Quarante-trois Roms évacués d'un squat à Grenoble

Police de sécurité du quotidien : les élus isérois dépités par “l’exclusion” de Grenoble et son agglo

Police de sécurité du quotidien : les élus isérois dépités par “l’exclusion” de Grenoble et son agglo

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – Ni Grenoble, Échirolles ou Saint-Martin-d’Hères n’ont été retenues pour expérimenter la police de sécurité du quotidien. Laquelle se déploiera d’ici janvier 2019 dans trente quartiers en France avec à la clé un renfort de 15 à 30 policiers pour chacun d’eux. En novembre dernier, le préfet de l’Isère avait plus ou moins mis la vidéo-surveillance dans la balance…

 

 

Les forces de police étaient encore très présente ce matin à 10 heures à la Casemate © Anaïs Mariotti - Place Gre'net

© Anaïs Mariotti – Place Gre’net

Pas plus Grenoble qu’Échirolles ou Saint-Martin-d’Hères n’ex­pé­ri­men­te­ront la police de sécu­rité du quo­ti­dien (PSQ). Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb en a fait l’an­nonce ce 8 février.

 

Aucune des trois com­munes de l’Isère qui avaient can­di­daté au dis­po­si­tif n’ont en effet été rete­nues, que ce soit lors de la pre­mière vague – dès sep­tembre pro­chain – ou de la seconde, en jan­vier 2019.

 

Dans la région, seuls le 8e arron­dis­se­ment de Lyon, le quar­tier des Minguettes à Vénissieux et le quar­tier Tarentaise-Beaubrun à Saint-Étienne ont donc été rete­nus pour tes­ter cette pro­messe de cam­pagne du can­di­dat Emmanuel Macron.

 

 

L’absence de vidéo-surveillance fatale à l’expérimentation ?

 

Comment expli­quer que Grenoble ait été écar­tée des villes éli­gibles alors que depuis plu­sieurs mois, les faits de vio­lences se mul­ti­plient dans l’ag­glo­mé­ra­tion jus­qu’à émou­voir les auto­ri­tés judiciaires ?

 

Un des volets de cette « réforme » de la police vise notam­ment à équi­per ou conti­nuer d’é­qui­per l’espace public de dis­po­si­tifs de vidéo-sur­veillance. Or, en novembre der­nier, le pré­fet de l’Isère avait plus ou moins ouver­te­ment mis en balance l’ex­pé­ri­men­ta­tion avec la (ré)installation de camé­ras qu’Eric Piolle avait aban­donné aus­si­tôt assis dans le fau­teuil de maire.

 

Ni Grenoble, Échirolles ou Saint-Martin-d'Hères n'ont été retenues pour expérimenter la police de sécurité du quotidien. Rageant pour les élus isérois. Mistral. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

Le quar­tier Mistral. © Véronique Magnin – pla​ce​gre​net​.fr

Quoi qu’il en soit, les maires de Grenoble, Échirolles et Saint-Martin-d’Hères disent vou­loir deman­der une audience au ministre de l’Intérieur pour que la « déci­sion soit revue dans les meilleurs délais ».

 

« La délin­quance dans la zone de police de Grenoble est recon­nue comme impor­tante par tous les acteurs locaux, notam­ment à cause des tra­fics de drogue, en dépit du tra­vail majeur effec­tué au quo­ti­dien par la jus­tice et les forces de l’ordre », sou­lignent les trois élus dans un communiqué.

 

Et ces der­niers de rap­pe­ler la mul­ti­pli­ca­tion, ces der­niers mois, de « faits divers dou­lou­reux » dans l’ag­glo­mé­ra­tion, « laquelle n’a jamais récu­péré les effec­tifs poli­ciers dont elle était dotée ». « L’expérimentation de la PSQ per­met­trait un ren­fort d’ef­fec­tifs et donc un véri­table gain de capa­ci­tés opé­ra­tion­nelles, tout en tra­vaillant à amé­lio­rer la rela­tion entre la police et la popu­la­tion », assurent-ils.

 

D’ici à jan­vier 2019, trente quar­tiers béné­fi­cie­ront de « moyens sup­plé­men­taires » – un ren­fort de 15 à 30 poli­ciers à chaque fois –, sans pour autant que soient consti­tuées de nou­velles bri­gades spécialisées.

 

 

« Une double peine pour les Grenoblois »

 

Sans sur­prise, de nom­breuses voix poli­tiques se sont fait entendre pour déplo­rer “l’ou­bli” de l’ag­glo­mé­ra­tion dans ce nou­veau dis­po­si­tif. A l’i­mage de Matthieu Chamussy, pré­sident du groupe d’op­po­si­tion LR, UDI, Société civile à la Ville de Grenoble, qui se dit mal­gré tout peu sur­pris par cette décision.

 

 

 

Guillaume Gontard, liste « Un engagement commun » (EELV - M1717 - PCF). © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le séna­teur Guillaume Gontard. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Personne ne peut se satis­faire de cette déci­sion, affirme quant à lui Guillaume Gontard, séna­teur éco­lo­giste de l’Isère. « Nous ne pou­vons que regret­ter l’absence de front com­mun de toutes les forces poli­tiques du dépar­te­ment sur le déploie­ment de ce dis­po­si­tif pour­tant indis­pen­sable pour la métro­pole gre­no­bloise. » Et ce der­nier de lan­cer un tacle : « l’absence de sou­tien des par­le­men­taires de la majo­rité a cruel­le­ment fait défaut ».

 

Pour Michel Savin, séna­teur Les Républicains de l’Isère : « Encore une fois, Grenoble reste à l’é­cart de ce dis­po­si­tif, alors que les cri­tères de délin­quance mar­quée et d’importance des tra­fics et inci­vi­li­tés sont plus que jamais pré­sents dans la capi­tale des Alpes. Encore une fois, la métro­pole gre­no­bloise reste à l’é­cart des poli­tiques publiques d’am­pleur. »

 

L’élu salue cepen­dant le meilleur enca­dre­ment de la zone gen­dar­me­rie du dépar­te­ment de l’Isère « afin notam­ment de ren­for­cer la sécu­rité des mobi­li­tés et l’accompagnement des entre­prises et des indus­tries ».

 

PC

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Boule de pain bio de Julie et Michaël, initiateurs du projet de financement participatif pour un four à bois dans leur boulangerie bio d'Autrans. DR
Quatre boulangeries iséroises certifiées Boulanger de France pour leurs bonnes pratiques

  FLASH INFO – Quatre boulangeries iséroises ont reçu le label Boulanger de France. Cette distinction, créée par la Confédération nationale de la boulangerie et Lire plus

Le promoteur Apsys débouté de sa plainte pour "recours abusif" contre cinq militants anti-Neyrpic
Rassemblement des anti-Neyrpic devant le palais de justice de Grenoble jeudi 8 avril

  FLASH INFO — Les opposants au projet Neyrpic de Saint-Martin-d'Hères seront présents jeudi 8 avril de 13 à 14 heures devant le palais de Lire plus

Un collectif a organisé une série d'évènements pour célébrer les 150 ans de la commune de Paris. © Tim Buisson – Place Gre’net
Un collectif grenoblois va commémorer durant trois mois les 150 ans de la Commune de Paris

  FOCUS - Un collectif grenoblois va "faire vivre" les 150 ans de la Commune de Paris. Durant trois mois, de mars à mai 2021, Lire plus

La Région investit 4,6 millions d’euros pour équiper gares et communes en vidéo-surveillance

  FIL INFO — Le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes a récemment présenté les aides attribuées par la Commission permanente du 20 décembre 2019 en matière de Lire plus

Grenoble, Echirolles et Saint-Martin d'Hères devront attendre 2020 pour bénéficier de la police de sécurité du quotidien et de nouveaux renforts policiers.
Lionel Beffre, préfet de l’Isère : “Il n’y aura pas de police de sécurité du quotidien avant 2020 à Grenoble”

ENTRETIEN - Voilà des mois que les maires de Grenoble, Échirolles et Saint-Martin-d'Hères relancent Gérard Collomb pour obtenir des renforts de police en vue de Lire plus

A Grenoble, la question de la sécurité et des violences dans l'agglomération agite la classe politique. Mais, pour l'heure, rien ne bouge...
Oppositions municipales et… extra-municipale demandent des comptes au maire de Grenoble

EN BREF - Les oppositions municipales et extra-municipales montent au créneau sur la question de la sécurité. Et demandent au maire de Grenoble Eric Piolle Lire plus

Flash Info

|

30/11

12h42

|

|

30/11

12h10

|

|

30/11

11h46

|

|

30/11

11h01

|

|

30/11

10h04

|

|

29/11

18h12

|

|

29/11

16h01

|

|

29/11

11h15

|

|

27/11

10h31

|

|

26/11

19h48

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin