Municipales 2020 : candidat malheureux en 2014, Philippe de Longevialle prépare son retour à Grenoble

sep article

FIL INFO – Adjoint à l’urbanisme sous Michel Destot et candidat malheureux en 2014, le centriste Philippe de Longevialle, s’il ne s’est pas officiellement déclaré, semble bien parti pour remettre le couvert pour les prochaines élections municipales à Grenoble.

 

 

Philippe de Longevialle tête de liste de Imagine Grenoble présentant son programme dans son local de campagne le 25 février 2014 avec son écharpe orange

Philippe de Longevialle en 2014 © Paul Turenne – placegrenet.fr

Après Matthieu Chamussy, Alain Carignon ou Stéphane Gemmani, et des velléités qui se font jour du côté de Paul Bron ou des marcheurs, un nouveau potentiel candidat aux élections municipales à Grenoble avance ses pions.

 

On prend les mêmes et on recommence ? Revoilà donc Philippe de Longevialle qui, au travers d’un communiqué appelant à rencontrer ses potentiels futurs électeurs*, semble plus que disposé à prendre la température, à moins de deux ans du scrutin.

 

L’ex-adjoint à l’urbanisme sous le mandat du socialiste Michel Destot, candidat malheureux en 2014, est comme il y a quatre ans accompagné de Marie-Claire Népi, adjointe en charge du secteur 3 de 2008 à 2014.

 

Pour ce centriste fondateur du Modem isérois en 2017, « il faut dès maintenant envisager l’alternance. Elle ne saurait être captée par telle ou telle formation politique, ou par telle ou telle chapelle, sous peine de voir la division s’installer et reproduire le schéma de 2014 ».

 

 

Philippe de Longevialle dénonce la « gestion idéologique » d’Eric Piolle

 

Celui qui a toujours, d’Aix-les-Bains où il travaille **, gardé un œil sur la vie politique grenobloise, appelle donc au rassemblement, « sans esprit partisan ». Il faut dire que Philippe de Longevialle a, exception faite des extrêmes, balayé à peu près tout le spectre politique, du RPR au Modem en passant par l’UDF et l’alliance avec le PS en 2008. Un parcours éclectique qui ne lui a pas valu que des amis.

 

Et notamment dans les rangs des écologistes, à qui son passage à la mairie de Grenoble et ses projets d’urbanisme ont donné de l’urticaire. Réponse du berger à la bergère ? Philippe de Longevialle tacle la politique d’Eric Piolle, qu’il estime enfermé dans une « gestion idéologique ».

 

Philippe de Longevialle lors du débat à L'Ampérage sur les horaires d’ouverture tardive pour les pratiques culturelles nocturnes avec les candidats aux élections municipales de Grenoble

© Chloé Ponset – placegrenet.fr

« Aucun grand projet de ville ne saute aux yeux des observateurs. La municipalité n’a fait que réaliser et inaugurer, très lentement et après de multiples tergiversations, les projets lancés par ses prédécesseurs, et on cherche vainement la vision développée pour Grenoble et son agglomération », soulignent les deux ex-élus dans le communiqué.

 

« Aucun progrès sensible n’a encore été acté, si ce n’est le rond-point du Rondeau, autrefois combattu par les élus actuels, dans le désenclavement de Grenoble en matière de déplacements. »

 

PC

 

 

* Mercredi 13 juin à 11 heures au café de la Table ronde, place Saint André à Grenoble.

 

 

** Après avoir créé sa société « Montblanc Patrimmonium » à Aix les Bains, Philippe de Longevialle a ouvert début 2018 un local d’agent immobilier dans le quartier de l’Alma à Grenoble. Article mis à jour le 12 juin.

 

 

commentez lire les commentaires
1710 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.