Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

À la MC2, Julia Roberts déclare la guerre aux riches dans Blockbuster

sep article

FOCUS – Sur fond d’évasion fiscale, sujet éminemment actuel, le film-spectacle Blockbuster raconte la fronde du peuple contre la classe dirigeante. Une fable politique servie par un casting ultra bankable : Julia Roberts, Brad Pitt, Michael Douglas… Seront-ils présents à la MC2, qui accueille le film du 5 au 9 décembre ? Baptiste Isaia, du collectif Mensuel, qui signe le film, nous répond.

 

 

Blockbuster © Dominique Houcmant-Goldo

Blockbuster © Dominique Houcmant-Goldo

« Il y a une guerre des classes, c’est un fait. Mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre et qui est en train de la gagner », fanfaronnait Warren Buffett sur CNN en 2005. Dans son film-spectacle Blockbuster que la MC2 présente du 5 au 9 décembre, le collectif Mensuel prend le milliardaire au mot.

 

Le scénario imaginé raconte « comment le peuple décide de répliquer en entrant en guerre contre les quelques familles qui dirigent le monde », nous explique Baptiste Isaia, membre du collectif.

 

Pour donner corps à ce scénario original, le coup de génie du collectif belge est d’utiliser les moyens des grosses productions cinématographiques hollywoodiennes. D’où le titre du film, Blockbuster, à entendre dans une acception parodique. Mais comment ces artistes belges issus du spectacle vivant ont-ils pu décider Julia Roberts, Brad Pitt et Michael Douglas de jouer dans un film qui incite à l’insurrection populaire ? Grâce à la technique du mashup bien sûr.

 

 

Environ 1 400 plans-séquences issus de 160 films hollywoodiens

 

 

Blockbuster © Dominique Houcmant-Goldo

Blockbuster © Dominique Houcmant-Goldo

Le mashup, qu’est-ce que c’est ? « C’est un détournement de films ou de clip vidéo existants. À partir de courts extraits, on reconstitue une autre œuvre dans laquelle on transforme le son, les paroles, le texte… », définit Baptiste Isaia. En l’occurrence, ici, le film est composé de 1 400 plans-séquences issus de 160 films hollywoodiens.

 

La partie théâtrale, quant à elle, réside dans le fait que toute la sonorisation est réalisée en direct. Les voix, les bruitages et toutes les musiques se font sur la scène. Manière d’opposer cet artisanat du plateau à l’opulence hollywoodienne visible sur l’écran. « C’est un peu le pot de terre contre le pot de fer d’une certaine manière… », s’amuse le cofondateur du collectif Mensuel.

 

 

Une déclaration de guerre aux riches

 

 

« Ce qui nous intéressait, c’était de pouvoir utiliser la force de ce qui nous semble être l’un des médias de la classe dirigeante, le blockbuster, pour la retourner contre elle », se réjouit Baptiste Isaia. Lequel n’adhère pas aux valeurs véhiculées par le cinéma hollywoodien, qu’il résume ainsi : « Il y a toujours un héros positif qui sauve le monde. La réplique, pour nous, ne peut pas passer par un héros providentiel car les difficultés auxquelles nous faisons face sont collectives. Les réponses doivent donc être collectives, elles aussi. »

 

Blockbuster © Dominique Houcmant-Goldo

Blockbuster © Dominique Houcmant-Goldo

Leur film à eux est donc choral. Même si le personnage de journaliste qu’incarne Julia Roberts fait figure de déclencheur. De fait, la déclaration de guerre contre les riches qu’elle poste sur les réseaux sociaux sert de socle à l’insurrection populaire qui se prépare.

 

La colère qui s’empare de la journaliste est-elle partagée par le collectif belge ? « À un moment, on se dit que c’est quand même impossible que tout ce qu’on a mis en place, des siècles et des siècles de civilisations différentes, de cultures, etc. deviennent le terrain de jeu d’une centaine de familles voraces qui nous tondent la laine sur le dos.

 

Il me semble que c’est l’une des fonctions du théâtre de permettre à la société de se regarder dans un miroir éclairant. Il y a une idée ambiante qui dit que la situation politique et économique du monde est extrêmement compliquée. Nous, on a l’impression, au contraire, que le fonctionnement économique de notre monde est plutôt simple à lire. Notre propos c’est bien de dire qu’il y a bel et bien des prédateurs économiques. »

 

Reste à voir si le public de la MC2 en sortira avec des envies de révolte.

 

Adèle Duminy

 

 

Infos pratiques

 

MC2: Grenoble

Blockbuster

Du mardi 5 au samedi 9 décembre

De 6 à 25 euros

 

 

Mots-clés :
Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
1533 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.