L’article de L’Obs sur les trafics et l’insécurité à Grenoble fait réagir la classe politique

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

L’hebdomadaire L’Obs consacre un long article à Grenoble « aux mains des dealers ». Rappel de quelques affaires exemplaires, citations du procureur de la République et d’autres sources judiciaires… Le portrait délivré est peu flatteur, même s’il n’apprendra pas grand chose aux Grenoblois. Il ne manque en tout cas pas de faire réagir au niveau politique, notamment dans les rangs des Républicains de l’Isère.

 

 

« Grenoble aux mains des dealers », tel est le bandeau qu’affiche L’Obs en haut de la couverture de son dernier numéro. Suite aux propos du procureur de la République Jean-Yves Coquillat sur une capitale des Alpes « pourrie et gangrenée par le trafic de drogue », l’hebdomadaire consacre un article « grand format » à la situation.

 

Jean-Yves Coquillat, procureur de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Yves Coquillat, procureur de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’auteur de l’article passe ainsi en revue certaines affaires ou situations “retentissantes” de l’agglomération grenobloise, depuis les guichets de vente de cannabis dans certains quartiers au procès de Mehdi Boulenouane, dont la caution de 500 000 euros fut payée… en liquide. L’Obs rebondit encore sur les fusillades survenues à Grenoble, à Saint-Bruno ou plus récemment en plein centre-ville sur une devanture.

 

 

Un article qui fait réagir

 

Les acteurs de la vie politique locale n’ont pas tardé à réagir. Si le conseiller régional Stéphane Gemmani, proche de La République en marche, s’est contenté de poster une photographie de la une de L’Obs accompagnée d’un émoticône dubitatif, la charge provient essentiellement des Républicains.

 

 

Sans surprise, l’ancien maire de Grenoble Alain Carignon a une fois encore donné de la voix. Car pour lui, cette exposition nationale « démontre que la situation hors norme que vit Grenoble en termes de délinquance et de violence est devenue un des paramètres essentiels de la représentation de la cité ».

 

 

La “Métropole apaisée” moquée

 

Dénonçant des discours « formatés, compassionnels ou de Bisounours » et des « coups de com’ successifs » de la part de la majorité municipale, Alain Carignon dépeint une ville en proie à une « contre société avec ses tribus, son argent, ses valeurs ». Et appelle à remplacer les « élus qui vivent des problèmes » en privilégiant le « courage » et « l’expérience »… sans faire grand secret de ses ambitions.

 

L'article que consacre L'Obs au trafic de drogue et à l'insécurité sur Grenoble ne manque pas de faire réagir... notamment du côté des Républicains. Notamment le sénateur de l'Isère Michel Savin © Nils Louna - Place Gre'net

Le sénateur de l’Isère Michel Savin © Nils Louna – Place Gre’net

Moins habitué à commenter l’actualité grenobloise, le sénateur de l’Isère Michel Savin a également pris la plume pour souligner une « situation dramatique en termes de sécurité et de délitement du lien social » et moquer la « formule marketing » de “Métropole apaisée”, chère à la municipalité.

 

Avant de réclamer l’armement de la police municipale et la vidéo-surveillance, « qui ont déjà faire leurs preuves dans d’autres villes ».

 

FM

 

commentez lire les commentaires
7902 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. Mouais, j’ai du mal à savoir ce que ça apporte au débat local que de savoir ce qui n’est pas nouveau. LR et Carignon tapent sur la gauche, on est loin d’un scoop. L’insécurité est le créneau choisi par la droite pour gratter de l’électorat, et c’est tout aussi national que la consommation de cannabis des français.

    Bien entendu, un effort est à mener de la part de la municipalité, et je me répète : plus par le travail avec la police que par la vidéo surveillance qui ne résout pas le problème de fond. Même symboliquement, que la mairie s’engage à fournir des moyens financiers en faveur de la lutte contre les dealers (financement de la PJ, actions de prévention…) serait une bonne chose.

    sep article
  2. Je constate de mon côté que certains comparent avec ce qui est que Grenoble pour légitimer la tres faible action politique locale. Certains mentionneront la mafia de 1970, d’autres Marseille, Amsterdam, peut être New York tant que l’on y est.
    Je regarde pour ma part ce qui est globalement comparable et qui trouvent des réponses potentielles : Rennes, Nantes, Montpellier sont nettement moins critiquées sur la sécurité, leurs élus assument la vidéosurveillance, condamnent le fait libertaire, défendent les actions de l’Etzt et condamnent les actes et délits contre les institutions.
    Donc oui il y a urgence à dire à dénoncer et proposer des plans d’action de sécurité locale, sinon l’exécutif en place le paiera. La sécurité est aussi une action municipale osons le dire…

    sep article
  3. DB

    05/12/2017
    8:36

    Je constate que l on ne fait toujours pas autre chose que le constat des symptômes. Déjà dans les années 70, une dirigeante du SAC avais été interpellé avec l une des plus grosse quantité d héroïne jamais saisi. La technique de gangrènisation des quartiers populaires est bien une technique d information et de contrôle de l état et de son côté obscure. Lors des émeutes du début des années 2000. Les seuls quartiers qui sont restés tranquilles sont les lieux de deals. La solution est très simple, c est celle prononcée par la Hollande, c est petit coffee shop que vous trouver dans ces petites villes de province, Amsterdam étant plutôt un Disney land. Le nerf de la guerre de la mafia étant l argent. Le chanvre étant relativement inoffensif si on le compare aux drogues légal que sont le tabac et l alcool. 72000 et 49000 morts pour les uns et 6 morts pour le chanvre récréatif par an.

    sep article
  4. Ping : À Grenoble, le débat sur la dépénalisation du cannabis relancé ?

  5. La lumière sur Grenoble par les médias nationaux n’est que l’ultime épisode d’une situation qui évolue effectivement deforablement à Grenoble : drogue, trafics, anarchistes qui crament tout…et un Maire très silencieux, trop…évidemment on ne se sépare simplement d’une partie de son électorat lorsque l’on a défendu la cause libertaire avec le simple exemple de la fin de la vidéosurveillance…
    L’article de l’Obs n’est que le reflet de ce que les fonctionnaires de police, le procureur et l’électeur comme moi qui a cru mais qui s’est trompé prenant son tram avec une délinquance qui me pousse à reprendre ma voiture. Bravo Piolle vivement la suite!

    sep article
  6. Je ne lis plus l’Obs depuis longtemps … Il est bien trop partial, bien content de taper sur tout ce qui est différent de sa « ligne de pensée » …
    On connait les problèmes de drogue, mais ils ne sont pas plus prégnants à Grenoble que dans bien d’autres villes, genre Marseille … et quand on lit :
    «  »Récemment, j’y ai même vu un malade en fauteuil et son aide soignante venir acheter du cannabis » dit M. Jacquier, c’est mal connaitre le cannabis, qui est même parfois prescrit par des médecins pour supporter certaines douleurs … et si on n’a pas d’ordonnance, on en achète où ?
    Quant aux personnes interrogées dans cet article … et qui sautent à pied joint sur le contenu …
    «  »Il y a un moment où il faut savoir tourner la page, et cela est valable pour monsieur Carignon » – dit Bernard Accoyer, le secrétaire général des Républicains » sur France Bleu
    Quant à Michel Savin … il a même refusé d’ouvrir un foyer de sa commune qui servait depuis des années d’hébergement d’urgence pour l’hiver, qui refusait aussi que les enfants logés dans ce foyer soient inscrits dans les écoles de sa commune etc Ses leçons de morale font sourire, de même que ses préconisations sur la vidéo-surveillance quand ont sait qu’elle ne sert aucunement dans la prévention, sans parler de l’armement de la police municipale …
    La prévention ce ne serait pas dans l’amélioration des conditions de vie des populations des quartiers (exemple travail) ? d’arrêter de supprimer les postes de toutes les personnes, comme les éducateurs de rue, qui s’en occupent ?
    Bref, rien de nouveau … Quand on parle de Grenoble, on ne parle pas des autres villes faisant face aux même problèmes, notamment de drogue, sans parler de meurtres et autres attaques …

    sep article
  7. A

    04/12/2017
    9:11

    Bonjour
    Sans une presse libre et indépendante
    la démocratie n’existe pas.
    Aller lire l’article de Mr Noblecourt vous verrez comment les fils de gravite facilement dans le système. …

    BENYOUB.A

    sep article
  8. A

    04/12/2017
    8:44

    Bonjour
    LR nous présente des candidats passés par la case prison à smog et Grenoble……quel exemple pour les jeunes
    La gauche acheté la paix sociale à grand coup d’argent publique et nous présente des beniouioui et responsable d’asscotation subventionne…..sans oublier l’utilisation du fait religieux. …
    A lire:
    Piston clientelisme le remède du politique.

    BENYOUB.A

    sep article