Des chercheurs de l’Ipag remettent en cause les lois de la naissance des étoiles

Des chercheurs de l’Ipag remettent en cause les lois de la naissance des étoiles

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FIL INFO – Un consortium international de scientifiques, dont des chercheurs de l’Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble (Ipag), a découvert une répartition inattendue des masses des structures mères des étoiles dans une nébuleuse lointaine de la Voie lactée. Leurs travaux ont été publiés le 30 avril 2018 dans la revue Nature Astronomy.

 

 

Que les étoiles naissent dans des nuages molé­cu­laires de gaz et de pous­sières est désor­mais connu de tous. À l’intérieur de ces nébu­leuses, autre­ment nom­mées pou­pon­nières d’étoiles, se forment des bulles de gaz qui, en s’effondrant sur elles-mêmes, donnent nais­sance aux cœurs pro­gé­ni­teurs ou struc­tures mères des astres lumineux.

 

Détail de la nébuleuse de l'Aigle par le télescope spatial Hubble. DR

Détail de la nébu­leuse de l’Aigle par le téles­cope spa­tial Hubble. DR

 

Jusqu’à pré­sent, les scien­ti­fiques pen­saient qu’il exis­tait une rela­tion étroite entre les masses des cœurs pro­gé­ni­teurs et celles des étoiles au sein des amas qu’ils engendrent en se frag­men­tant. Relation décrite en 1955 par Edwin Salpeter sous la forme d’une loi astrophysique.

 

L’universalité de cette loi vient d’être remise en cause par une équipe scien­ti­fique inter­na­tio­nale* cha­peau­tée par des cher­cheurs de l’Institut de pla­né­to­lo­gie et d’astrophysique de Grenoble (IPAG). Leurs tra­vaux qui s’appuient sur la pré­ci­sion des obser­va­tions offertes par le grand réseau d’an­tennes millimétrique/submillimétrique du désert d’Atacama (Alma) au Chili, ont été publiés** dans la revue Nature Astronomy, le 30 avril 2018.

 

 

Le réseau d’antennes Alma a permis d’étudier un amas dense de cœurs progéniteurs

 

La loi d’Edwin Salpeter a été fon­dée sur l’observation des nuages molé­cu­laires les plus proches de notre sys­tème solaire. Les seuls obser­vables avec les moyens tech­no­lo­giques de l’époque. Toutefois peu denses, ces der­niers s’a­vèrent peu repré­sen­ta­tifs de la diver­sité des nuages de gaz de notre galaxie, la Voie lac­tée.

 

Réseau d'antennes millimètres / submillimètres d'Atacama (ALMA), sur le plateau de Chajnantor dan

Réseau d’an­tennes mil­li­mètres – sub­mil­li­mètres d’Atacama (Alma), sur le pla­teau de Chajnantor dans les Andes chi­liennes. DR

 

Grâce à sa sen­si­bi­lité et à sa réso­lu­tion spa­tiale uniques, le réseau Alma a per­mis de mesu­rer la quan­tité des struc­tures mères au sein d’une région beau­coup plus loin­taine et très active de notre galaxie. Il s’agit de l’amas W43-MM1 dont la den­sité est cette fois-ci bien plus typique des nuages molé­cu­laires de la Voie lactée.

 

 

La loi d’Edwin Salpeter de 1955 remise en cause

 

Dans cet amas, les cher­cheurs ont éta­bli « une dis­tri­bu­tion des cœurs pro­gé­ni­teurs sta­tis­ti­que­ment robuste sur une gamme de masse inéga­lée, allant des étoiles sem­blables au soleil aux étoiles cent fois plus mas­sives », pré­cisent-ils. Ô sur­prise : cette dis­tri­bu­tion ne suit pas la loi de 1955 ! À savoir que la pro­por­tion entre les objets mas­sifs et non mas­sifs devrait être la même dans les groupes de cœurs pro­gé­ni­teurs et ceux d’é­toiles nou­vel­le­ment formées.

 

L’amas d’étoiles en formation W43-MM1, tel qu'observé avec l'interféromètre millimétrique ALMA. Les très nombreux sites de formation d’étoiles, appelés coeurs et identifiés ici par des ellipses, témoignent de la forte activité de formation d’étoiles de cette région. © ESO/ALMA/F. Motte/T. Nony/F. Louvet/Nature Astronomy

L’amas d’étoiles en for­ma­tion W43-MM1, tel qu’ob­servé avec l’in­ter­fé­ro­mètre mil­li­mé­trique Alma. Les très nom­breux sites de for­ma­tion d’étoiles, appe­lés cœurs et iden­ti­fiés ici par des ellipses, témoignent de la forte acti­vité de for­ma­tion d’étoiles de cette région. © ESO/Alma/F. Motte/T. Nony/F. Louvet/Nature Astronomy

 

En effet, dans le nuage W43-MM1, les cœurs mas­sifs se sont révé­lés sur­abon­dants et les cœurs peu mas­sifs sous-repré­sen­tés. La loi d’Edwin Salpeter ne s’ap­pli­quant pas à cet amas, il est pos­sible que la répar­ti­tion en masse des jeunes étoiles ne soit pas la même en tout point de notre galaxie, contrai­re­ment à ce que l’on admet encore.

 

 

W43-MM1, un amas singulier ou représentatif ?

 

Prudent, le consor­tium regrou­pant une qua­ran­taine de cher­cheurs va pour­suivre ses tra­vaux avec l’in­ter­fé­ro­mètre mil­li­mé­trique ALMA. Prochaine étape ? Étudier quinze régions simi­laires à W43-MM1 pour com­pa­rer leur dis­tri­bu­tion et éva­luer si les carac­té­ris­tiques de ce nuage sont effec­ti­ve­ment généralisables.

 

Si tel est le cas, « la com­mu­nauté scien­ti­fique devra revoir ses cal­culs por­tant sur la for­ma­tion des étoiles et à terme toutes les esti­ma­tions dépen­dant du nombre d’étoiles mas­sives : enri­chis­se­ment chi­mique du milieu inter­stel­laire, nombre de trous noirs et de super­novæ », indiquent les chercheurs.

 

 

Véronique Magnin

 

 

* Ont éga­le­ment col­la­boré des cher­cheurs de l’Observatoire aqui­tain des sciences de l’univers (CNRS/Université Bordeaux), du Laboratoire d’é­tudes du rayon­ne­ment et de la matière en astro­phy­sique et atmo­sphères (CNRS/Observatoire de Paris/Sorbonne Université) et de l’Institut de radio­as­tro­no­mie millimétrique.

 

** The unex­pec­tedly large pro­por­tion of high-mass star-for­ming cores in a Galactic mini-star­burst. F. Motte, T. Nony, F. Louvet, K. A. Marsh, S. Bontemps, A. P. Whitworth, A. Men’shchikov, Q. Nguyen Luong, T. Csengeri, A. J. Maury, A. Gusdorf, E. Chapillon, V. K̈önyves, P. Schilke, A. Duarte-Cabral, P. Didelon and M. Gaudel. Nature Astronomy, le 30 avril 2018.

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Véronique Magnin

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le projet grenoblois Cobrex, à la recherche d’exoplanètes, lauréat d’une bourse européenne

  EN BREF – Le projet grenoblois Cobrex visant à découvrir des exoplanètes figure parmi les 185 lauréats de l'appel « ERC Advanced Grant 2019 Lire plus

Les 9 et 10 novembre au palais des sports de Grenoble, les rencontres Montagnes & Sciences proposent onze films de défis scientifiques en montagne.
Une aurore boréale en direct devant 1 200 personnes lors des Rencontres Montagnes & Sciences

REPORTAGE VIDÉO – Ce samedi 10 novembre, plus de 1 200 personnes ont pu assister à une démonstration d’aurore boréale projetée sur grand écran au Palais Lire plus

Les 9 et 10 novembre au palais des sports de Grenoble, les rencontres Montagnes & Sciences proposent onze films de défis scientifiques en montagne.
Rencontres Montagnes & Sciences à Grenoble : onze films et une aurore boréale

EN BREF – Les 9 et 10 novembre au Palais des sports de Grenoble, au cœur de la semaine Ciné Montagne, les Rencontres Montagnes & Lire plus

Sagittarius A et son amas d’étoiles (au centre de l’image). © Observatoire de Paris / LESIA
Trous noirs : des chercheurs grenoblois ont contribué à vérifier des prédictions de la théorie d’Einstein

EN BREF - L’instrument astronomique Gravity dont une pièce maîtresse a été conçue par des chercheurs grenoblois a permis de confirmer une prédiction de la Lire plus

Spirou, le nouveau chasseur de lumières d’étoiles part à la découverte d’exoplanètes

FOCUS - Spirou, le nouveau chasseur de naines rouges et d’exoplanètes intégré au télescope Canada-France-Hawaï a enregistré avec succès sa première lumière d’étoile en avril Lire plus

Première découverte d’une exoplanète en formation grâce à sa signature dynamique

FIL INFO - Une exoplanète en cours de formation a été pour la première fois détectée grâce à sa signature dynamique. Les résultats ont été Lire plus

Flash Info

|

22/01

16h03

|

|

22/01

15h43

|

|

21/01

12h23

|

|

21/01

9h48

|

|

20/01

11h24

|

|

20/01

10h02

|

|

19/01

13h19

|

|

19/01

11h57

|

|

19/01

11h18

|

|

19/01

0h33

|

Les plus lus

Éric Piolle présentait ses voeux à la presse ce 13 janvier 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Abonnement| Éric Piolle envisage un stationnement plus cher pour les SUV et de la vidéo-verbalisation en centre-ville

Chloé LE BRET

Politique| Grenoble : Chloé Le Bret, conseillère municipale à l’égalité des droits, démissionne suite à « une rupture de confiance »

Politique| Forte affluence à Grenoble pour la journée de grève dans l’Éducation nationale du jeudi 13 janvier

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin