Démolition du complexe hospitalier de Saint-Hilaire-du-Touvet : la fin d’un hôpital… et de ses fantômes ?

sep article

EN BREF – Les derniers travaux de démolition du complexe hospitalier de Saint-Hilaire-du-Touvet sont en cours, avant une renaturation du site en 2019. Le plateau des Petites roches dira adieu aux bâtiments qui l’ont occupé durant presque un siècle. Et qui étaient devenus ces dernières années un lieu de rendez-vous pour curieux, graffeurs ou photographes.

 

 

Le complexe hospitalier de Saint-Hilaire-du-Touvet ne sera bientôt plus qu’un souvenir. D’ores et déjà bien entamé, le chantier de déconstruction des trois bâtiments doit prendre fin en 2019 avec la « renaturation » du site, soit dix ans après les premières décisions de démolition. La fin d’une époque, autant pour les générations de professionnels de santé qui ont œuvré dans ces locaux que pour les curieux, tagueurs ou photographes qui investissaient volontiers les lieux ces dernières années.

 

Vue aérienne du complexe hospitalier de Saint-Hilaire-du-Touvet avant démolition © Préfecture de l'Isère

Vue aérienne du complexe hospitalier de Saint-Hilaire-du-Touvet. © Préfecture de l’Isère

 

Construits dans les années 20 sur le plateau des Petites roches, entre 1 100 et 1 500 mètres de hauteur, les trois bâtiments étaient à l’origine des sanatoriums destinés à traiter les personnes atteintes de tuberculose. Ils furent par la suite reconvertis en établissements de soins et de réadaptation fonctionnelle. Avec, rappellent les services de la préfecture de l’Isère, une capacité d’accueil de 1 200 patients et l’emploi d’un millier de personnes.

 

 

L’hôpital et ses fantômes

 

Entre 2008 et 2010, les établissements ont déménagé, le site étant jugé exposé aux risques d’avalanches et de chutes de pierres. Sévère, un internaute décrit ainsi sur Flickr « la fin pathétique des hôpitaux de Saint-Hilaire-du-Touvet ». Si ceux-ci demeurent vides et à l’abandon, ils continuent toutefois de recevoir des visites de graffeurs, de squatteurs ou de photographes, mais aussi parfois d’anciens membres du personnel, nostalgiques des lieux.

 

Bercko compte parmi ces photographes qui avaient fait des bâtiments désaffectés une source d’inspiration. Figures fantomatiques évoluant dans des décors en ruine, tags volumineux et même cadavre de voiture calcinée… Le photographe grenoblois et ses modèles ont contribué à donner une âme à l’ancien hôpital à travers plusieurs séries de clichés dont nous reproduisons un échantillon.

 

 

Depuis 2015, les différents locaux ont été soumis à des opérations de désamiantage et de curage, avant le début des démolitions. Avec la réalisation des derniers abattages, l’année 2018 marquera la fin de ces travaux et le début de la remise en forme du site et de sa renaturation.

 

En 2019, soit près de cent ans après la naissance des sanatoriums, les habitants de Saint-Hilaire-du-Touvet pourront dire adieu pour de bon à leur complexe hospitalier. Mais, qui sait, peut-être pas à ses fantômes…

 

Florent Mathieu

 

 

commentez lire les commentaires
3741 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. destruction d’un futur patrimoine historique que ne retrouverons pas nos descendants

    sep article