Le marché d’exploitation des box à vélos confié à la société Vélogik Alpes

sep article



Les box à vélos de l’agglomération grenobloise seront exploités par Vélogik Alpes. La société, qui a remporté le marché de Métrovélo en 2015 au nez et à la barbe de la Sémitag, poursuit sa route…

 

 

Le mon­tant for­fai­taire du mar­ché d’ex­ploi­ta­tion du ser­vice de loca­tion et de consigne Métrovélo attri­bué depuis 2015 à Vélogik s’é­lar­git un peu plus. Un nou­vel ave­nant qui ouvre le contrat aux box à vélos a été voté par les conseillers métro­po­li­tains ce 10 novembre*.

 

Les box à vélos de l'agglomération grenobloise seront exploités par Vélogik. La société, qui a remporté le marché de Métrovélo en 2015, continue sa route...

© Florent Mathieu

Moyennant 160 000 euros et une aug­men­ta­tion du mar­ché ini­tial de 3 %, la société Vélogik Alpes va donc être, dès le 1er jan­vier 2018, char­gée de com­mer­cia­li­ser et d’en­tre­te­nir ces petits parcs sécu­ri­sés.

 

Après une phase d’ex­pé­ri­men­ta­tion, ces box vont être déployés sur les places dédiées au sta­tion­ne­ment du ter­ri­toire de la métro­pole gre­no­bloise.

 

Boom du vélo ? Depuis que le mar­ché, de 7,5 mil­lions d’eu­ros, a été attri­bué en sep­tembre 2015 à la SARL Vélogik – avant d’être trans­féré à Vélogik Alpes –, il ne se passe pas un an sans qu’un ou plu­sieurs ave­nants ne viennent s’a­jou­ter au contrat ini­tial. Contrat qui, faut-il le rap­pe­ler, avait échappé au terme de l’ap­pel d’offres à la Semitag, exploi­tant du ser­vice depuis 2004…

 

 

Trois avenants en deux ans : le boom du vélo ?

 

Les reins de Vélogik Alpes sont-ils suf­fi­sam­ment solides ? En mars 2017, les élus métro­po­li­tains avaient voté un pre­mier ave­nant. Le ver­se­ment de l’a­vance tri­mes­trielle met­tant mani­fes­te­ment la société en dif­fi­culté, il avait été décidé de pas­ser à un ver­se­ment men­suel. Après le choix de la com­mis­sion d’ap­pel d’offres d’é­car­ter la Sémitag – moins-disante de 300 000 euros mais cré­dité aussi d’un moins bon score – la faci­lité concé­dée à l’en­tre­prise lyon­naise avait alors ému l’op­po­si­tion de la droite métro­po­li­taine… mais sans que qui­conque n’in­ter­vienne fina­le­ment dans les débats, ni ne vienne mettre son véto.

 

Un second ave­nant avait suivi deux mois plus tard, en mai 2017. Moyennant 82 000 euros, Vélogik s’é­tait alors vu confier la main­te­nance des ascen­seurs des silos vélos du pôle d’é­changes mul­ti­mo­dal de la gare de Grenoble, tout comme l’en­tre­tien des vélos car­gos. Avec ce troi­sième ave­nant, Vélogik va avoir la charge des box à vélos. Le der­nier avant la fin du contrat en 2019 ?

 

PC

 

 

  • * Le groupe Métropole d’a­ve­nir (droite répu­bli­caine) s’est abs­tenu.

 

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
3253 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. En tant qu’u­sa­ger Métrovélo, je suis ravi de leurs ser­vices. De plus,l’entreprise Vélogik est loin d’être un géant du style Decaux. C’est une PME locale qui fait un excellent tra­vail.
    Mais tout de même, des élus qui défendent le ser­vice public et la régie directe ne pour­raient-ils pas appli­quer cela à la poli­tique cyclable éga­le­ment ? Il faut se méfier du risque de dérives, Grenoble est bien pla­céée pour le savoir…

    sep article