Rencontre sur la sécurité entre État et élus grenoblois à la rentrée : Éric Piolle salue un « pas en avant »

sep article

FIL INFO – En déplacement dans le Vercors, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a indiqué qu’il rencontrerait les élus de Grenoble et de son agglomération à la rentrée, afin d’évoquer avec eux les questions de sécurité. Une annonce saluée par Éric Piolle, quand bien même la Ville et l’État ne partagent pas le même diagnostic sur la vidéosurveillance et alors que la Police de sécurité du quotidien sur Grenoble ne semble pas pour demain.

 

 

« L’occasion de sortir des postures » : tel est l’espoir formulé par le maire de Grenoble, suite à l’annonce du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb concernant son intention de rencontrer les élus de la ville et de son agglomération. Objet du rendez-vous ? Les enjeux de sécurité du territoire, largement exposés après la médiatisation de la mort d’Adrien Perez, tué de coups de couteau au sortir d’une boîte de nuit meylanaise fin juillet.

 

Le maire de Grenoble Éric Piolle aux côtés de Lionel Beffre, préfet de l'Isère © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Le maire de Grenoble Éric Piolle aux côtés de Lionel Beffre, préfet de l’Isère. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

C’est à l’occasion de sa visite dans le Vercors que Gérard Collomb a fait cette annonce, notamment devant la caméra de nos confrères de France Bleu. Un déplacement consacré à la sécurisation des activités sportives estivales qui n’avait pas manqué de susciter la colère du syndicat Alliance police nationale. Les représentants des forces de l’ordre auraient en effet préféré voir leur chef à Grenoble, où agressions et règlements de compte sur fond de trafics de drogue se multiplient.

 

 

Éric Piolle salue « un pas en avant »

 

« Gérard Collomb a fait, ce jour, un pas en avant que nous saluons. Nous répondrons bien entendu positivement à l’invitation qui nous est lancée car nous l’avions expressément demandée », indique Éric Piolle. Le maire de Grenoble se dit ainsi prêt « à partager de manière lucide le diagnostic de la situation » autant qu’à « présenter précisément tous les moyens actuellement mis en œuvre dans [sa] commune en matière de tranquillité et de sécurité ».

 

Pour Élisa Martin, première adjointe de Grenoble en charge de la Tranquillité publique, les caméras de vidéosurveillance vantées par Gérard Collomb ne sont pas une solution viable en matière de sécurité © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Pour Élisa Martin, première adjointe de Grenoble en charge de la Tranquillité publique, les caméras de vidéosurveillance vantées par Gérard Collomb ne sont pas une solution viable en matière de sécurité. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Éric Piolle fait encore savoir sa « détermination » à accueillir des effectifs de police supplémentaires, autant que sa volonté de voir Grenoble et son agglomération intégrées dans le plan de déploiement de la Police de sécurité du quotidien. Si la volonté d’arrondir les angles avec l’État est patente, les attentes demeurent donc les mêmes que celles récemment formulées par l’adjointe de Grenoble en charge de la Tranquillité publique, Élisa Martin.

 

 

Un calcul politicien pour les élections municipales de 2020 ?

 

Grenoble et le gouvernement sur la même longueur d’onde ? Si Gérard Collomb évoque, « dans l’avenir », un « effort » sur la zone grenobloise, il n’en estime pas moins que la « sécurité est une coproduction » et cite son travail en tant que maire de Lyon… autour de la vidéosurveillance. « J’avais fait installer beaucoup de vidéoprotection, ce qui permettait effectivement de sécuriser la Ville », déclare-t-il. Une allusion à la municipalité grenobloise qui, ainsi que le rappelait récemment Élisa Martin, juge les caméras inopérantes et refuse d’y recourir.

 

Gérard Collomb en visite dans le Vercors vendredi 17 aout, en conversation avec Lionel Beffre. © SDIS 38 - Page Facebook

Gérard Collomb en visite dans le Vercors vendredi 17 aout, en conversation avec Lionel Beffre. © Sdis 38 – Page Facebook

 

Gérard Collomb assure ne pas chercher la polémique, mais ses propos résonnent pourtant comme une leçon adressée à la Ville de Grenoble. « Il ne faut pas qu’il n’y ait que l’État qui fasse des efforts. Il faut que chacun mette du sien de manière à pouvoir assurer la sécurité », juge-t-il. Avant d’ajouter : « J’ai toujours pensé que lorsqu’on était maire, c’était son premier devoir d’assurer la sécurité. » Un écho aux communiqués des députés En marche Olivier Véran et Émilie Chalas qui reprochaient à Éric Piolle de se défausser de ses responsabilités ?

 

Quant à la police de sécurité du quotidien, rien ne semble gagné. « C’est au fur et à mesure que vont sortir les promotions que l’on pourra mettre en place dans d’autres villes que celles qui ont été annoncées une police de sécurité du quotidien », déclare le ministre. Les policiers du quotidien sur Grenoble, ce n’est donc pas pour tout de suite. Peut-être pour l’après 2020, selon le résultat des élections municipales ? Certaines voix ne manquent pas de suspecter d’ores et déjà un calcul purement politicien de la part du gouvernement.

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
2647 visites | 12 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 12
  1. tant que notre municipalité emploiera des leurres pour faire
    diversion ,afin de ne pas prendre en compte la réalité des
    grenoblois au quotidien ,il n’y aura aucune amélioration aux
    problèmes rencontrés par les résidents de notre agglomération.
    En premier lieu,il serait nécessaire d’inculquer le respect des
    forces de l’ordre, dont la vocation est de servir au mieux la
    population et en particulier des victimes des incivilités.
    En second lieu, il faut inculquer l’esprit des lois à tous ceux
    qui commettent violences .Il faut être bizarre en étant un
    représentant du peuple grenoblois et favoriser une exposition
    néfaste aux relations avec nos polices municipales et nationales …
    https://www.20minutes.fr/societe/2155331-20171020-grenoble-police-outree-exposition-controles-facies

    sep article
  2. Le Maire laxiste et son équipe de libertaire rouges et verts, qui font rétrograder Grenoble depuis 2014 et bien avant au sein de la municipalité Destot, saluent un pas en avant sur la sécurité, eux les rois du laisser faire, de l’immobilisme, c’est à pleurer ce cynisme. Vivement 2020 qu’ils partent tous de la municipalité.

    sep article
    • J’espère que vous allez bientôt faire l’apologie de Gabriac comme futur maire de Grenoble ?
      représentant de génération identitaire, un mouvement politique de jeunesse qui lutte contre l’islamisation et l’immigration massive. Là vous aurez un maire super actif !

      sep article
      • Bonsoir Caro, je ne comprends pas pourquoi vous prêtez des
        motivations obscures aux commentateurs,qui n’apparaissent
        pas dans leurs commentaires ?
        Vos commentaires sont dignes d’intérêt, vous pouvez donc
        faire l’effort d’accepter des points de vue différents des
        votre sans les vouer à la géhenne …

        sep article
        • bonsoir Stef. Pas de problème, j’accepte des points de vue différents des miens à condition qu’ils ne disent pas de contrevérités. Quand Jean Némarre attaque la mairie pour son immobilisme, écrit-il, vis à vis des dealers, je fais remarquer que c’est la police nationale qui doit lutter contre eux, pas la mairie et sa police municipale. C’est pourquoi j’ai donné un lien vers un article dans lequel il est question du Bois de Boulogne, où la BAC est chargée de le nettoyer. Police nationale et police municipale, chacun son domaine, même au niveau de la sûreté.

          sep article
  3. Si j’ai bien compris la situation, celui qui administre la ville de
    Grenoble, se défausse sur le ministre de l’intérieur, à qui il
    reconnaît de faire un « pas en avant » dans le combat contre
    l’insécurité sur l’agglomération grenobloise.
    A quand une enquête pour dégager les responsabilités dans
    l’évolution des incivilités? Puisque l’insécurité est devenu le
    problème partagé par tous…
    « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils
    chérissent les causes »
    (J-B Bossuet )

    sep article
  4. Bonjour
    Hier notre tortue avait rentre la tête…..elle ne voulait et ne pouvait rien voir et rien savoir…. Aujourd’hui la tortue est reposée sur sa carapace et ne peut donc rien faire pire elle voit le monde a l’envers…
    BENYOUB.A

    sep article
  5. Bonjour
    Petit message aux élus qui me téléphone pour me faire taire….
    Attention,je peux etre tres méchant…….
    Je réitère à Saint Martin D’heures et Grenoble LR recrute en prison……Quel bel exemple pour une jeunesse qui ne reve plus.

    BENYOUB.A
    Un citoyen qui ne se cache pas derrière un pseudo

    sep article
  6. Quant aux calculs politiques, ce sont les même des deux côtés.

    Ce qui est scandaleux car le Ministre tout comme le maire ont le devoir d’agir. Ne pas le faire est prendre les grenoblois en otage pour leur propre petit bénéfice.

    sep article
  7. A pleurer de rire. Un maire qui ne fait rien, pas plus que le ministre d’ailleurs qui salue un pas en avant: nous sommes au bord du gouffre…

    sep article
  8. Bonjour
    Ne pas oublier qu’il existe a Grenoble une mafia politique…. Des politiques meurtrières l’utilisation du fait religieux ,le clientélisme sont aussi a dénoncer. Le pire de tout est que l’ont retrouve ce beau monde dans les ministeres. Mr le président de la République devrait commencer par faire le ménage autour de lui et ce débarrasser de cet opportuniste. Faire carrière sur le dos des Grenoblois et surtout bénéficier d’une tel couverture est juste lamentable et loin d’être noble…. En attendant laissons le couple médias politiques nous conter une berceuse. BENYOUB.A
    Un citoyen qui ne se cache pas derrière un pseudo.
    Message aux trois singes de la sagesse (Procureur Préfet Maire)
    N’oublier surtout pas ce point là.

    sep article