Aux portes de Grenoble, trois forêts publiques seront fermées ce dimanche 22 avril

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – Gestion comptable, dérive mercantile… Pour alerter sur les maux qui pèsent sur l’Office national des forêts et derrière, sur les risques qui pèsent sur la gestion des forêts publiques en France, trois domaines aux portes de Grenoble seront symboliquement fermées ce dimanche 22 avril.

 

 

La forêt de la Grande Chartreuse sera fermée ce dimanche 22 avril 2018. Une action symbolique des forestiers pour alerter sur la casse sociale et environnementale

La forêt de la Grande Chartreuse sera fer­mée ce dimanche 22 avril 2018. Une action sym­bo­lique des fores­tiers pour aler­ter sur la casse sociale et envi­ron­ne­men­tale © Patricia Cerinsek

Les forêts publiques de la Grande Chartreuse, Prémol (Chamrousse) et des Vouillants seront « fer­mées » ce dimanche 22 avril *. Une action sym­bo­lique des agents de l’Office natio­nal des forêts en signe de pro­tes­ta­tion contre la poli­tique sui­vie par l’é­ta­blis­se­ment public placé sous la double tutelle des minis­tères de l’Agriculture et de l’Environnement.

 

Dans un com­mu­ni­qué, le col­lec­tif Alerte Unitaire ONF-2018 s’in­quiète du mode de ges­tion suivi par la direc­tion de l’ONF et alerte, une nou­velle fois, après le mou­ve­ment de grève le 14 juin der­nier puis la mobi­li­sa­tion à Paris le 14 décembre qui avait conduit un mil­lier de fores­tiers à des­cendre dans les rues de la capi­tale. « Les déci­sions de la direc­tion de l’ONF et de ses minis­tères de tutelle conduisent à remettre en cause les mis­sions d’in­té­rêt géné­ral en liqui­dant le sta­tut d’é­ta­blis­se­ment public en dehors de tout débat démo­cra­tique », sou­ligne l’in­ter­syn­di­cale.

 

 

« Il n’y a plus de gestion des écosystèmes »

 

Les mis­sions jusque-là dévo­lues à l’ONF  ? Produire du bois mais aussi assu­rer une pro­tec­tion contre les risques natu­rels, le réchauf­fe­ment cli­ma­tique et l’é­ro­sion de la bio­di­ver­sité. Pour les fores­tiers, l’é­co­no­mie et la ren­ta­bi­lité ont sans conteste pris le pas sur l’as­pect envi­ron­ne­men­tal avec la crainte d’une pri­va­ti­sa­tion de la ges­tion des forêts publiques et notam­ment pour répondre aux exi­gences « d’une indus­trie de trans­for­ma­tion avide de pro­duits stan­dar­di­sés ».

 

« Les indus­triels du bois vou­draient une forêt adap­tée à son outil de pro­duc­tion, qui va vers une indus­trie lourde et stan­dar­di­sée », sou­li­gnait il y a quelques mois à Place Gre’net Nicolas Bastides (syn­di­cat natio­nal uni­fié des per­son­nels des forêts et de l’es­pace natu­rel – Snupfen). Il n’y a plus de ges­tion des éco­sys­tèmes ».

 

Une poli­tique libé­rale de casse, à la fois sociale et envi­ron­ne­men­tale où les sous-effec­tifs conju­gués à la pres­sion finan­cière pour sor­tir tou­jours plus de bois, deviennent chro­niques. « La fré­né­sie du bois-éner­gie, source d’éner­gie dite verte, pro­voque en réa­lité une forte aug­men­ta­tion de la pres­sion sur les milieux fores­tiers afin d’a­li­men­ter les monstres indus­triels pro­duc­teurs de cha­leur ou d« élec­tri­cité », dénon­çait le Snupfen en juin 2017.

 

 

PC

 

 

*Des agents fores­tiers seront sur site pour expli­quer les rai­sons de cette action sym­bo­lique, à par­tir de 11 heures : à l’en­trée du site des Vouillands/parc Jean-Jacques Rousseau, sur le par­king dans la mon­tée de Chamrousse pour la forêt de Prémol et au col de Porte pour la Grande Chartreuse. Article mis à jour le 21 avril.

 

commentez lire les commentaires
3484 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. comme ça la nou­velle usine à bois de Piolle et Hulot pourra fumer la Grande Chartreuse verte ( atten­tion aux vapeurs qui feront tour­ner la tête )

    sep article