Des demandeurs d'asile, qui occupaient l'amphithéâtre G de l'Université Grenoble-Alpes ont été relogés provisoirement dans des locaux sur le campus.

Des dizaines de deman­deurs d’a­sile héber­gés en urgence par l’Université Grenoble-Alpes

Des dizaines de deman­deurs d’a­sile héber­gés en urgence par l’Université Grenoble-Alpes

REPORTAGE - Une cinquantaine ou soixantaine de demandeurs d'asile, qui occupaient depuis lundi 4 décembre l'amphithéâtre G de l'Université Grenoble-Alpes (UGA), ont été relogés provisoirement dans des locaux sur le campus, ce mardi après-midi. Fruit de négociations menées entre la présidence de l'UGA et les occupants, cet accueil d'urgence ne pourra toutefois se poursuivre au-delà du 22 décembre, date de la fermeture de l'établissement pour les vacances de Noël. L'occupation, initiée par les migrants et le collectif la Tambrouille, soutenus par plusieurs associations d'aide aux réfugiés et mal-logés, vise à exiger des pouvoirs publics des solutions d'hébergement pour les quelque 2 000 personnes dormant chaque soir à la rue ou dans des squats.

 

 

Lundi soir, les occupants discutent en se réchauffant autour d'un brasero, devant l'amphi G. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Devant l'amphi G du Centre de langues vivantes, à l'UGA, un petit groupe de demandeurs d'asile taille le bout de gras et tente de se réchauffer autour d'un brasero. Le thermomètre flirte avec les - 5 °C et le froid est vif, saisissant, pénétrant la moindre parcelle de peau. Comme les soirs précédents…

 

Mais ce lundi soir, contrairement aux autres nuits, tous dormiront au chaud. Couchés sur des matelas de fortune ou des couvertures posées à même le sol certes, mais au chaud. Depuis le début d'après-midi en effet, plusieurs dizaines de migrants, étudiants et militants associatifs occupent l'amphithéâtre et une petite salle attenante.

 

Le jeune Guinéen Amadou, entouré d'autres demandeurs d'asile ayant passé la nuit dans une salle jouxtant l'amphi G, sur des couvertures posées à même le sol. © Manuel Pavard, Place Gre'net

 

Une action coup de poing minutieusement préparée et exécutée. Au départ, comme tous les lundis midi depuis près d'un an et demi, le collectif La Tambrouille propose sa cantine vegan autogérée à prix libre devant la bibliothèque universitaire droit-lettres. Mais cette fois, pas question de plier bagages ni gamelles. L'information tourne déjà depuis quelques jours dans les réseaux militants : ce lundi 4 décembre, il s'agit d'une cantine exceptionnelle sur le thème du mal-logement.

 

 

À la rue depuis des mois, dispersés un peu partout dans Grenoble

 

Les membres de la Tambrouille ont effectué des récup' de nourriture toute la semaine en vue de cette occupation. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Leo et Félix, membres de la Tambrouille, racontent de concert : « On avait entendu parler d'occupation d'amphis pour les mal-logés à Lyon, Rennes et Nantes, ces dernières semaines. Et lundi dernier, une fille de Lyon est venue nous raconter : ça nous a motivés direct ! Ensuite, on a eu toute la semaine pour s'organiser, faire la récup' de bouffe, tenir des réunions… »

 

Dans le même temps, le collectif contacte les demandeurs d'asile ainsi que les associations et syndicats. Droit au logement (Dal), Assemblée des mal-logés, Réseau universités sans frontières (RUSF), la Patate chaude, la Cimade, Solidaires, la Confédération nationale du travail (CNT), l'Unef, le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) jeunes… Tous sont partants et décident de soutenir l'action sans réserve.

 

Après avoir dormi dehors pendant des semaines, certains apprécient de dormir au chaud, même dans un confort relatif. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Du côté des demandeurs d'asile, même constat : la proposition séduit rapidement bon nombre d'entre eux. Leur situation leur offre, il est vrai, peu d'alternatives enviables. Faute de places d'hébergement en Centre d'accueil pour demandeurs d'asile (Cada), ceux-ci sont à la rue depuis des mois, dispersés un peu partout dans Grenoble, notamment au parc Paul-Mistral et aux abords de la gare.

 

Amadou, un jeune Guinéen, dormait jusque-là « derrière la mairie » et a « toujours dormi dehors depuis [son] arrivée à Grenoble, il y a quelques semaines : je n'ai trouvé aucune place dans une structure. Quand j'appelle le 115, ils me disent toujours de patienter. J'ai certains amis qui sont dans cette situation depuis six ou sept mois. Il y a deux semaines, les policiers sont venus nous contrôler au parc Mistral et ont jeté tous nos bagages. »

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 59 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

"Femme et racisée", Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité grenobloise après s'être vue refuser la délégation Égalité des droits?
« Femme et raci­sée », Maude Wadelec a‑t-elle quitté la majo­rité gre­no­bloise après s’être vue refu­ser la délé­ga­tion Égalité des droits ?

FOCUS - Pour quelles raisons Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité du conseil municipal pour figurer désormais parmi les élus d'opposition, en tant que non Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Grenoble et son CCAS affectent un bâtiment à l'hébergement des sans-domicile et à la lutte contre le non-recours
Grenoble : un bâti­ment dédié à l’hé­ber­ge­ment des sans-domi­cile et à la lutte contre le non-recours

FLASH INFO - Lors du conseil municipal du lundi 13 mai, la Ville de Grenoble a validé une convention entre elle et son CCAS pour Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !