salles d’audience, de rencontrer les nombreux acteurs de la justice et d’échanger avec eux autour de stands, conférences et animations diverses.

 

 

Affiche de l'événement. © Palais de justice de Grenoble

Affiche de l’é­vé­ne­ment. © Palais de jus­tice de Grenoble

Fort du suc­cès de l’o­pé­ra­tion portes ouvertes orga­ni­sée par l’ins­ti­tu­tion en 2017 à l’oc­ca­sion des Journées euro­péennes du patri­moine, le palais de jus­tice de Grenoble réitère l’ex­pé­rience en ouvrant une nou­velle fois le bâti­ment au public ce samedi 15 sep­tembre de 9 à 18 heures.

 

« Nous repre­nons pour l’es­sen­tiel ce qui a été fait l’année der­nière avec quelques nou­veau­tés », explique Jean-François Beynel, pre­mier pré­sident de la Cour d’appel de Grenoble.

 

« Ce que nous sou­hai­tons c’est que viennent évi­dem­ment les curieux qui veulent voir un bâti­ment judi­ciaire, s’in­té­ressent aux métiers de la jus­tice, à la jus­tice pénale et civile et à ses nom­breux acteurs », com­plète le pré­sident.

 

 

Avocats, experts, forces de l’ordre, administration pénitentiaire, protection de la jeunesse…

 

Pour l’oc­ca­sion et excep­tion­nel­le­ment, la salle des pas per­dus ne jus­ti­fiera pas son nom. Le public pourra en effet uti­le­ment déam­bu­ler, l’es­pace d’une jour­née, entre les nom­breux stands tenus par des asso­cia­tions et pro­fes­sion­nels de la jus­tice. L’événement pré­sente natu­rel­le­ment les dif­fé­rentes juri­dic­tions qui exercent leurs minis­tères res­pec­tifs dans l’en­ceinte du bâti­ment : cour d’appel, tri­bu­nal de grande ins­tance, conseil des prud’hommes, tri­bu­nal de com­merce.

 

Mais il asso­cie aussi les admi­nis­tra­tions et autres orga­nismes concou­rant à l’activité judi­ciaire. Avocats, experts, forces de l’ordre, admi­nis­tra­tion péni­ten­tiaire, pro­tec­tion judi­ciaire de la jeu­nesse… Sans oublier le défen­seur des droits, les huis­siers, les com­mis­saires aux comptes ou les conci­lia­teurs de jus­tice. Autant d’auxi­liaires sur les­quels s’ap­puie la jus­tice au quo­ti­dien.

 

 

« Un reportage émouvant, c’est la vraie justice du quotidien »

 

De nom­breuses confé­rences vont ponc­tuer cette jour­née portes ouvertes. Notamment celles concer­nant le pro­cès d’as­sise, l’ex­pert et le dérou­le­ment d’une exper­tise, le rôle de la presse et des médias, les dan­gers d’Internet ou encore le nou­veau divorce par consen­te­ment mutuel.

 

Jean-François Beynet, le premier président de la Cour d'appel lors d'une conférence sur le procès civil. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-François Beynel, le pre­mier pré­sident de la Cour d’ap­pel lors d’une confé­rence sur le pro­cès civil. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Entre les temps consa­crés à la visite des dif­fé­rents stands, les confé­rences et les ani­ma­tions, les visi­teurs pour­ront chan­ger un peu d’at­mo­sphère.  Notamment en décou­vrant « Questions de jus­tice », « Moi, jeune citoyen » et « Educa droit », les trois expo­si­tions ins­tal­lées dans les salles d’au­dience du palais de jus­tice.

 

Enfin, la dif­fu­sion en boucle, dans l’un des pré­toires, d’un docu­men­taire réa­lisé par France 3 au tri­bu­nal de grande ins­tance de Vienne , « L’exercice de la jus­tice », per­met­tra de rendre compte de la vie quo­ti­dienne d’un tri­bu­nal en France. « Un repor­tage émou­vant, sou­ligne Jean-François Beynel, c’est la vraie jus­tice du quo­ti­dien, un bon tra­vail de jour­na­lisme, c’est vrai­ment très inté­res­sant de voir ça. »

 

 

Reconstitution d’une audience correctionnelle

 

Également au pro­gramme de cette jour­née, une recons­ti­tu­tion de scène de crime ani­mée par des experts de l’i­den­tité judi­ciaire et la pré­sen­ta­tion du sys­tème de bra­ce­let élec­tro­nique. Au titre des nou­veau­tés, la recons­ti­tu­tion d’une audience cor­rec­tion­nelle ordi­naire, « comme on en a ici tous les jours », indique Jean-François Beynel, avec juges, pro­cu­reur, avo­cats et pré­ve­nus.

 

Reconstitution d'une scène de crime lors de la journée portes ouvertes de 2017. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Reconstitution d’une scène de crime lors de la jour­née portes ouvertes de 2017. © Joël Kermabon – Place Gre’net

En l’oc­cur­rence, la com­pa­ru­tion immé­diate des auteurs – bien sûr fic­tifs – d’un vol à l’ar­ra­ché pris en fla­grant délit. De quoi satis­faire la curio­sité du public pour la chose judi­ciaire. Tout autant que la visite des cel­lules d’at­tente, la fameuse “sou­ri­cière”, où sont déte­nues les per­sonnes défé­rées avant leur com­pa­ru­tion.

 

« Nous offrons là un pla­teau assez diver­si­fié où l’on peut pas­ser trois bonnes heures avec ses enfants », assure le magis­trat du siège. Qui compte ainsi bien dépas­ser le score des 1 500 visi­teurs enre­gis­trés lors de l’é­di­tion 2017.

 

Joël Kermabon

 

 

commentez lire les commentaires
2640 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.