Journées européennes du patrimoine : la justice sous toutes ses coutures au tribunal de Grenoble

sep article

EN BREF – Le palais de justice de Grenoble organise pour la seconde année consécutive, ce samedi 15 septembre, une journée portes ouvertes dans le cadre des Journées européennes du patrimoine. L’occasion de visiter le bâtiment et ses salles d’audience, de rencontrer les nombreux acteurs de la justice et d’échanger avec eux autour de stands, conférences et animations diverses.

 

 

Affiche de l'événement. © Palais de justice de Grenoble

Affiche de l’événement. © Palais de justice de Grenoble

Fort du succès de l’opération portes ouvertes organisée par l’institution en 2017 à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, le palais de justice de Grenoble réitère l’expérience en ouvrant une nouvelle fois le bâtiment au public ce samedi 15 septembre de 9 à 18 heures.

 

« Nous reprenons pour l’essentiel ce qui a été fait l’année dernière avec quelques nouveautés », explique Jean-François Beynel, premier président de la Cour d’appel de Grenoble.

 

« Ce que nous souhaitons c’est que viennent évidemment les curieux qui veulent voir un bâtiment judiciaire, s’intéressent aux métiers de la justice, à la justice pénale et civile et à ses nombreux acteurs », complète le président.

 

 

Avocats, experts, forces de l’ordre, administration pénitentiaire, protection de la jeunesse…

 

Pour l’occasion et exceptionnellement, la salle des pas perdus ne justifiera pas son nom. Le public pourra en effet utilement déambuler, l’espace d’une journée, entre les nombreux stands tenus par des associations et professionnels de la justice. L’événement présente naturellement les différentes juridictions qui exercent leurs ministères respectifs dans l’enceinte du bâtiment : cour d’appel, tribunal de grande instance, conseil des prud’hommes, tribunal de commerce.

 

Mais il associe aussi les administrations et autres organismes concourant à l’activité judiciaire. Avocats, experts, forces de l’ordre, administration pénitentiaire, protection judiciaire de la jeunesse… Sans oublier le défenseur des droits, les huissiers, les commissaires aux comptes ou les conciliateurs de justice. Autant d’auxiliaires sur lesquels s’appuie la justice au quotidien.

 

 

« Un reportage émouvant, c’est la vraie justice du quotidien »

 

De nombreuses conférences vont ponctuer cette journée portes ouvertes. Notamment celles concernant le procès d’assise, l’expert et le déroulement d’une expertise, le rôle de la presse et des médias, les dangers d’Internet ou encore le nouveau divorce par consentement mutuel.

 

Jean-François Beynet, le premier président de la Cour d'appel lors d'une conférence sur le procès civil. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-François Beynel, le premier président de la Cour d’appel lors d’une conférence sur le procès civil. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Entre les temps consacrés à la visite des différents stands, les conférences et les animations, les visiteurs pourront changer un peu d’atmosphère.  Notamment en découvrant « Questions de justice », « Moi, jeune citoyen » et « Educa droit », les trois expositions installées dans les salles d’audience du palais de justice.

 

Enfin, la diffusion en boucle, dans l’un des prétoires, d’un documentaire réalisé par France 3 au tribunal de grande instance de Vienne , « L’exercice de la justice », permettra de rendre compte de la vie quotidienne d’un tribunal en France. « Un reportage émouvant, souligne Jean-François Beynel, c’est la vraie justice du quotidien, un bon travail de journalisme, c’est vraiment très intéressant de voir ça. »

 

 

Reconstitution d’une audience correctionnelle

 

Également au programme de cette journée, une reconstitution de scène de crime animée par des experts de l’identité judiciaire et la présentation du système de bracelet électronique. Au titre des nouveautés, la reconstitution d’une audience correctionnelle ordinaire, « comme on en a ici tous les jours », indique Jean-François Beynel, avec juges, procureur, avocats et prévenus.

 

Reconstitution d'une scène de crime lors de la journée portes ouvertes de 2017. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Reconstitution d’une scène de crime lors de la journée portes ouvertes de 2017. © Joël Kermabon – Place Gre’net

En l’occurrence, la comparution immédiate des auteurs – bien sûr fictifs – d’un vol à l’arraché pris en flagrant délit. De quoi satisfaire la curiosité du public pour la chose judiciaire. Tout autant que la visite des cellules d’attente, la fameuse “souricière”, où sont détenues les personnes déférées avant leur comparution.

 

« Nous offrons là un plateau assez diversifié où l’on peut passer trois bonnes heures avec ses enfants », assure le magistrat du siège. Qui compte ainsi bien dépasser le score des 1 500 visiteurs enregistrés lors de l’édition 2017.

 

Joël Kermabon

 

 

commentez lire les commentaires
1523 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.