Entre cent et deux cents manifestants ont défilé dans les rues de Grenoble ce vendredi 10 novembre pour protester contre la diminution des contrats aidés.© Joël Kermabon - Place Gre'net

Faible mobi­li­sa­tion à Grenoble contre « le plus grand plan de licen­cie­ment de l’Histoire »

Faible mobi­li­sa­tion à Grenoble contre « le plus grand plan de licen­cie­ment de l’Histoire »

REPORTAGE VIDÉO – Plus d’une cen­taine de per­sonnes selon la police, deux cents selon les orga­ni­sa­teurs, se sont ras­sem­blées rue Félix-Poulat, ce ven­dredi 10 novembre. À l’ap­pel du col­lec­tif Reposte contrats aidés 38 et de la branche Asso du syn­di­cat Solidaire, elles ont mani­festé contre la sup­pres­sion des contrats aidés déci­dée par le gou­ver­ne­ment. Soit 260 000 emplois sur les années 2017 et 2018. « Le plus grand plan de licen­cie­ment de l’Histoire », estiment les manifestants.

Entre cent et deux cents manifestants ont défilé dans les rues de Grenoble ce vendredi 10 novembre pour protester contre la diminution des contrats aidés.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Faible mobi­li­sa­tion ce ven­dredi 10 novembre rue Félix Poulat où se sont ras­sem­blées entre cent et deux cents per­sonnes à l’ap­pel du col­lec­tif Reposte contrats aidés 38, et de la branche Asso du syn­di­cat Solidaires.

En cause l’im­pact – voire « l’hé­ca­tombe d’emplois » estiment les orga­ni­sa­teurs –, sur de nom­breux sec­teurs pro­fes­sion­nels que va entraî­ner la dimi­nu­tion du finan­ce­ment des contrats aidés. Une déci­sion du gou­ver­ne­ment enté­ri­née ce jeudi 9 novembre par l’Assemblée nationale.

Le tissu asso­cia­tif gre­no­blois inquiet

Sur les nom­breuses pan­cartes bran­dies par les mani­fes­tants de courtes phrases, laco­niques, illus­trent toute l’in­quié­tude du tissu asso­cia­tif gre­no­blois. « Le Crieur de la Villeneuve, média local, un emploi stoppé », « Les Amis du tra­vailleur alpin, un emploi sup­primé » ou encore « Cap Berriat, quatre emplois sup­pri­més », peut-on lire au-des­sus des têtes.

Certains sont venus, comme les y avaient invi­tés les orga­ni­sa­teurs, dégui­sés en fan­tômes ou tout de noir vêtus en signe de deuil des quelque 260 000 emplois concer­nés regrou­pant ceux déjà sup­pri­més et ceux qui vont encore l’être d’ici 2018.

Retour en images sur cette mani­fes­ta­tion qui est reve­nue à son point de départ après être pas­sée devant la pré­fec­ture, par le rec­to­rat et la cité administrative.


Reportage Joël Kermabon

« C’est tout le pro­jet asso­cia­tif qui en pâtit ! »

« La fer­me­ture, c’est ce qui nous pend au nez dans les pro­chains mois s’il n’y a pas de nou­veau mode de finan­ce­ment ou un dégel de cette dimi­nu­tion des emplois aidés », déplore, quant à lui, Thomas Pedron-Trouvé, le coor­di­na­teur du café-res­tau­rant asso­cia­tif Le Barathym, situé à la Villeneuve. « Officiellement, je suis le der­nier sala­rié du Barathym et il est impos­sible de conti­nuer dans ces condi­tions après le non-renou­vel­le­ment de trois emplois, au nombre des­quels une cui­si­nière, une ser­veuse et un ani­ma­teur », pré­cise-t-il encore.

Thomas Pedron-Trouvé, le coordinateur du café-restaurant associatif Le Barathym. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Thomas Pedron-Trouvé, le coor­di­na­teur du café-res­tau­rant asso­cia­tif Le Barathym. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Comment l’é­ta­blis­se­ment réus­sit-il à tour­ner mal­gré cette réduc­tion dras­tique des effec­tifs ? Grâce aux béné­voles, mais cela ne sau­rait durer.

« Ce qui est dom­mage c’est que c’est tout le pro­jet asso­cia­tif qui en pâtit et tout ce qu’en sus de la res­tau­ra­tion nous appor­tions au quar­tier, notam­ment les soi­rées, les ani­ma­tions avec les enfants… », regrette Thomas Pedron-Trouvé, qui n’hé­site pas à évo­quer « une catas­trophe ». C’est en effet près de 35 000 euros qui s’en­volent en fumée pour l’as­so­cia­tion. Ce dont s’ex­plique le coor­di­na­teur du café associatif.

Toujours est-il que la mobi­li­sa­tion conti­nue. Outre la mani­fes­ta­tion pré­vue le 16 novembre devant la gare de Grenoble, une réunion syn­di­cale à l’a­dresse de tous les pré­caires est pro­gram­mée ce pro­chain ven­dredi 18 novembre à 14 heures.

Joël Kermabon

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Chronique Place Gre'net - RCF : La colère de la MJC - Théâtre Prémol
Chronique Place Gre’net – RCF : La colère de la MJC – Théâtre Prémol

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif? Revenir sur une actualité, Lire plus

Le vide et ses métiers sont à l’hon­neur à Grenoble avec la pre­mière édi­tion du Vacuum Technologies For Tomorrow

FLASH INFO - L'annonce a de quoi surprendre, mais le vide sera à l'honneur à Grenoble les mercredi 29 et jeudi 30 mai 2024 au Lire plus

Rassemblement contre la tansphobie, le dimanche 26 mai 2024 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : plus de 150 per­sonnes ont par­ti­cipé à un ras­sem­ble­ment contre la transphobie

FOCUS - À l'appel du mouvement Contre offensive trans 38 et d'autres associations et collectifs, près de 150 personnes se sont rassemblées rue Félix-Poulat, dimanche Lire plus

Jeudi 23 mai 2024, des représentants de la Métropole et de la Ville de Grenoble visitaient les locaux de l'association Ça déménage. © Joël Kermabon - Place Gre'net
L’association gre­no­bloise Ça démé­nage qui aide les vic­times de vio­lences à quit­ter leur conjoint s’ins­talle à Sassenage

FOCUS - Aider les femmes victimes de violences conjugales à partir de chez elles et leur fournir au maximum ce dont elles ont besoin pour Lire plus

Après restauration, la chapelle Saint-Paul-de-Beauvert à Grenoble rouvre ses portes aux fidèles
Après res­tau­ra­tion, la cha­pelle Saint-Paul-de-Beauvert à Grenoble a rou­vert ses portes aux fidèles

FLASH INFO - La chapelle Saint-Paul-de-Beauvert, avenue Léon-Blum à Grenoble, a rouvert ses portes le samedi 18 mai 2024, après des travaux de restauration menés Lire plus

De gauche à droite : Rida Ghalloudi (Sages), Mathieu Tovenatti (Ogic), Savinien De Pizzol, (agence Dumétier), Isabelle Peters, première adjointe de la Ville de Grenoble et Margot Belair, déléguée à l'Urbanisme lors de la présentation du projet de réhabilitation des Volets Verts de l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réhabilitation de la cité des Volets verts : « Nous nous bat­trons jusqu’au bout contre ce projet ! »

REPORTAGE - La Ville de Grenoble organisait, mercredi 22 mai 2024, une réunion publique d'information sur la réhabilitation de la cité des Volets verts dans Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !