Les Jeunes socialistes de l’Isère quittent le parti socialiste et rejoignent Génération.s

sep article

FIL INFO –  Les Jeunes socialistes de l’Isère quittent le parti socialiste et rejoignent Génération.s, le mouvement de Benoît Hamon. La rupture annoncée et préparée, avec la mise sur pied d’un comité jeunes de Génération.s depuis septembre dernier, est consommée.

 

Le mouvement des Jeunes socialistes de l'Isère en mars 2018 lors d'un débat, aux côtés d'Eric Piolle et en présence de Roxane Lundy, sur la politique migratoire

Le mouvement des Jeunes socialistes de l’Isère en mars 2018 lors d’un débat, aux côtés d’Eric Piolle et en présence de Roxane Lundy, sur la politique migratoire. DR

Les Jeunes socialistes de l’Isère quittent le parti socialiste et rejoignent Genération.s, le mouvement fondé par l’ex-socialiste Benoit Hamon. Créé en 2005, le MJS38, qui compte quatre-vingt adhérents et une trentaine de militants actifs, entend tourner la page sociale-démocrate pour ouvrir un nouveau chapitre : celui de l’écologie socialiste.

 

« Le MJS Isère n’a plus vocation à mener d’actions à l’avenir, ni même à exister, soulignent Chloé Rousset, l’animatrice fédérale, Lambert Demma, secrétaire général fédéral et le trésorier Antoine Morland dans un communiqué commun. Comme la grande majorité de nos adhérent.e.s, nous faisons le choix de défendre notre idéal écosocialiste au sein de Génération.s ».

 

La rupture a éclaté au grand jour après l’élection, le 11 février dernier, de Roxane Lundy à la tête des Jeunes socialistes. Pour le MJS, l’élection d’Olivier Faure comme premier secrétaire du PS, avec Stéphane Le Foll comme second candidat, n’a pas permis de lever les ambiguïtés du parti vis à vis de la politique libérale d’Emmanuel Macron.

 

 

Un comité jeunes Générations.s en train de se structurer

 

 « Le mouvement des Jeunes socialistes de l’Isère aura défendu pendant treize ans en toute autonomie une ligne politique, n’hésitant pas parfois à s’opposer directement à celle du parti socialiste : durant les manifestations contre la loi Travail, le CICE, les politiques migratoires déshonorantes ».

 

Des désaccords politiques qui couvaient depuis des années, jusqu’à se cristalliser pendant le quinquennat de François Hollande. En Isère, le divorce était pour ainsi dire consommé. En septembre dernier, un comité jeunes Génération.s était mis sur pied. Renouveau ? Ce comité compterait à ce jour une soixantaine de militants actifs mais pas encore d’adhérents. « Le comité est en train de se structurer », précise Chloé Rousset. « Le mouvement des Jeunes socialistes lui va être dissous prochainement ».

 

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
1892 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.