Un collectif opposé à la reconversion de dix-neuf bibliothèques par l'Université Grenoble-Alpes a organisé ce 14 décembre le simulacre de leur enterrement.© Joël Kermabon - Place Gre'net

Une marche funèbre contre la fermeture de bibliothèques à l’Université Grenoble-Alpes

Une marche funèbre contre la fermeture de bibliothèques à l’Université Grenoble-Alpes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE VIDÉO – Un collectif d’étudiants, de syndicalistes, d’enseignants-chercheurs et de personnels de documentation a organisé, ce jeudi 14 décembre, le simulacre des funérailles de dix-neuf bibliothèques vouées à être reconverties en espaces numériques de travail au printemps 2018. Le collectif, qui veut sauver un « outil de travail » essentiel, dénonce une décision unilatérale de l’université Grenoble-Alpes, ce que réfute Lise Dumasy, sa présidente.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« On pleure, on pleure, on pleure nos biblio­thèques ! », scan­dait la petite cen­taine de mani­fes­tants ras­sem­blés ce jeudi 14 décembre sur le par­vis de la biblio­thèque Droit – Lettres du cam­pus de Saint-Martin-d’Hères.

 

Près d’une ban­de­role où était écrit « pour les BU d’UFR [biblio­thèques uni­ver­si­taires d’unités de for­ma­tion et de recherche, ou biblio­thèques de com­po­santes, ndlr], on se laisse pas faire », trô­nait un cer­cueil de car­ton noir, entouré de bou­quets de fleurs et de livres. Tout était en place pour le dérou­le­ment du simu­lacre de funé­railles des biblio­thèques que le col­lec­tif enten­dait ainsi célébrer.

 

 

Des bibliothèques reconverties en espace numérique de travail

 

L’idée ? Se rendre en cor­tège dans quelques-unes des biblio­thèques du cam­pus vouées à être recon­ver­ties en espaces numé­riques de tra­vail (ENT) à l’ho­ri­zon 2020. Une déci­sion « uni­la­té­rale et sans véri­table dia­logue ou concer­ta­tion » de l’Université Grenoble-Alpes (UGA), estime le col­lec­tif. Qui ne croit pas à des recon­ver­sions mais craint des fer­me­tures et, par­tant, redoute une dégra­da­tion de la qua­lité de la recherche et de la for­ma­tion des étu­diants, tout autant que des condi­tions de tra­vail des per­son­nels affec­tés à la documentation.

 

Retour en images sur le dérou­le­ment d’un enter­re­ment qui, s’il pou­vait sem­bler au pre­mier abord quelque peu potache, était pris très au sérieux par les participants.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

« Des actions isolées reposant sur des présupposés fallacieux », selon l’UGA

 

La pré­si­dente de l’UGA a bien tenté de démi­ner le ter­rain en affir­mant dans un cour­rier « qu’il n’y aurait pas de fer­me­tures de biblio­thèques ». Las, rien n’y a fait, la mobi­li­sa­tion s’est ampli­fiée. Lise Dumasy est donc reve­nue à la charge le 7 décembre, juste après une assem­blée géné­rale sur le sujet des biblio­thèques de composantes.

 

Lancement d’UGA Éditions, les nou­velles presses plu­ri­dis­ci­pli­naires de l’Université Grenobl- Alpes, en pré­sence de Lise Dumasy, pré­si­dente de l’UGA. DR

Et la pré­si­dente, qui devait avoir eu vent des pro­jets du col­lec­tif, n’y est pas allée avec le dos de la cuillère dans son cour­rier adressé aux per­son­nels de l’UGA…

 

« Nous consta­tons avec éton­ne­ment que nos dif­fé­rents mes­sages ayant voca­tion à ras­su­rer sur l’avenir de nos biblio­thèques de com­po­santes et plus par­ti­cu­liè­re­ment ARSH [arts et sciences humaines, ndlr] n’ont mani­fes­te­ment pas été com­pris. En effet, des mani­fes­ta­tions de type “marche funèbre” avec dépôt de gerbe devant la biblio­thèque Droit – Lettres ainsi que d’autres actions de « com­mu­ni­ca­tion » sont pré­vues. Or notre poli­tique vise à tout sauf à sup­pri­mer ces biblio­thèques », pour­fend Lise Dumasy.

 

« Nous regret­tons une fois de plus sur ce sujet que des actions iso­lées repo­sant sur des pré­sup­po­sés fal­la­cieux priment sur le dia­logue et la cocons­truc­tion », fus­tige-t-elle. Avant de déve­lop­per un court argu­men­taire rap­pe­lant les enjeux de la poli­tique docu­men­taire de l’UGA.

 

Le collectif souhaite « que tout soit remis sur la table »

 

Si les membres du col­lec­tif ont eu connais­sance de ce cour­rier, celui-ci les a lais­sés de marbre et ne les a pas empê­chés de main­te­nir la céré­mo­nie funèbre. « La pré­si­dence nous a dit que nous avions mal com­pris le plan. Mais nous avons bien lu ! assure Franck Gaudichaud, ensei­gnant-cher­cheur à l’UFR de langues étran­gères. Nous sou­hai­tons que tout cela soit remis sur la table et que l’on dis­cute plus sérieu­se­ment d’une amé­lio­ra­tion des biblio­thèques de com­po­santes. Mais pas dans une pers­pec­tive de trans­for­ma­tion en espaces de tra­vail. »

 

Franck Gaudichaud, enseignant chercheur. © JOël Kermabon - Place Gre'net

Franck Gaudichaud, ensei­gnant cher­cheur. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Franck Gaudichaud estime ainsi non négo­ciable « le dépla­ce­ment de mil­liers de livres qui par­ti­raient dans une biblio­thèque cen­trale pour libé­rer de l’es­pace ». Quant à la mobi­li­sa­tion, modeste pour ces funé­railles eu égard au nombre d’é­tu­diants et cher­cheurs sur le cam­pus, il assure qu’elle ne fai­blit pas. « Ce n’est que le début, une jonc­tion est en train de s’o­pé­rer entre Sciences sociales, Lettres, Langues et d’autres dis­ci­plines. Nous avons un large calen­drier de mobi­li­sa­tion et des concer­ta­tions vont être mises en place », annonce-t-il.

 

L’UGA ne comprend pas « qu’aujourd’hui on en soit là ! »

 

Côté UGA, les réac­tions sur ce simu­lacre de céré­mo­nie ne se sont pas fait attendre. « Nous ne com­pre­nons pas qu’aujourd’hui on en soit là, puisque l’information est claire et transparente.
Nous n’allons pas fer­mer de biblio­thèques mais sim­ple­ment les faire évo­luer selon l’usage des étu­diants », déclare Joris Benelle, le direc­teur géné­ral de l’UGA. En ligne de mire ? « Les petites biblio­thèques proches de deux grandes biblio­thèques uni­ver­si­taires », tient-il encore à préciser.

 

© JOël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Frédéric Saby, le direc­teur des biblio­thèques de l’UGA, déclare quant à lui que l’u­ni­ver­sité s’ap­puie « sur la concer­ta­tion qui a com­mencé et sur une grande enquête qui a débuté auprès des étu­diants et des ensei­gnants-cher­cheurs ».

 

Les biblio­thèques vont-elles bien être vidées ? « C’est en fait une réor­ga­ni­sa­tion du bâti­ment Stendhal qui est en cours depuis plu­sieurs années. Cela a com­mencé avant même la fusion des uni­ver­si­tés », démine le direc­teur. Qui assure qu’en aucune manière l’UGA « ne tour­nera le dos à l’im­primé ». Avant de s’é­ton­ner : « Le mou­ve­ment, pour nous, est sur­pre­nant. Beaucoup de choses ont été dites qui ne s’accordent pas avec la réa­lité. Nous n’allons pas fer­mer de biblio­thèques. Ce n’est pas un auto­dafé comme en 1933 ! », assure Frédéric Saby.

 

Dialogue de sourds ? Si direc­tion et usa­gers ne par­viennent pas à trou­ver un ter­rain d’en­tente, d’autres actions vien­dront, et ce pas plus tard qu’a­près les vacances de Noël, pro­met le collectif.

 

 

Joël Kermabon

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble a signé une convention de partenariat sur les signalements d’agressions sexistes ou sexuelles le monde étudiant avec l’Université Grenoble-Alpes, Grenoble École de management, la DDSP de l'Isère et d’autres établissements d'enseignement supérieur. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Étudiants victimes de violences sexuelles et sexistes : une convention signée entre le parquet de Grenoble et plusieurs établissements

FOCUS - Le parquet de Grenoble et plusieurs établissements d'enseignement supérieur grenoblois ont signé, ce 15 octobre 2021, une convention régissant la prise en charge Lire plus

La Région bannit l'écriture inclusive, et l'UNI Grenoble demande à l'UGA de faire de même
La Région bannit l’écriture inclusive, et l’UNI Grenoble demande à l’UGA de faire de même

FLASH INFO — La Région Auvergne-Rhône-Alpes dit non à l'écriture inclusive. Prenant notamment le contrepied de la Ville de Grenoble qui, en novembre 2019, a Lire plus

Corine Lemariey, la nouvelle présidente de l’établissement public de coopération culturelle (EPCC)-CSTI Grenoble-Alpes avait dévoilé le programme de la Fête de la Science à l'occasion de l'inauguration des nouveaux locaux de La Casemate. © Joël Kermabon - Place Gre'net
30e édition de la Fête de la Science : un anniversaire placé sous le signe « de l’émotion de la découverte » jusqu’au 11 octobre en Isère

EN BREF - La 30e édition de la Fête de la Science qui a démarré ce vendredi 1er octobre 2021 a pris ses quartiers en Lire plus

Une visite ministérielle de Frédérique Vidal dédiée à la stratégie quantique et ses futures implications
Une visite ministérielle de Frédérique Vidal dédiée à la stratégie quantique et ses futures implications

FOCUS - La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal était présente à Grenoble jeudi 23 septembre. Si le programme prévoyait une Lire plus

Un lien établi entre exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens et troubles du comportement chez l'enfant
Un lien établi entre exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens et troubles du comportement chez l’enfant

EN BREF - Une étude menée, entre autres, par des chercheurs du CHU Grenoble-Alpes et notamment coordonnée par l'Université Grenoble-Alpes établit un lien entre l'exposition Lire plus

Philippe Cinquin : "la fabrique de l’hypocrisie de la déontologie de la recherche française"
Philippe Cinquin : « la fabrique de l’hypocrisie de la déontologie de la recherche française »

TRIBUNE LIBRE — Alors que l'Université Grenoble-Alpes a vu sa labellisation Idex confirmée de façon définitive, Philippe Cinquin, professeur en santé publique, continue de dénoncer Lire plus

SDH - Le futur compte sur nous

Flash Info

|

16/10

14h42

|

|

16/10

7h48

|

|

15/10

23h27

|

|

15/10

10h12

|

|

15/10

9h14

|

|

14/10

12h03

|

|

13/10

22h57

|

|

13/10

16h18

|

|

13/10

15h31

|

|

13/10

9h38

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin