UNE Le secteur "Berthelot-Zola", terrain de l'Espé sera construit en 2020 dans le cadre de la Zac Flaubert, ville en transition. Juin 2018. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Le pro­jet de quar­tier en tran­si­tion se pré­cise sur le ter­rain de l’Espé (ex-IUFM) à Grenoble

Le pro­jet de quar­tier en tran­si­tion se pré­cise sur le ter­rain de l’Espé (ex-IUFM) à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS - Quel que soit le promoteur qui construira sur le terrain de l’École supérieure du professorat et de l’éducation (Espé, ex-IUFM), 31 avenue Marcelin Berthelot, il devra respecter le plan masse orienté « ville en transition » que l’aménageur, l'agence Sathy et la Ville de Grenoble viennent de porter à la connaissance du public. En tout état de cause, l'acquéreur et promoteur du terrain est pour l'heure Safilaf. Sauf remise en cause possible à l'issue d'une procédure au tribunal toujours en cours…

 

 

Le secteur "Berthelot-Zola", terrain de l'Espé sera construit en 2020 dans le cadre de la Zac Flaubert, ville en transition. Juin 2018. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Le secteur "Berthelot-Zola", terrain de l'Espé sera construit en 2020 dans le cadre de la Zac Flaubert, ville en transition. Juin 2018. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Entouré par des murets, haies et quasi-remparts en pierre lui octroyant une allure de citadelle imprenable, le terrain de 3,3 ha du 31 avenue Marcelin Berthelot attise les convoitises. Car il est encore occupé par les bâtiments de l’École supérieure de professorat et de l’éducation, ex-Institut Universitaire de formation des maîtres (IUFM), mais plus pour très longtemps…

 

En 2020, dans le cadre de la Zone d'aménagement concertée (Zac) Flaubert, s’engagera en effet la transformation de ce terrain, appelé « Berthelot-Zola » dans le plan de la Zac, en un véritable morceau de ville en transition. Les premières livraisons d’immeubles sont attendues pour 2023-2024.

 

 

"La Ville a le pouvoir de planifier le projet"

 

Point sur l'écoquartier Flaubert, le 4 juin, Vincent Fristot, adjoint à l'urbanisme de la Ville de Grenoble, salle de la Plateforme © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Point sur l'écoquartier Flaubert, le 4 juin, avec Vincent Fristot, adjoint à l'urbanisme, au logement, et à la transition énergétique à Grenoble, salle de la Plateforme © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Le ou les promoteurs qui construiront sur ce quartier devront suivre à la lettre le plan masse qui sera gravé dans le marbre, une fois inscrit dans le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI), en cours d'élaboration.

 

Et tant pis si Safilaf, qui a acquis le terrain auprès du Département de l'Isère pour 9,4 millions, n’avait pas envisagé son projet de la sorte… « Aujourd’hui, la Ville n’a pas la propriété de ce terrain*, convient Vincent Fristot, adjoint à l'urbanisme, au logement et à la transition énergétique à Grenoble, mais elle a le pouvoir de planifier le projet. Notre volonté est de défendre les intérêts de la collectivité. »

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 69 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Réchauffement cli­ma­tique : la part des acti­vi­tés humaines « très sous-esti­mée » selon des cher­cheurs grenoblois

  FOCUS – Grâce aux glaces du Groenland, des chercheurs de l’Institut des géosciences de l’environnement ont contribué à déterminer avec précision la part des Lire plus

Transition éco­lo­gique : cinq « can­di­dats-maires » dont Éric Piolle signent un enga­ge­ment commun

  FIL INFO — Cinq « candidats-maires » écrivent engager leurs villes, en réalité leur campagne, autour de dix engagements sur la transition écologique et « l'urgence climatique ». Lire plus

Marche pour le climat du 1er février 2020 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Deux nou­velles marches pour le cli­mat à Grenoble les ven­dredi 13 et samedi 14 mars

  FIL INFO — Avec ou sans Greta Thunberg, la marche pour le climat des lycéens est toujours d'actualité à Grenoble, vendredi 13 mars. Rendez-vous Lire plus

A Crolles, STMicro réduit la moitié de ses effectifs à la production jusqu'au 2 avril. Insuffisant pour la CGT qui réclame l'arrêt total de la production.
STMicro Crolles : retour sur des rejets très dis­crets de gaz à effet de serre… en pleine alerte pollution

  DÉCRYPTAGE - Quelles quantités de CF4, gaz à effet de serre très puissant, se sont échappées de l'usine STMicro à Crolles, fin janvier ? Lire plus

Convoi assemblé au-dessus de la base de Cap Prud'homme sur le continent Antarctique, juste avant le départ du raid ASUMA (Improving the accuracy of the surface mass balance of Antarctica). ASUMA est un programme ANR/IPEV dans le cadre duquel un raid scientifique est parti le 1er décembre 2016 depuis le point D10, à quelques kilomètres de la base française de Dumont d’Urville en Antarctique, en direction du centre du continent. Le but de ce programme est notamment de mieux connaître l’évolution actuelle de la neige accumulée en surface de l’Antarctique d’une année sur l’autre. Ceci permettrait de diminuer l’incertitude sur son régime actuel et sur son impact possible sur le niveau des mers. Le raid ASUMA a lieu dans une zone encore largement inconnue d’un point de vue scientifique, car très peu de mesures y ont été faites au sol. Il s’agit d’une zone de transition entre la côte et le plateau Antarctique. UMR5001 Institut des Géosciences de l'Environnement 20170034_0011
Des cher­cheurs de Grenoble en Antarctique pour mieux pré­voir la mon­tée des océans

FIL INFO - Des chercheurs grenoblois du CNRS et de l'Université Grenoble-Alpes seront aux côtés de confrères italiens et australiens dans une expédition sur le Lire plus

Sécheresse. DR
Vingt com­munes de l’Isère recon­nues en « état de catas­trophe natu­relle » : les demandes de répa­ra­tions sont à dépo­ser d’ici le 27 juillet

  FIL INFO – Inondées ou asséchées au cours de l’année 2018, vingt communes* du département de l'Isère ont été reconnues en état de catastrophe Lire plus

Flash Info

|

02/07

15h57

|

|

01/07

12h07

|

|

01/07

11h33

|

|

01/07

11h04

|

|

01/07

10h14

|

|

30/06

16h28

|

|

30/06

15h43

|

|

30/06

14h25

|

|

30/06

11h19

|

|

30/06

10h44

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 36 : « Les dif­fi­cul­tés à exer­cer le métier de jour­na­liste dans cer­tains quartiers »

Culture| La Caverne, une nou­velle librai­rie indé­pen­dante qui veut faire vivre le livre à Grenoble

Abonnement| Élisa Martin, pas­sio­na­ria gre­no­bloise LFI, fait son entrée à l’Assemblée natio­nale après avoir ren­versé Émilie Chalas

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin