Affichage Nutri-Score sur la publicité : le député de l’Isère Olivier Véran doit revoir sa copie

sep article

FIL INFO – L’amendement d’Olivier Véran visant à imposer le logo Nutri-Score dans la publicité a été rejeté en commission. Entré en vigueur à l’automne dernier, cet étiquetage nutritionnel simplifié apposé sur les denrées alimentaires n’est pas obligatoire. Le député de l’Isère veut l’imposer aux industriels d’une manière détournée.

 

 

Soirée électorale à la Préfecture de Grenoble. 23 avril 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Olivier Véran – 23 avril 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

La proposition du député de l’Isère Olivier Véran (LREM, ex-PS) de rendre obligatoire l’affichage Nutri-Score sur les messages publicitaires des denrées alimentaires a été repoussée. L’amendement au projet de loi issu des États généraux de l’alimentation a été rejeté le 18 avril dernier lors de son examen en commission.

 

Le logo Nutri-Score est un affichage allant de A à E et du vert au rouge pour évaluer la valeur d’un produit. Un étiquetage nutritionnel simplifié, cependant pas obligatoire, qui a fait l’objet d’un fort lobbying de la part des industriels et que le député marcheur de l’Isère, également médecin, comptait bien “imposer” de manière détournée en visant la publicité.

 

« C’est conforme au droit européen, ça ne coûte rien, et ça renforcera considérablement l’information aux consommateurs, avait alors argué le rapporteur général du projet de budget de la Sécurité sociale. J’espère convaincre le plus grand nombre au parlement de l’intérêt de cette mesure, pour laquelle je peux déjà compter sur le soutien du rapporteur du texte de loi et du groupe En Marche. »

 

 

Pour Stéphane Travert, une obligation serait une entrave au marché

 

Mais si le rapporteur, Jean-Baptiste Moreau (LREM), s’est dit favorable à la démarche, il a aussi jugé que la mesure devait être retravaillée avant son passage devant le parlement dans quelques semaines. Quant au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Stéphane Travert, il a estimé qu’une obligation serait une entrave au marché.

 

Le député de l’Isère voit, lui, dans ce logo un levier pour informer les consommateurs mais aussi pour pousser les industriels à faire des efforts. « Depuis la mise en place du Nutri-Score, Fleury-Michon a réduit la teneur en sel de certains de ses produits de 25 %, passant d’un classement C à A », souligne un de ses conseillers.

 

Olivier Véran est déjà à l’origine de la taxe soda votée en octobre dernier et qui prévoit de

de taxer les industriels à partir d’un gramme de sucre pour 100 ml de boisson.

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
1139 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Non ce n’est pas conforme au droit européen. La France sera condamnée par la CJEU si cela est imposé de cette manière.
    Les règles d’étiquetages sont très précises et constituent très rapidement des barrières à l’entrée. Marché intérieur, tout ça, tout ça…

    Le niveau des députés et leur culture juridique et réglementaire est plus que déplorable: inquiétante.

    Et tout ça pour faire parler de soi.

    sep article