UNE BidonvilleRomsPlaceGrenet03DR-650x433_opt

Quartier Mistral à Grenoble : pour­quoi des jeunes ont chassé les Roms et mis le feu à leur campement

Quartier Mistral à Grenoble : pour­quoi des jeunes ont chassé les Roms et mis le feu à leur campement

EN BREF – Quatre ou cinq familles roms avec enfants, soit une tren­taine de per­sonnes, ins­tal­lées au bout de la rue Albert-Thomas quar­tier Mistral à Grenoble, ont été chas­sées par de « jeunes habi­tants », selon le Dauphiné libéré et la police. Puis ces jeunes ont mis le feu au cam­pe­ment, le samedi 9 juin dans la soi­rée. Pourquoi ont-ils com­mis de tels actes ? Interviewé, Karim Kadri, pré­sident de l’Union de quar­tier et du Collectif des habi­tants de Mistral lève un peu le voile sur les motifs de cette pous­sée de vio­lence, qu’il condamne fermement.

Pourquoi des jeunes de Mistral, quartier "politique de la Ville" à Grenoble s'en sont ils pris à un campement de Roms dans la nuit du samedi 9 juin ? Si aucune raison ne justifie la violence, selon Karim Kadri, celui-ci éclaire le contexte. Il avait prévenu les autorités des tensions qui montaient… en vain. Les tours au centre de la cité © Véronique Magnin – placegrenet.fr

Les tours au centre de la cité Mistral à Grenoble © Véronique Magnin – pla​ce​gre​net​.fr

Dans la nuit de samedi 9 à dimanche 10 juin, une « bande de jeunes » selon France Bleu a déli­bé­ré­ment agi pour effrayer une tren­taine de Roms et les faire par­tir du quar­tier Mistral, où ils squattent depuis deux ans à l’angle des rues Paul-Strauss et Albert-Thomas. La bande de jeunes avait, semble-t-il, pré­mé­dité son mode opé­ra­toire. Elle s’y est en effet, prise en deux temps.

D’après France Bleu, les « jeunes » ont d’a­bord menacé les familles roms de mettre le feu à leurs caba­nons de for­tune, qu’ils ont effec­ti­ve­ment asper­gés d’es­sence, leur but étant visi­ble­ment de les faire fuir. Ces der­nières sont alors par­ties se réfu­gier dans un squat un peu plus loin.

Plus tard dans la nuit, les jeunes sont reve­nus et ont incen­dié l’un des caba­nons. « Le feu [s’est pro­pagé] à deux autres avant d’être éteint par les pom­piers », indique France Bleu. Il n’y a pas de bles­sés à déplorer.

« Les habi­tants se plaignent régu­liè­re­ment du com­por­te­ment des Roms »

S’il condamne fer­me­ment et sans équi­voque ces actes de vio­lence « déplo­rables », Karim Kadri, le pré­sident de l’Union de quar­tier et du Collectif des habi­tants de Mistral (Cohamis), déclare tou­te­fois ne pas être étonné. « C’était à pré­voir. Heureusement qu’il n’y a pas eu de vic­times », com­mente-t-il.

KarimKadriReunionMistralCreditSeverineCattiaux

A gauche, Eric Piolle, maire de Grenoble, Karim Kadri (au micro) le pré­sident de l’Union de quar­tier et du Collectif des habi­tants de Mistral (Cohamis) © Séverine Cattiaux

Selon lui, ces actes auraient pu être évi­tés car lui et d’autres sen­taient bien la ten­sion mon­ter. « Le dia­logue était de plus en plus dif­fi­cile avec les Roms qui n’ar­rivent pas à s’in­té­grer dans le quar­tier », explique-t-il.

C’est-à-dire ? « Les habi­tants se plaignent régu­liè­re­ment du com­por­te­ment des Roms, qui déversent les pou­belles sur le sol, après les avoir fouillées ». On lui a aussi rap­porté que « les Roms ne disent pas bon­jour et jettent des regards pro­vo­ca­teurs ».

« On ajoute de la misère à la misère qui existe dans notre quartier »

Le pré­sident de l’Union de quar­tier a éga­le­ment inter­pellé la Ville de Grenoble. Cette der­nière lui aurait répondu qu’elle ne pou­vait pas délo­ger les Roms, car ce n’est “pas humain, ni poli­ti­que­ment cor­rect”. « Ou alors il fau­drait qu’un huis­sier constate le déver­se­ment des pou­belles dans les rues [lire le témoi­gnage de Karim Kadri, ndlr], m’a-t-on expli­qué ! Donc autant dire que per­sonne ne peut rien faire », résume ce dernier.

Vendredi 27 février 2015, une manifestation "Je suis Mistral" organisée par les habitants dans le Quartier Mistral. Motif : ras le bol des habitants, sentiment de ne pas être écouté, de ne pas être pris en considération... Credit Karim Kadri

Vendredi 27 février 2015, une mani­fes­ta­tion « Je suis Mistral » orga­ni­sée par les habi­tants dans le Quartier Mistral. Motif : ras le bol des habi­tants, sen­ti­ment de ne pas être écouté, de ne pas être pris en consi­dé­ra­tion… © Karim Kadri

Depuis, la situa­tion s’est enli­sée… « Comment vou­lez-vous que ça fonc­tionne ? lance le pré­sident, acca­blé. On ajoute de la misère à la misère qui existe dans notre quar­tier : chô­mage, jeunes qui dealent, etc. Les gens sont excédés. »

Et quand les auto­ri­tés n’a­gissent pas, c’est la loi de la jungle qui prend le relais… « Le pro­blème de l’ac­cueil des Roms est une vraie pro­blé­ma­tique, recon­naît par ailleurs Karim Kadri. Les Roms ont droit à un loge­ment digne. Le pro­blème n’est pas seule­ment local mais natio­nal et même européen. »

Séverine Cattiaux

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Domène : l’élu RN Quentin Feres s’op­pose à une lec­ture théâ­trale, qua­li­fiée de « pro­mo­tion du wokisme », à la médiathèque

EN BREF - Le conseiller municipal Rassemblement national de Domène Quentin Feres, membre de la majorité, s'oppose à l'organisation d'une lecture théâtrale du livre La Lire plus

Saint-Égrève : le Chai inau­gure l’hô­pi­tal de jour soins conjoints parents-bébé, « une struc­ture unique en Isère »

FOCUS - Le Centre hospitalier Alpes-Isère (Chai) de Saint-Égrève a inauguré, jeudi 11 avril 2024, l'hôpital de jour soins conjoints parents-bébé. Ouverte en décembre 2023, Lire plus

Chasse-sur-Rhône appelle à l’ap­pli­ca­tion du prin­cipe pol­lueur-payeur pour les PFAS, ou pol­luants éternels

FLASH INFO - La mairie de Chasse-sur-Rhône s'engage contre les PFAS, soit les substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées communément désignées comme des "polluants éternels" que l'on Lire plus

Palais de justice de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Meurtre d’une jeune Lyonnaise en Italie : le sus­pect placé sous écrou extra­di­tion­nel et en déten­tion par les juges grenoblois

EN BREF - Le compagnon de la jeune Lyonnaise retrouvée morte poignardée dans le Val d'Aoste, le 5 avril 2024, a été déféré au palais Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Meurtre d’une jeune femme en Italie : son com­pa­gnon inter­pellé à Lyon et déféré au par­quet de Grenoble

EN BREF - Une jeune Lyonnaise de 22 ans a été retrouvée morte poignardée, dans une église, le 5 avril 2024, dans le Val d'Aoste, Lire plus

Cité scolaire internationale de Grenoble DR
« Népotisme » à la Cité sco­laire inter­na­tio­nale de Grenoble : des ensei­gnants s’in­surgent dans une lettre ouverte au rectorat

FOCUS - Le Collectif pour la défense du service public d’éducation (CDE38) a adressé, le 1er avril 2024, une lettre ouverte au rectorat de Grenoble, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !