La Ville de Grenoble réagit à l'article "Relais lecture, tiers lieux : la Ville de Grenoble fait appel à des collaborateurs occasionnels bénévoles". Analyse

Relais-lec­ture, tiers-lieu : Grenoble fait appel à des « col­la­bo­ra­teurs occa­sion­nels bénévoles »

Relais-lec­ture, tiers-lieu : Grenoble fait appel à des « col­la­bo­ra­teurs occa­sion­nels bénévoles »

EN BREF – La Ville de Grenoble pré­pare l’ou­ver­ture du tiers-lieu Alliance, pré­vue début 2018, et celle des relais-lec­ture, ex-biblio­thèques Prémol et Hauquelin, en ges­ta­tion. Avec quel per­son­nel pour les ani­mer ? Des agents biblio­thé­caires et sur­tout des béné­voles. Depuis le der­nier conseil muni­ci­pal, la fonc­tion de “col­la­bo­ra­teur occa­sion­nel béné­vole” dans les biblio­thèques est désor­mais enca­drée par une « conven­tion de participation ».

Voeux de Éric Piolle à la presse le 17 janvier 2014 - Bibliothèque Kateb Yacin © Joel Kermabon - placegrenet.fr

Vœux de Éric Piolle à la presse le 17 jan­vier 2014 à la biblio­thèque Kateb Yacin © Joël Kermabon – pla​ce​gre​net​.fr

Lors du der­nier conseil muni­ci­pal, lundi 6 novembre, la Ville de Grenoble a fait voter le texte d’une « conven­tion de par­ti­ci­pa­tion des col­la­bo­ra­teurs occa­sion­nels béné­voles », qui concerne en par­ti­cu­lier l’in­ter­ven­tion de ces der­niers dans le réseau des biblio­thèques. 

La Ville fera doré­na­vant signer à ces béné­voles (ani­mant un club lec­ture, un ate­lier lec­ture pour jeunes enfants, etc.) une conven­tion en bonne et due forme. L’ouverture de deux relais-lec­ture et du nou­veau tiers-lieu Alliance pousse en effet la Ville à mettre au clair les droits et obli­ga­tions tant de la col­lec­ti­vité que des col­la­bo­ra­teurs occa­sion­nels bénévoles.

Moins d’a­gents biblio­thé­caires, plus de bénévoles

Proposer de la for­ma­tion, orga­ni­ser un ate­lier musique ou de sou­tien sco­laire à titre béné­vole, gra­cieux, au sein d’un biblio­thèque, c’est déjà pos­sible à Grenoble. La Ville sou­haite tou­te­fois doré­na­vant pas­ser une conven­tion avec ces col­la­bo­ra­teurs occa­sion­nels béné­voles, qui offi­cient dans son réseau de bibliothèques.

La Ville va s'appuyer de plus en plus sur les bénévoles pour animer les bibliothèques de Grenoble, notamment celles devenues relais lecture et tiers-lieu.

Un temps pour les jeunes enfants à la biblio­thèque Alliance © Séverine Cattiaux – pla​ce​gre​net​.fr

D’autant que leurs actions devraient s’é­tof­fer, et prendre de plus en plus d’im­por­tance… L’animation de deux relais-lec­ture comme du futur tiers-lieu Alliance en ges­ta­tion va en par­ti­cu­lier repo­ser, de par la nature de ces struc­tures, en grande par­tie, sur les épaules des habi­tants. Lesquels tien­dront, qui des per­ma­nences, qui des acti­vi­tés, qui des ate­liers de toutes sortes.

La Ville de Grenoble a en effet, dans un contexte bud­gé­taire contraint, mis en œuvre un plan d’é­co­no­mies la condui­sant à sup­pri­mer une dizaine de postes de biblio­thé­caires. Autant de forces vives qu’il faut sans doute com­pen­ser d’une manière ou d’une autre, sans dépen­ser un euro.

Des inten­tions que la Ville dément tou­te­fois for­mel­le­ment. Elle fait savoir* que les béné­voles ne vont pas rem­pla­cer les biblio­thé­caires, et qu’en rédi­geant le texte de cette conven­tion il ne s’a­git ni plus ni moins que de for­ma­li­ser les choses. Tout en cer­ti­fiant qu’il n’y aura pas plus de béné­voles qu’auparavant.

Un abon­ne­ment annuel offert aux col­la­bo­ra­teurs occa­sion­nels bénévoles

Corinne Bernard. Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Corinne Bernard, adjointe aux Cultures a pré­senté cette conven­tion au conseil muni­ci­pal du 6 novembre 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Dans cette conven­tion, il est avant tout rap­pelé les droits et les obli­ga­tions, tant des col­la­bo­ra­teurs occa­sion­nels que de la Ville. Rayon obli­ga­tions, la com­mune doit par exemple four­nir le maté­riel néces­saire à l’ac­ti­vité du béné­vole. Le col­la­bo­ra­teur ou la col­la­bo­ra­trice occasionnel(le) s’en­gage, pour sa part, à « assu­rer de façon fiable et avec régu­la­rité l’ac­ti­vité pour laquelle il/elle s’est engagé(e) ».

Du côté des droits, le béné­vole peut déci­der de ces­ser son acti­vité quand bon lui semble, à condi­tion de pré­ve­nir à l’a­vance. Et la Ville, elle, peut par­fai­te­ment se sépa­rer d’un col­la­bo­ra­teur occa­sion­nel s’il ne res­pecte par le règle­ment inté­rieur, les horaires, etc.

Pour récom­pen­ser les béné­voles de leurs bons et loyaux ser­vices, la conven­tion sti­pule que la Ville leur offre géné­reu­se­ment un abon­ne­ment d’un an au réseau de biblio­thèques, renou­ve­lable en fonc­tion de la pour­suite de leur bénévolat…

Séverine Cattiaux

* Précisions ajou­tées le 15 novembre, suite à un appel du ser­vice com­mu­ni­ca­tion de la Ville.

UNE CONVENTION RAILLÉE SUR UN BLOG DE MEDIAPART 

Un billet dif­fusé par des blo­gueurs sur Médiapart, inti­tulé « Ingénieux ingé­nieurs aux com­mandes : on touche le fonds », tourne en déri­sion le texte et la fina­lité de cette conven­tion de par­ti­ci­pa­tion gre­no­bloise, qui fait la part belle aux béné­voles dans les biblio­thèques au détri­ment des biblio­thé­caires… Lequel billet a été relayé par le Collectif Bibliothécaires de Grenoble en lutte sur sa page Facebook.

Les bibliothécaires en lutte lors de l'annonce de la montée à Paris d'une délégation à l'occasion du Salon du livre. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les biblio­thé­caires en lutte de Grenoble lors de l’an­nonce de la mon­tée à Paris d’une délé­ga­tion à l’oc­ca­sion du Salon du livre. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les auteurs du texte, pro­ba­ble­ment biblio­thé­caires de métier, se gaussent du « style impayable » de la conven­tion et du « choix de mots savou­reux », ne résis­tant pas au plai­sir de citer cet extrait du « pré­am­bule » de la conven­tion : « dans un souci d’ou­ver­ture aux usa­gers des biblio­thèques du réseau et afin de répondre à leurs besoins, la biblio­thèque pro­pose à ses adhé­rents de contri­buer acti­ve­ment aux ani­ma­tions qu’elle pro­pose […] Chaque par­ti­cu­lier dési­reux d’ap­por­ter sa contri­bu­tion au ser­vice public peut par­ti­ci­per aux ani­ma­tions pro­po­sées par la biblio­thèque en qua­lité de col­la­bo­ra­teur occa­sion­nel béné­vole, il a pour mis­sion d’ap­por­ter ainsi une véri­table contri­bu­tion effec­tive à un ser­vice public dans un but d’intérêt géné­ral, soit conjoin­te­ment avec des agents publics, soit sous leur direc­tion, soit spon­ta­né­ment. »

Le sar­casme sur le style laisse tou­te­fois rapi­de­ment place à l’a­mer­tume… Le billet se concluant ainsi : « Vidés les centres sociaux, vidés les MJC, place aux tiers lieux. C’est somme toute un bel hom­mage rendu aux biblio­thé­caires que de vider de tout sens les lieux qui se pas­se­ront d’elles… et d’eux. »

DROIT DE RÉPONSE DE LA VILLE DE GRENOBLE (enca­dré ajouté le jeudi 23 novembre)

Suite à la publi­ca­tion de cet article, la Ville de Grenoble nous a fait par­ve­nir une demande de droit de réponse (lire aussi à ce sujet Collaborateurs béné­voles dans les biblio­thèques, la Ville de Grenoble répond à Place Gre’net).

Voici donc la copie du cour­rier avec accusé de récep­tion par­venu à la rédac­tion jeudi 23 novembre en fin de mati­née. Cliquez sur l’i­mage ci-des­sous pour ouvrir le docu­ment PDF intégral.

Introduction du droit de réponse, daté du 17 novembre 2017, adressé par Corinne Bernard à la directrice de publication de Place Gre'net. (Document PDF créé le 20 novembre à 16 h 24 d'après les métadonnées de celui-ci et envoyé par mail à la directrice de publication le 20 novembre à 17 h 23.)

Introduction du droit de réponse, daté du 17 novembre 2017, adressé par Corinne Bernard à la direc­trice de publi­ca­tion de Place Gre’net. (Document PDF créé le 20 novembre à 16 h 24 d’a­près les méta­don­nées de celui-ci et envoyé par mail à la direc­trice de publi­ca­tion le 20 novembre à 17 h 23.) La LRAR avec le docu­ment ori­gi­nal est arri­vée à la rédac­tion le 23 novembre au matin.

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Les Musées de l'Isère à l'honneur avec Musées en fête - Nuit des musées, samedi 18 et dimanche 19 mai
Les Musées de l’Isère à l’hon­neur tout le week-end avec Musées en fête – Nuit des musées

ÉVÉNEMENT - Les musées de l'Isère sont à l'honneur le week-end du samedi 18 et dimanche 19 mai 2024, avec le rendez-vous Musées en fête Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

"Femme et racisée", Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité grenobloise après s'être vue refuser la délégation Égalité des droits?
« Femme et raci­sée », Maude Wadelec a‑t-elle quitté la majo­rité gre­no­bloise après s’être vue refu­ser la délé­ga­tion Égalité des droits ?

FOCUS - Pour quelles raisons Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité du conseil municipal pour figurer désormais parmi les élus d'opposition, en tant que non Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Grenoble et son CCAS affectent un bâtiment à l'hébergement des sans-domicile et à la lutte contre le non-recours
Grenoble : un bâti­ment dédié à l’hé­ber­ge­ment des sans-domi­cile et à la lutte contre le non-recours

FLASH INFO - Lors du conseil municipal du lundi 13 mai, la Ville de Grenoble a validé une convention entre elle et son CCAS pour Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !