L’article de L’Obs sur les trafics et l’insécurité à Grenoble fait réagir la classe politique

sep article



L’hebdomadaire L’Obs consacre un long article à Grenoble « aux mains des dealers ». Rappel de quelques affaires exemplaires, citations du procureur de la République et d’autres sources judiciaires… Le portrait délivré est peu flatteur, même s’il n’apprendra pas grand chose aux Grenoblois. Il ne manque en tout cas pas de faire réagir au niveau politique, notamment dans les rangs des Républicains de l’Isère.

 

 

« Grenoble aux mains des dea­lers », tel est le ban­deau qu’af­fiche L’Obs en haut de la cou­ver­ture de son der­nier numéro. Suite aux pro­pos du pro­cu­reur de la République Jean-Yves Coquillat sur une capi­tale des Alpes « pour­rie et gan­gre­née par le tra­fic de drogue », l’heb­do­ma­daire consacre un article « grand for­mat » à la situa­tion.

 

Jean-Yves Coquillat, procureur de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Yves Coquillat, pro­cu­reur de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’auteur de l’ar­ticle passe ainsi en revue cer­taines affaires ou situa­tions “reten­tis­santes” de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, depuis les gui­chets de vente de can­na­bis dans cer­tains quar­tiers au pro­cès de Mehdi Boulenouane, dont la cau­tion de 500 000 euros fut payée… en liquide. L’Obs rebon­dit encore sur les fusillades sur­ve­nues à Grenoble, à Saint-Bruno ou plus récem­ment en plein centre-ville sur une devan­ture.

 

 

Un article qui fait réagir

 

Les acteurs de la vie poli­tique locale n’ont pas tardé à réagir. Si le conseiller régio­nal Stéphane Gemmani, proche de La République en marche, s’est contenté de pos­ter une pho­to­gra­phie de la une de L’Obs accom­pa­gnée d’un émo­ti­cône dubi­ta­tif, la charge pro­vient essen­tiel­le­ment des Républicains.

 

 

Sans sur­prise, l’an­cien maire de Grenoble Alain Carignon a une fois encore donné de la voix. Car pour lui, cette expo­si­tion natio­nale « démontre que la situa­tion hors norme que vit Grenoble en termes de délin­quance et de vio­lence est deve­nue un des para­mètres essen­tiels de la repré­sen­ta­tion de la cité ».

 

 

La “Métropole apaisée” moquée

 

Dénonçant des dis­cours « for­ma­tés, com­pas­sion­nels ou de Bisounours » et des « coups de com” suc­ces­sifs » de la part de la majo­rité muni­ci­pale, Alain Carignon dépeint une ville en proie à une « contre société avec ses tri­bus, son argent, ses valeurs ». Et appelle à rem­pla­cer les « élus qui vivent des pro­blèmes » en pri­vi­lé­giant le « cou­rage » et « l’ex­pé­rience »… sans faire grand secret de ses ambi­tions.

 

L'article que consacre L'Obs au trafic de drogue et à l'insécurité sur Grenoble ne manque pas de faire réagir... notamment du côté des Républicains. Notamment le sénateur de l'Isère Michel Savin © Nils Louna - Place Gre'net

Le séna­teur de l’Isère Michel Savin © Nils Louna – Place Gre’net

Moins habi­tué à com­men­ter l’ac­tua­lité gre­no­bloise, le séna­teur de l’Isère Michel Savin a éga­le­ment pris la plume pour sou­li­gner une « situa­tion dra­ma­tique en termes de sécu­rité et de déli­te­ment du lien social » et moquer la « for­mule mar­ke­ting » de “Métropole apai­sée”, chère à la muni­ci­pa­lité.

 

Avant de récla­mer l’ar­me­ment de la police muni­ci­pale et la vidéo-sur­veillance, « qui ont déjà faire leurs preuves dans d’autres villes ».

 

FM

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
8505 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. Mouais, j’ai du mal à savoir ce que ça apporte au débat local que de savoir ce qui n’est pas nou­veau. LR et Carignon tapent sur la gauche, on est loin d’un scoop. L’insécurité est le cré­neau choisi par la droite pour grat­ter de l’é­lec­to­rat, et c’est tout aussi natio­nal que la consom­ma­tion de can­na­bis des fran­çais.

    Bien entendu, un effort est à mener de la part de la muni­ci­pa­lité, et je me répète : plus par le tra­vail avec la police que par la vidéo sur­veillance qui ne résout pas le pro­blème de fond. Même sym­bo­li­que­ment, que la mai­rie s’en­gage à four­nir des moyens finan­ciers en faveur de la lutte contre les dea­lers (finan­ce­ment de la PJ, actions de pré­ven­tion…) serait une bonne chose.

    sep article
  2. Je constate de mon côté que cer­tains com­parent avec ce qui est que Grenoble pour légi­ti­mer la tres faible action poli­tique locale. Certains men­tion­ne­ront la mafia de 1970, d’autres Marseille, Amsterdam, peut être New York tant que l’on y est.
    Je regarde pour ma part ce qui est glo­ba­le­ment com­pa­rable et qui trouvent des réponses poten­tielles : Rennes, Nantes, Montpellier sont net­te­ment moins cri­ti­quées sur la sécu­rité, leurs élus assument la vidéo­sur­veillance, condamnent le fait liber­taire, défendent les actions de l’Etzt et condamnent les actes et délits contre les ins­ti­tu­tions.
    Donc oui il y a urgence à dire à dénon­cer et pro­po­ser des plans d’ac­tion de sécu­rité locale, sinon l’exé­cu­tif en place le paiera. La sécu­rité est aussi une action muni­ci­pale osons le dire…

    sep article
  3. DB

    05/12/2017
    8:36

    Je constate que l on ne fait tou­jours pas autre chose que le constat des symp­tômes. Déjà dans les années 70, une diri­geante du SAC avais été inter­pellé avec l une des plus grosse quan­tité d héroïne jamais saisi. La tech­nique de gan­grè­ni­sa­tion des quar­tiers popu­laires est bien une tech­nique d infor­ma­tion et de contrôle de l état et de son côté obs­cure. Lors des émeutes du début des années 2000. Les seuls quar­tiers qui sont res­tés tran­quilles sont les lieux de deals. La solu­tion est très simple, c est celle pro­non­cée par la Hollande, c est petit cof­fee shop que vous trou­ver dans ces petites villes de pro­vince, Amsterdam étant plu­tôt un Disney land. Le nerf de la guerre de la mafia étant l argent. Le chanvre étant rela­ti­ve­ment inof­fen­sif si on le com­pare aux drogues légal que sont le tabac et l alcool. 72000 et 49000 morts pour les uns et 6 morts pour le chanvre récréa­tif par an.

    sep article
  4. Ping : À Grenoble, le débat sur la dépénalisation du cannabis relancé ?

  5. La lumière sur Grenoble par les médias natio­naux n’est que l’ul­time épi­sode d’une situa­tion qui évo­lue effec­ti­ve­ment defo­ra­ble­ment à Grenoble : drogue, tra­fics, anar­chistes qui crament tout…et un Maire très silen­cieux, trop…évidemment on ne se sépare sim­ple­ment d’une par­tie de son élec­to­rat lorsque l’on a défendu la cause liber­taire avec le simple exemple de la fin de la vidéo­sur­veillance…
    L’article de l’Obs n’est que le reflet de ce que les fonc­tion­naires de police, le pro­cu­reur et l’é­lec­teur comme moi qui a cru mais qui s’est trompé pre­nant son tram avec une délin­quance qui me pousse à reprendre ma voi­ture. Bravo Piolle vive­ment la suite !

    sep article
  6. Je ne lis plus l’Obs depuis long­temps … Il est bien trop par­tial, bien content de taper sur tout ce qui est dif­fé­rent de sa « ligne de pen­sée » …
    On connait les pro­blèmes de drogue, mais ils ne sont pas plus pré­gnants à Grenoble que dans bien d’autres villes, genre Marseille … et quand on lit :
    « « Récemment, j’y ai même vu un malade en fau­teuil et son aide soi­gnante venir ache­ter du can­na­bis » dit M. Jacquier, c’est mal connaitre le can­na­bis, qui est même par­fois pres­crit par des méde­cins pour sup­por­ter cer­taines dou­leurs … et si on n’a pas d’or­don­nance, on en achète où ?
    Quant aux per­sonnes inter­ro­gées dans cet article … et qui sautent à pied joint sur le contenu …
    « « Il y a un moment où il faut savoir tour­ner la page, et cela est valable pour mon­sieur Carignon » – dit Bernard Accoyer, le secré­taire géné­ral des Républicains » sur France Bleu
    Quant à Michel Savin … il a même refusé d’ou­vrir un foyer de sa com­mune qui ser­vait depuis des années d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence pour l’hi­ver, qui refu­sait aussi que les enfants logés dans ce foyer soient ins­crits dans les écoles de sa com­mune etc Ses leçons de morale font sou­rire, de même que ses pré­co­ni­sa­tions sur la vidéo-sur­veillance quand ont sait qu’elle ne sert aucu­ne­ment dans la pré­ven­tion, sans par­ler de l’ar­me­ment de la police muni­ci­pale …
    La pré­ven­tion ce ne serait pas dans l’a­mé­lio­ra­tion des condi­tions de vie des popu­la­tions des quar­tiers (exemple tra­vail) ? d’ar­rê­ter de sup­pri­mer les postes de toutes les per­sonnes, comme les édu­ca­teurs de rue, qui s’en occupent ?
    Bref, rien de nou­veau … Quand on parle de Grenoble, on ne parle pas des autres villes fai­sant face aux même pro­blèmes, notam­ment de drogue, sans par­ler de meurtres et autres attaques …

    sep article
  7. A

    04/12/2017
    9:11

    Bonjour
    Sans une presse libre et indé­pen­dante
    la démo­cra­tie n’existe pas.
    Aller lire l’ar­ticle de Mr Noblecourt vous ver­rez com­ment les fils de gra­vite faci­le­ment dans le sys­tème. …

    BENYOUB.A

    sep article
  8. A

    04/12/2017
    8:44

    Bonjour
    LR nous pré­sente des can­di­dats pas­sés par la case pri­son à smog et Grenoble.…..quel exemple pour les jeunes
    La gauche acheté la paix sociale à grand coup d’argent publique et nous pré­sente des beniouioui et res­pon­sable d’ass­co­ta­tion subventionne.….sans oublier l’u­ti­li­sa­tion du fait reli­gieux. …
    A lire :
    Piston clien­te­lisme le remède du poli­tique.

    BENYOUB.A

    sep article