Déplacements : le PDU de la métropole fait la chasse aux voitures mais reste en panne de financements

sep article



FOCUS – Le plan de déplacements urbains de l’agglomération grenobloise, prévu pour donner une direction à la politique mise en œuvre dans la décennie à venir, est enfin tracé. Mais en faisant la chasse aux voitures et aux énergies fossiles, en misant sur le multimodal et en pariant sans certitudes sur le ferroviaire, certains y voient un plan très idéologique. Choix politique ? Il laisse surtout une grande zone blanche : celle de son financement.

 

 

Tram cours Jean-Jaurès : pic pollution air, gratuité transports en commun Grenoble. © Patricia Cerinsek - placegrenet.fr

Quelle poli­tique des dépla­ce­ments demain dans l’ag­glo­mé­ra­tion ? Le PDU est sur les rails. © Patricia Cerinsek – placegrenet.fr

Après vingt années de démê­lés poli­tico-admi­nis­tra­tifs et judi­ciaires, vingt ans à navi­guer à vue sans plan de dépla­ce­ments urbains, Grenoble va-t-elle enfin se mettre au pli ?

 

Le PDU, docu­ment obli­ga­toire pour défi­nir les prin­cipes d’or­ga­ni­sa­tion des dépla­ce­ments dans les villes de plus de 100 000 habi­tants, est enfin sur les rails.

 

Jeudi 5 avril, les élus du syn­di­cat mixte des trans­ports en com­mun de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise (SMTC) ont en tout cas voté le pro­jet de PDU 2018 – 2030. Pas com­plè­te­ment convain­cus pour cer­tains par la feuille de route tra­cée par son pré­sident, l’é­co­lo­giste Yann Mongaburu, mais semble-t-il un brin rési­gnés… A l’u­na­ni­mité moins quatre abs­ten­tions, le pro­jet suit donc son che­min et se pré­pare à être sou­mis à la popu­la­tion. L’enquête publique devrait suivre en sep­tembre pro­chain.

 

 

Le PDU doit faire baisser le nombre de kilomètres parcourus en voiture de 18 %

 

Un pro­jet qui pré­voit avant toute chose de limi­ter la place lais­sée à la voi­ture et de faire la chasse aux éner­gies fos­siles. Objectif ? Faire tom­ber le nombre de kilo­mètres par­cou­rus en auto chaque année. Le SMTC a compté. Onze mil­lions de kilo­mètres sont ava­lés chaque année sur les routes de la l’ag­glo­mé­ra­tion. Demain, ce chiffre devrait bais­ser de 18 %. C’est ce que pro­mettent les actions pré­vues dans le PDU.

 

Moyennant quoi, les émis­sions de gaz à effet de serre devraient chu­ter de 30 %, les émis­sions d’oxydes d’a­zote de 65 % et les par­ti­cules fines de 50 %.

 

Les conditions estivales favorisent la pollution à l'ozone. Le Nord- Isère et le Bassin grenoblois sont placés en niveau Information et recommandation.

Le nombre de lignes de tram est prévu pour pas­ser de cinq à huit © Patricia Cerinsek

 

Avec tous ces chiffres très théo­riques, Jean-Claude Peyrin (Les Républicains), vice-pré­sident du SMTC y a d’a­bord vu et stig­ma­tisé un pro­jet « éco­lo­giste ». Sachant qu’il est éga­le­ment vice-pré­sident du Département de l’Isère, un des deux contri­bu­teurs aux finances très mal en point du SMTC et prin­ci­pal arti­san de l’é­lar­gis­se­ment de l’A480.

 

« Vous avez défini sept objec­tifs en matière de dépla­ce­ments, à com­men­cer par la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique et pour la tran­si­tion éner­gé­tique. En der­nier ? La fia­bi­li­sa­tion des condi­tions de dépla­ce­ment des biens, des per­sonnes et des mar­chan­dises. Vous n’a­vez jamais sou­haité inver­ser vos objec­tifs ! Le covoi­tu­rage c’est bien mais ce n’est pas la réponse uni­ver­selle aux bou­chons aux portes de l’ag­glo­mé­ra­tion. Les mesures que vous pre­nez ne sont pas à la mesure des embou­teillages ! »

 

Jean-Claude Peyrin © Véronique Serre

Le vice-pré­sident du SMTC y voit un PDU idéo­lo­gique, « bavard, long, redon­dant, sans hié­rar­chi­sa­tion ni prio­ri­tés » qui balaie les poten­tiels pro­grès tech­no­lo­giques pour rendre les voi­tures moins fumantes et pol­luantes.

 

Yann Mongaburu, le pré­sident du SMTC, y voit lui un PDU du 21e siècle fai­sant la part belle au mul­ti­mo­dal et aux nou­velles pra­tiques de mobi­lité.

 

« Peut-être que cer­tains sou­hai­taient qu’on attende les voi­tures volantes ! tance-t-il. Nous pen­sons mul­ti­mo­dal. Nous ne sommes plus dans les années soixante-dix et sur le débat voi­ture contre tram­way ».

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3035 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. On est obligé de se taper des titres du type « chasse à la voi­ture » ? Ça, c’est bon pour les poli­ti­cards de base…

    L’objectif est d’u­ti­li­ser le bon moyen de trans­port pour le bon tra­jet. La voi­ture fait plei­ne­ment par­tie de la solu­tion, en ter­ri­toire rural-mon­ta­gnard-peu dense. Le PDU cherche à en faire un moyen de trans­port per­ti­nent, tout en favo­ri­sant le report modal pour l’ac­cès aux zones denses où la voi­ture est juste une nui­sance plus qu’autre chose.

    Pour que cela réus­sisse, il faut sur­tout opti­mi­ser les réseaux de trans­ports actuels, péren­ni­ser et fia­bi­li­ser le train, ne plus faire de conne­ries comme l’ar­rêt de la ligne 17 à Colonel Dumont, réa­li­ser une poli­tique tari­faire unique et une AOM pour toute l’aire urbaine gre­no­bloise… plus utiles que d’é­lar­gir des auto­routes.

    sep article
    • Cela fait plai­sir de voir des com­men­taires rai­son­nables et rai­son­nés. Cela change des GAM, Jean Aymarre et autres com­pères (en un mot pour res­ter poli).

      La sur­face de la ville étant finie, pour y faire pas­ser tous les tra­fics moto­ri­sés ou pas, il faut faire des choix en faveur des modes de trans­port les plus effi­caces, les moins coû­teux et les moins pol­luants. Aujourd’hui, la grande majo­rité des tra­jets dans l’ag­glo­mé­ra­tion font moins de quelques kilo­mètres. La voi­ture n’est pas, pour une grande majo­rité, adap­tée à ces tra­jets concer­nant 1,3 per­sonnes : pol­lu­tions (atmo­sphé­rique, spa­tiale, visuelle, olfac­tive), insé­cu­rité pour les autres modes, effi­ca­cité éner­gé­tique très mau­vaise (1,5 tonnes pour faire bou­ger quel­qu’un de 50 à 100 kg), coût pour la col­lec­ti­vité. Il est donc nor­mal de favo­ri­ser les autres modes de trans­port en ville mais comme la sur­face étant finie, que la sur­face non bâtie étant consa­crée à la louche au 2/3 pour la voi­ture (files de cir­cu­la­tion + files de sta­tion­ne­ment), cette sur­face doit être répar­tie aux autres modes de trans­port moins nui­sant que la voi­ture. S’il reste des bou­chons, c’est qu’il y a encore trop de voi­tures et que tous ces con-duc­teurs pensent la même chose : « les trans­ports en com­mun / le vélo / la marche à pied, c’est pour les autres » ! Comportement égoïste bien sou­vent.
      Ensuite, pour­quoi fau­drait-il accep­ter que les centres urbains de l’ag­glo tolèrent du tra­fic moto­risé de tran­sit ? Il faut sor­tir un peu. Faites le tra­jet Beaucroissant – val­lée du Rhône et comp­tez le nombre de vil­lage tra­ver­sés. J’en compte 1 seul (Lapeyrouse) qui réclame sa dévia­tion depuis des années. Et il fau­drait qu’en ville, on tolère les nui­sances auto­mo­biles en la fer­mant ? Dites-moi que je rêve !

      Donc encore une fois, bien content de lire le com­men­taire de Dauphinoix !

      sep article
      • Content aussi de vous lire. Je me sen­tais un peu seul :p
        Entendre le vice-pré­sident du SMTC et ceux de son groupe poli­tique, grand défen­seur des élar­gis­se­ments d’au­to­routes sous l’é­gide de Barbier-le-pré­sident-des-routes-qui-tue-le-train accu­ser ceux qui donnent la place aux autres modes de trans­port de créer des bou­chons et aug­men­ter la pol­lu­tion, ça com­mence à me cou­rir sur le hari­cot. Ça et les com­men­ta­teurs divers de ce jour­nal d’af­fir­mer leurs avis jamais argu­men­tés digne du site de Carignon, ou de par­ta­ger leur opi­nion contes­table en la fai­sant pas­ser pour la vérité abso­lue. il com­mence à y en avoir marre des conser­va­tismes de base qui res­tent dans leurs posi­tions dignes des années 70 et qui sur­tout se servent de l’ar­gu­ment envi­ron­ne­men­tal pour jus­ti­fier leurs recours à tout va contre les pro­jets qui vont dans le bon sens.
        Pour reve­nir au sujet, ce PDU ne peut être réa­lisé que si la prio­rité doit être défi­nie dès main­te­nant sur le fer­ro­viaire. Il y a moyen de créer une véri­table étoile fer­ro­viaire per­for­mante, en dou­blant les voies entre Grenoble et Moirans, en péren­ni­sant la ligne Grenoble-Gap, en créant un réseau de petites gares dans les zones péri­ur­baines, et en fai­sant rou­ler des trains en consé­quence. Le RER ainsi créé devien­drait la colonne ver­té­brale du réseau, qui amè­ne­rait direc­te­ment au centres d’ag­glo­mé­ra­tion et serait plus rapide que le tram­way pour tra­ver­ser la métro­pole. Mais les cli­vages poli­tiques, le dépar­te­ment et la région à droite qui ne veulent que finan­cer des auto­routes et des zones com­mer­ciales-logis­tiques en péri­phé­rie, les conser­va­teurs et « citoyens bien-pen­sants » défen­dant la voi­ture par­tout, et l’égoïsme de cer­tains qui peuvent faire autre­ment que de prendre leur voi­ture pour les quelques mètres qu’ils réa­lisent chaque jour, empêchent d’a­van­cer vers une métro­pole plus vivable et agréable.

        sep article
      • ça vient d’ou ces chiffres que la majo­rité des dépla­ce­ments font moins de 1km en voi­ture … le matin quand je prends ma voi­ture, je suis pen­dant plu­sieurs km des dizaines de voi­tures ça sent aussi au doigt mouillé votre truc

        sep article
        • Le doigt mouillé vient de l’é­tude de l’INSEE publiée en début d’an­née 2017 dont voici un extrait d’un tableau inti­tulé « Part du mode de trans­port selon la dis­tance domi­cile-tra­vail effec­tuée par les actifs ayant un emploi »
          Distance par­cou­rue (en km) Vélo Deux-roues moto­ri­sés Marche (ou rol­lers, pati­nette) Transports en com­mun Voiture, camion, four­gon­nette
          0 – 1 4,3 1,8 26,5 9 58,4
          1 – 2 4,1 2 19,7 12,2 62
          2 – 3 4,5 2,5 13,8 15,3 64
          3 – 4 5 3,1 8 21,5 62,4
          4 – 5 2,6 2,6 2,9 17,8 74,1

          Voir un tel niveau d’u­ti­li­sa­tion de la voi­ture pour de si faibles dis­tances, c’est qua­si­ment absurde !

          sep article
  2. sep article
  3. sep article