Suite à sa réunion publique, l’union de quartier Championnet ne relâche pas la pression

sep article

FOCUS – La réunion publique entre habitants et élus de Grenoble organisée par l’union de quartier Championnet Bonne Condorcet Hoche (CBCH) le 29 novembre dernier a mobilisé une centaine de personnes. Les inquiétudes exprimées ce soir-là vont notamment prendre forme dans deux courriers qui seront adressés prochainement à la municipalité.

 

 

Ni « inféodé à une mairie », ni « village gaulois » : c’est ainsi que Thierry Lefebure présente l’Union de quartier Championnet Bonne Condorcet Hoche (CBCH) qu’il préside. Une union de quartier qui tenait son conseil d’administration lundi 11 décembre, faisant notamment le point sur la réunion publique organisée le 29 novembre dernier avec les élus, dont le maire de Grenoble Éric Piolle et l’élu de secteur Antoine Back.

 

De gauche à droite, Thierry Lefebure et Frédéric Champavier © Florent Mathieu - Place Gre'net

De gauche à droite, Thierry Lefebure et Frédéric Champavier © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Une réunion – qui a demandé de longues semaines de préparation, entre nécessité de convenir d’une date avec la municipalité et de trouver un lieu pour accueillir les participants – s’est finalement tenue à la Maison des habitants du Bois d’Artas. Plus d’une centaine de personnes étaient présentes et certaines ont dû renoncer à participer, faute de place.

 

 

Des échanges tendus… sans foire d’empoigne

 

Bilan de cette rencontre ? Des échanges de qualité, juge Thierry Lefebure. « Cette soirée était faite pour que les gens s’expriment, insiste-t-il, et ils ont été très professionnels, ont posé des questions sur les sujets importants ». Et si l’ambiance était tendue par moment, le vice-président de l’union de quartier Frédéric Champavier note que la soirée n’a rien eu d’une foire d’empoigne : « Ce n’était pas le but, on a fait en sorte qu’il y ait le moins de heurts possibles. La polémique pour la polémique, c’est trop facile. »

 

La réunion publique du 29 novembre a permis des échanges entre élus et habitants © Union de quartier CBCH

La réunion publique du 29 novembre a permis des échanges entre élus et habitants © Union de quartier CBCH

 

La polémique n’a toutefois pas été absente des échanges. Si l’opposition à la fermeture du bureau de poste du quartier Championnet a fait consensus entre les habitants et la municipalité, il n’en a pas été nécessairement de même sur les autres problématiques abordées durant la soirée. À commencer par les questions d’aménagements urbain, pour la rue Lakanal, le square Silvestri ou dans le cadre de Cœurs de Ville, cœurs de métropole (CVCM).

 

 

Entre « zone de rencontre » et bouchons quotidiens

 

La rue Lakanal, artère stratégique entre le boulevard Gambetta et la place Championnet, serait ainsi vouée à devenir une « zone de rencontre », soit une zone limitée à 20 Km/h avec priorité absolue accordée aux piétons. Une bonne idée ? « À condition que cela ne devienne pas la rue de la soif ! », nuance le président de l’union de quartier, récemment cosignataire d’une lettre interpellant Éric Piolle sur les nuisances, bruits et dégradations, engendrés par l’abondance de débits de boisson.

 

Le quartier Championnet en passe d'être « sacrifié » ? © Chloé Ponset - Place Gre'net

Le quartier Championnet en passe d’être « sacrifié » ? © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

Les embouteillages à proximité nuisent-ils également au bien-vivre ? C’est l’un des grands motifs de colère des habitants du quartier. Le nouveau plan de circulation CVCM serait cause de bouchons en matinée et en fin de soirée, bien supérieurs à ce qui était observé auparavant. Frédéric Champavier en a fait l’un de ses chevaux de bataille, et pour cause : il est également membre du collectif Grenoble à cœur, pourfendeur du projet de métropolitain.

 

« Le village Championnet a été sacrifié au dogme Cœurs de ville, cœurs de métropole ! », assène-t-il ainsi, reprenant mot pour mot les termes d’une habitante durant la réunion publique. Et l’argumentaire des élus n’a pas convaincu. « Ils ont répondu que la circulation avait baissé rue Hoche, personne n’y croit… Et ils ont comparé deux mois différents sur deux ans ! », s’agace de son côté Thierry Lefebure.

 

 

Le square Silvestri « privatisé » ?

 

Le réaménagement du square Silvestri, situé en face de la Caserne de Bonne et à proximité de la Maison des associations, agace tout autant. L’idée de la municipalité ? Y installer un terrain de basket-ball et revoir les équipements dédiés à la pratique du skate pour les rendre plus adaptés aux pratiquants chevronnés. Frédéric Champavier, lui, craint surtout la disparition d’un lieu de rencontre au profit d’activités bruyante.

 

Le Skate Park actuel du square Silvestri © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Le Skate Park actuel du square Silvestri © Elodie Rummelhard – placegrenet.fr

 

« Pour le coup, c’est une vraie zone de rencontre ! plaide-t-il. Vous avez des personnes qui font leurs courses et se reposent sur les bancs, d’autres qui viennent avec leurs enfants ou petits enfants, des ados qui s’initient au skate, des gens qui viennent jouer à la pétanque, la Maison des associations qui organise des apéros… Et vous avez des arbres, de la verdure. Alors demain, on privatise un espace, on coupe les arbres, avec un îlot de fraicheur qui ne bénéficiera plus à personne ? »

 

Deux courriers de propositions adressés à la Ville

 

Quelle suites à cette réunion publique ? Le conseil d’administration de l’union de quartier a validé le principe d’envoyer deux courriers à la municipalité dans les jours qui viennent. Le premier pour demander une étude d’impact sur l’aménagement du square Silvestri. Le deuxième pour proposer la création d’une voie de circulation entre la rue Hoche et la rue Lesdiguières afin de « désengorger Hoche et Gambetta et faciliter l’accès aux différents parkings ».

 

La place Championnet © Chloé Ponset - Place Gre'net

La place Championnet © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

Et Frédéric Champavier d’ajouter une demande : « une vraie politique de sécurité ». Dernier sujet au cœur des préoccupations de l’union de quartier, les nuisances et le sentiment d’insécurité ont, en effet, alimenté les débats. « Il y a une recrudescence des actes, estime le vice-président. On attend que la municipalité prenne les mesures qui s’imposent et mettent les moyens pour que les gens qui vivent ou viennent à Grenoble et les commerçants se sentent en sécurité ! »

 

Florent Mathieu

 

 

commentez lire les commentaires
2567 visites | 9 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 9
  1. Toujours et encore, Dauphidemes2noix ou la voix de son Maître.

    sep article
    • Excusez-moi de m’exprimer et d’apporter des arguments. Quand vous en aurez, nous pourrons échanger.

      sep article
  2. Marrant, ces gens qui parlent de chiffres foireux sur le trafic et qui comparent également 2 mois de pollution par rapport à 10 ans…

    Au sujet des nuisances des bars, il est à noter que la piétonnisation n’est pas un élément qui génère automatiquement l’arrivée de débits de boissons et de fêtards. Les deux rues grenobloises les plus concernées sont Gaché et Brocherie, qui sont ouvertes aux voitures (plus pour longtemps pour la seconde). De plus, à partir de 22h, le trafic est trop faible pour «empêcher» les piétons de faire «n’importe quoi». Bref, ce ne sont pas les quelques mêtres carrés laissés aux piétons qui vont créer du bruit.
    En revanche, la zone de rencontre risque de générer des frustrations de la part des défenseurs de cette idée : les places seront chères et la circulation pas forcément plus fluide que par une rue entièrement piétonne. A voir sur les faits, testons et adaptons comme cela est fait actuellement sur Rey Sembat.

    Pour ce qui est des bouchons, oui, il y en a plus dans les secteurs où les reports de trafic ont été amenés. La question est de savoir si cela est grave. rappelons qu’en ville, la voiture n’est pas le mode de transport le plus performant, au contraire. Si il faut des bouchons pour mettre tous ceux qui peuvent au vélo et TC, ce n’est pas gênant en soi. L’important est que malgré l’augmentation de trafic sur Gambetta, les piétons restent en sécurité aux intersections. Ce qui devrait arriver avec la refonte fin 2018 du cours Lafontaine et la définition d’espaces pour tous (vélos, voitures, livreurs et piétons).

    sep article
    • Dauphinoix, ou du moins je ne sais qui, en tout cas une personne partie prenante dans CVCM selon vos arguments et la défense bec et ongles de ce projet dont vous faite montre.

      Les Grenoblois sont venu s’exprimer librement à la réunion publique auprès des élus, et il y a un grand écart entre les arguments dogmatiques que vous servez sempiternellement ici (sans parler de désinformations…), et la constatation de ce que vivent les habitants. Ce n’est pas parce que vous relayez des soit disant vérités qu’elles le sont.

      Quand à des adaptations du plan de circulation qui crée congestions, inaccessibilités et nuisances de toutes parts, l’Union de Quartier CBCH en a fait la demande à Eric Piolle ce même soir, à savoir l’accès à minima d’une voie de circulation véhicules entre Hoche et Lesdiguières.

      sep article
      • En tant qu’urbaniste, permettez moi d’être partisan – pour autant je n’ai aucun lien avec les parties prenantes du projet.
        Mes arguments sont aussi dogmatiques que les votres sont conservateurs. Aujourd’hui, la ville doit aller vers un autre partage de l’espace public, celui-là même qui est contraint par la taille des rues et qui ne peut accueillir toutes les voitures du monde. Le principal problème, c’est le trop grand nombre de voitures «inutiles», pas le plan de circulation. Je suis par ailleurs habitant de Grenoble (pas de Championnet certes) et j’apprécie de pouvoir profiter d’une ville plus facile à pied ou à vélo, même si les rares fois où je suis en voiture, c’est plus compliqué qu’avant. La période de transition pour sortir du tout-voiture est nécessaire mais rude je l’accorde. Ça tombe bien : toutes les villes qui l’ont vécu (Amsterdam, Londres et j’en passe) s’en sont remises.
        Quant à mes «vérités», qui êtes vous pour les juger ? Qu’est ce qui est faux dans ce que je dis ?

        sep article
        • Aucuns liens avec les parties prenantes, nous n’y croyons pas une seconde! Je vous invite à écrire sous votre vrai nom plutôt que de vous cacher derrière un pseudo puisque vous êtes soit disant si neutre et indépendant que ça….

          Conservateurs? Dogmatiques? Encore une fois, vous extrapolez et inventez en nous faisant un procès d’intention afin de nous décrédibiliser, une méthode que nous connaissons bien! Rien de tout cela, pragmatiques tout simplement!

          Prendre continuellement des exemples d’autres villes, brut de décoffrage n’a aucun sens! Quand à toujours vouloir comparer Grenoble à d’autres villes, Grenoble est unique dans sa taille, densité, configuration géographique et accès, incomparable donc!

          Et pour conclure là, il y a différentes méthodes qui consistent à faire évoluer une ville, à commencer par des études d’impacts, avant toutes décisions qui consistent à faire et de constater qu’après par exemple!
          De l’anticipation et de la progressivité donc, d’ailleurs nous allons voir si les instances, Municipalité en tête, font très rapidement des modifications du plan de circulation afin de soulager les Grenoblois des nuisances qu’ils subissent au quotidien, sans oublier notre économie qui souffre gravement de l’inaccessibilité de notre ville!

          sep article
        • Argument d’autorité? « En tant qu’urbaniste »
          Ecrivez sous votre vrai nom alors.

          sep article
        • C’est vrai qu’on apprend plein de choses en vous lisant. Que vous êtes partisan, contre toutes les voitures du monde à Grenoble (personne n’avait pensé à ce risque, heureusement que vous êtes là), contre le tout voiture (merci de nous rappeler ce qui n’existe plus à Grenoble depuis longtemps), que les montagnes sont un détail qui n’a gêné ni Londres ni Amsterdam. Urbaniste dites vous ? Ben, moi aussi alors.

          sep article
          • Nous nous croiserons peut être à une réunion publique un de ces jours, et j’aurai hâte de débattre sans virulence. en attendant, je vous prie de ne pas créer de procès d’intentions (vos croyances ne remplacent pas la vérité) et vos demandes «d’écrire mon prénom et mon nom» s’appliquent à vous aussi… 😉

            sep article