Loi Agriculture et alimentation : un texte perfectible pour les sénateurs isérois LR

sep article



FOCUS – La présidente de la Commission des Affaires économiques au Sénat Sophie Primas était en visite en Isère le lundi 4 juin, à l’invitation des sénateurs de l’Isère Frédérique Puissat et Michel Savin. Les trois parlementaires Les Républicains ont suivi une « journée sénatoriale sur l’agriculture ». L’occasion de visiter des exploitations et de confier leurs impressions sur la future loi Agriculture et alimentation.

 

 

« Le cœur du pro­blème, c’est com­ment faire gagner de l’argent aux agri­cul­teurs », a insisté Sophie Primas. La pré­si­dente de la Commission des affaires éco­no­miques au Sénat était en Isère lundi 4 juin, à l’in­vi­ta­tion des séna­teurs Frédérique Puissat et Michel Savin, pour une « jour­née séna­to­riale sur l’a­gri­cul­ture ». L’occasion pour les trois Républicains de s’ex­pri­mer sur la loi Agriculture et ali­men­ta­tion, adop­tée par l’Assemblée natio­nale le 30 mai der­nier, et qui sera sou­mise très pro­chai­ne­ment au Palais du Luxembourg.

 

Visite de la Ferme des colibris de Sophie Primas, Frédérique Puissat et Michel Savin © Michel Savin

Visite de la Ferme des Colibris de Sophie Primas, Frédérique Puissat et Michel Savin © Michel Savin

 

Visite à Voiron d’une cui­sine col­lec­tive du Département des­ser­vant des col­lèges, de la Ferme bio des Colibris à Méaudre ou de la coopé­ra­tive Vercors Lait à Villard-de-Lans, ren­contre avec des acteurs de l’a­gri­cul­ture isé­roise… L’objectif était bien, explique Sophie Primas, de « confron­ter les textes géné­raux à la réa­lité ter­ri­to­riale ». En par­ti­cu­lier, sou­ligne Michel Savin, dans un dépar­te­ment d’a­gri­cul­ture de mon­tagne qui compte beau­coup de petites exploi­ta­tions.

 

« La loi donne un cadre et c’est impor­tant, mais il faut que l’on soit très vigi­lant à ce que ces lois per­mettent la liberté ter­ri­to­riale », indique Sophie Primas. La crainte des séna­teurs ? Que de nou­velles normes viennent per­tur­ber l’ac­ti­vité d’ex­ploi­ta­tions ou de coopé­ra­tives qui ont très bien su s’or­ga­ni­ser toutes seules. « Il ne faut pas que cer­tains textes les mettent en dif­fi­culté avec des orien­ta­tions com­pli­quées », résume encore Michel Savin.

 

 

Un texte à améliorer, juge la sénatrice

 

Quel regard portent les séna­teurs Les Républicains sur la loi Agriculture et ali­men­ta­tion, direc­te­ment issue des États géné­raux de l’a­li­men­ta­tion ? Si Sophie Primas juge le pro­jet bon sur le fond, elle ne manque pas d’ex­pri­mer quelques réserves. Ses attaques les plus viru­lentes concernent la deuxième par­tie du texte. Une por­tion lar­ge­ment com­men­tée dans l’o­pi­nion publique, englo­bant la non-inter­dic­tion du gly­pho­sate, l’au­to­ri­sa­tion des « fermes-usines », de la cas­tra­tion à vif des por­ce­lets ou encore du broyage des pous­sins mâles et cane­tons femelles…

 

Quel équilibre financier entre distribution et production pour permettre aux agriculteurs d'être mieux rémunérés ? © Florent Mathieu - Place Gre'net

Quel équi­libre finan­cier entre dis­tri­bu­tion et pro­duc­tion pour per­mettre aux agri­cul­teurs d’être mieux rému­né­rés ? © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Nous sommes pas­sés de six articles à soixante, avec une pro­fu­sion d’i­ma­gi­na­tion et de posi­tion­ne­ments des uns et des autres, des amen­de­ments “Je n’y connais rien, mais je pense que ce serait mieux comme ça“ », moque volon­tiers la séna­trice. Et de déplo­rer une par­tie qu’elle juge avant tout vouée à la com­mu­ni­ca­tion, « au moment même où l’on négo­cie la Pac [Politique agri­cole com­mune de l’Union euro­péenne, ndlr] et que la France est ter­ri­ble­ment absente ».

 

C’est fina­le­ment la pre­mière par­tie du texte que Sophie Primas et ses col­lègues veulent rete­nir. Un texte qui vise à régle­men­ter les négo­cia­tions entre pro­duc­teurs, trans­for­ma­teurs et dis­tri­bu­teurs, en fixant notam­ment un prix de revient idéal pour les agri­cul­teurs. Mais com­ment y par­ve­nir alors qu’un litre de lait peut être pro­duit dans une petite exploi­ta­tion du Vercors dif­fi­cile d’ac­cès ou bien dans une struc­ture très acces­sible dis­po­sant d’un trou­peau impor­tant ? « Le texte qui sort de l’Assemblée doit encore être amé­lioré », juge la séna­trice.

 

 

Une « course à la déflation » délétère ?

 

Mêmes doutes sur le relè­ve­ment des seuils de revente à perte (SRP). La loi pré­voit en effet d’aug­men­ter ce seuil de 10 %, autre­ment dit d’im­po­ser aux dis­tri­bu­teurs de revendre au détail un pro­duit 10 % au-des­sus de son prix d’a­chat. Une mesure, contes­tée par plu­sieurs cher­cheurs, et qui laisse per­plexe la pré­si­dente de la Commission des affaires éco­no­miques au Sénat. « Je n’ai pas encore com­pris com­ment ça allait dans la poche des agri­cul­teurs… », iro­nise-t-elle une nou­velle fois.

 

De gauche à droite, Frédérique Puissat, Sophie Primas et Michel Savin © Florent Mathieu - Place Gre'net

De gauche à droite, Frédérique Puissat, Sophie Primas et Michel Savin © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La volonté de la loi de régu­ler les pro­mo­tions, sur les baisses de prix comme sur la volu­mé­trie, trouve net­te­ment plus grâce à ses yeux, même si elle est encore jugée insuf­fi­sante. Pour Sophie Primas, les pro­mo­tions inces­santes dans les grands com­merces sont délé­tères : « On a tel­le­ment tiré les prix vers le bas qu’au­jourd’­hui ce n’est même plus une ques­tion de par­tage de la valeur, mais de créa­tion de valeur ! », dénonce-t-elle.

 

Et la séna­trice de se réjouir de l’in­ter­dic­tion du mot « gra­tuit » dans les annonces de pro­mo­tions : « Quand on dit qu’un pro­duit est gra­tuit, on ins­taure dans la tête du consom­ma­teur que rien n’a de valeur, y com­pris le tra­vail des gens. » Plus qu’une ques­tion de coût, Sophie Primas voit aussi dans les pro­mo­tions à répé­ti­tion une « course à la défla­tion » qui crée une véri­table perte de repères. Signe, concluent les trois par­le­men­taires, d’une société où les citoyens per­draient la conscience de la valeur et du coût des choses.

 

FM

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2457 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.