Benoît Hamon fêtera à Grenoble la première année de Génération.s : objectif Européennes

sep article

Creative Mobilities Mou

FIL INFO – Benoît Hamon viendra fêter le premier anniversaire de Génération.s à Grenoble le 1er juillet prochain. Sur les terres des élus écologistes qui ne l’avaient pour autant pas soutenu à bras ouverts au premier tour de la présidentielle. En vue, cette fois : les élections européennes prévues en juin 2019.

 

 

Ecopla à Saint-Vincent-de-Mercuze : les ex-salariés contestent la décision du tribunal de commerce de Grenoble de céder l'entreprise, dernier fabricant français d'emballage alimentaire en aluminium, au groupe italien Cuki. Les politiques au chevet de l'entreprise, ici Benoit Hamon Crédit Eric Billard

Benoit Hamon à Ecopla © Eric Billard

La première convention de son mouvement, Génération.s, Benoît Hamon a choisi de l’organiser à Grenoble, apprend-on dans Le Figaro.

 

Les 30 juin et 1er juillet prochains, l’ex-candidat à la présidentielle, éjecté dès le premier tour avec à peine plus de 6 % des voix – soit le pire score d’un candidat socialiste depuis Gaston Deferre en 1969 – viendra marcher en terre “radicalo-écologiste”.

 

Le maire écolo de Grenoble n’a pourtant pas toujours été un de ses fervents partisans. Au premier tour de la présidentielle, Eric Piolle avait même appelé à voter pour le candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, enfreignant les consignes de son parti, Europe-Ecologie-Les Verts. Avant de se raviser quelques mois plus tard…

 

 

Les jeunes socialistes de l’Isère déjà derrière Benoît Hamon

 

Un an après sa fondation, où va Génération.s ? Le mouvement, qui revendique 53 000 adhérents, a d’abord converti les nouvelles générations, comme à Grenoble, où les jeunes socialistes de l’Isère ont claqué la porte du PS pour rejoindre Benoît Hamon.

 

En attendant, à un an des élections européennes, l’ex-socialiste reprend, ou continue, sa tournée. Il ne devrait pas être seul le 1er juillet prochain. À ses côtés, Yanis Varoufakis, l’ex-ministre des Affaires étrangères grec, leader de Diem 25, est d’ores et déjà annoncé. Objectif commun aux deux hommes : rompre avec l’austérité, responsable pour Benoît Hamon de la montée des extrêmes en Europe.

 

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
2355 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. sep article
  2. Les amateurs clivants aiment Grenoble.
    Ils se retrouvent, pour un projet irréaliste sans pragmatisme.
    Qui se ressemble, s’assemble.
    Avrillier, Fristot, Piolle, Mongaburu…
    Nationalement ça donne Duflot, Melenchon, Hamon.
    De belles perspectives pour les décennies à venir.

    sep article
  3. C’est à pleurer de rire…
    S’il fait le même score qu’à la présidentielle, c’est à dire 6%, il aura au maximum 1 député européen, et encore, avec de la chance…

    Dans un scrutin proportionnel à un tour, aucun parti n’a intérêt à faire des alliances. Elles se négocient après le scrutin pour la formation des groupes.
    Ce qui serait drôle serait de voir Piolle sur la liste de Hamon en position non éligible mais qui lui permettrait de faire campagne pour les municipales en prenant prétexte des européennes.

    Dieu que ça va être drôle.

    sep article