Le stade des Alpes a chaviré de bonheur après la remontée du FC Grenoble rugby en Top 14

sep article



FOCUS – En écrasant Oyonnax (47−22) samedi 12 mai au stade des Alpes, le FC Grenoble rugby a retrouvé le Top 14 un an après l’avoir quitté. Pas favoris, les Grenoblois ont réalisé un superbe match, poussés par un stade des Alpes qui a exulté au coup de sifflet final.

 

 

Le FC Grenoble rugby jouait sa sai­son sur un match. Après s’être incliné face à Perpignan en finale de Pro D2 le 6 mai, le FCG avait une ultime chance de retrou­ver le Top 14, l’é­lite du rugby fran­çais. Et ce seule­ment un an après sa relé­ga­tion.

 

Le stade des Alpes était paré aux couleurs du FCG pour l'entrée des joueurs sur le terrain. © Laurent Genin

Le stade des Alpes était paré aux cou­leurs du FCG pour l’en­trée des joueurs sur le ter­rain. © Laurent Genin

Pour y par­ve­nir, les Grenoblois devaient s’im­po­ser face à Oyonnax en bar­rage samedi 12 mai. La mis­sion s’an­non­çait com­pli­quée. Les joueurs de l’Ain ont évo­lué toute la sai­son en Top 14, ter­mi­nant à la trei­zième place. Or la dif­fé­rence de rythme entre Pro D2 et Top 14 est impor­tante.

 

Néanmoins, Grenoble pou­vait comp­ter sur le sou­tien du stade des Alpes. 18 500 spec­ta­teurs avaient pris place dans l’en­ceinte gre­no­bloise. « Cela hur­lait dans tous les sens. Nous nous sommes réga­lés. Cela nous a pous­sés et nous a fait un bien fou », a confié le deuxième ligne du FCG Mickaël Capelli.

 

 

Le FC Grenoble comme dans un rêve

 

Cette ren­contre s’est dérou­lée comme dans un rêve pour les Grenoblois. Menant déjà 14 – 0 après onze minutes de jeu grâce à des essais de Lolagi Visinia et de David Mélé trans­for­més par ce même Mélé, les joueurs com­men­çaient déjà à croire à l’ex­ploit.

 

Grenoble a su tenir bon en défense en deuxième mi-temps quand Oyonnax a essayé de revenir au score. © Laurent Genin

Grenoble a su tenir bon en défense en deuxième mi-temps quand Oyonnax a essayé de reve­nir au score. © Laurent Genin

Entre deux équipes très joueuses, le match s’est révélé animé, mais le FCG a tou­jours mené. À la mi-temps, le club isé­rois pos­sé­dait dix-huit points d’a­vance (28−10), des essais des piliers Ali Oz et Alisona Taumalolo pour Grenoble et de l’ai­lier d’Oyonnax Daniel Ikpefan ayant fait gon­fler le score.

 

 

Forcément, une réac­tion des Oyonnaxiens était atten­due après la pause. Elle est inter­ve­nue grâce au dou­blé d’Ikpefan. Le FCG n’a­vait alors plus que onze points d’a­vance (28−17, 52e) et la confiance chan­geait de camp. Mais il a su tenir bon en défense pour ensuite por­ter l’es­to­cade grâce à des réa­li­sa­tions de Bastien Guillemin et de Visinia une nou­velle fois (38−17, 68e). Oyonnax a même bu le calice jus­qu’à la lie quand Paulin Mas a ins­crit le sep­tième essai du FCG (47−17, 79e).

 

 

Une communion avec le public sur la pelouse

 

Grenoble com­men­çait déjà à savou­rer son suc­cès quand Axel Muller a sauvé l’hon­neur des joueurs de l’Ain en toute fin de par­tie (47−22, 80e). Cela n’a tou­te­fois rien changé, le score étant acquis.

 

Le supporters fêtent la remontée du FCG en Top 14 sur la pelouse du stade des Alpes. © Laurent Genin

Le sup­por­ters fêtent la remon­tée du FCG en Top 14 sur la pelouse du stade des Alpes. © Laurent Genin

Le FCG rejoint avec bon­heur le Top 14 au terme d’une superbe per­for­mance. « Nous n’a­vons pas été sur­pris de notre niveau parce que nous y avons tou­jours cru entre nous », expli­quait le troi­sième ligne Loïc Godener.

 

« Nous sommes tou­jours res­tés dans notre cocon et avons tra­vaillé ensemble. J’avais dit que nous allions rele­ver la tête [après la défaite contre Perpignan, ndlr], je pense que nous l’a­vons prouvé. »

 

« Quel pied ! », savou­rait lui aussi l’ou­vreur Franck Pourteau. Une fois que le coup de sif­flet final a retenti, le public du stade des Alpes a alors bas­culé dans l’al­lé­gresse. Une douce eupho­rie. Rien à voir avec les débor­de­ments qui avaient eu lieu ven­dredi 11 mai après la défaite du GF38. Les sup­por­ters ont envahi la pelouse pour venir com­mu­nier avec leurs joueurs. Chants, danses, puis concert de klaxons à l’ex­té­rieur du stade… Les Grenoblois ont fêté comme il se doit ce retour du FCG dans l’é­lite du rugby fran­çais.

 

Laurent Genin

 

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
1839 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.