Appel Forêt -
Les actions pour lutter contre la pollution de l'air à Grenoble sont jugées en bonne voie mais pas pas toujours suffisantes.

Air Atmo constate une hausse de pollution “modérée” depuis CVCM… sans clore le débat

Air Atmo constate une hausse de pollution “modérée” depuis CVCM… sans clore le débat

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – Quel impact a d’ores et déjà Cœurs de ville, cœurs de métropole sur la qualité de l’air à Grenoble ? Atmo Auvergne Rhône-Alpes vient de publier ses premières évaluations. Si le nouveau plan de circulation ne se traduit pas par une montée en flèche des émissions de dioxyde d’azote, polluant routier par excellence, les concentrations en NO2, qui avaient sensiblement baissé les premiers mois de 2017, ont repris de la vigueur depuis CVCM. Ce n’était pas vraiment le but de l’opération…

⇒ Temps de lecture : 10 – 12 min

 

 

L'association Grenoble à cœur pointe l'effet canyon. A Grenoble, les barres d'immeubles qui encadrent la majorité des artères feraient grimper la pollution

Boulevard Foch © Patricia Cerinsek

L’année 2017 était bien par­tie. Les quatre pre­miers mois, les niveaux de pol­lu­tion au dioxyde d’a­zote enre­gis­trés à la sta­tion des Grands bou­le­vards dans le centre-ville de Grenoble avaient été parmi les plus bas des dix der­nières années. En avril, la concen­tra­tion en NO2 attei­gnait même les 40 microgrammes/m3, soit le plus bas niveau enre­gis­tré depuis 2007 à pareille époque.

 

Et puis, ren­ver­se­ment de ten­dance. Depuis mi-avril, les taux de ce pol­luant majo­ri­tai­re­ment issu du tra­fic rou­tier sont repar­tis à la hausse, renouant avec la moyenne des dix der­nières années. Mi-avril, cela cor­res­pond au lan­ce­ment de l’o­pé­ra­tion Cœurs de ville, cœurs de métro­pole (CVCM), le nou­veau plan de cir­cu­la­tion porté par la Métropole et adoubé par la ville de Grenoble et le syn­di­cat mixte des trans­ports en commun.

 

Une opé­ra­tion qui pré­voit une pié­to­ni­sa­tion élar­gie du cœur de ville, des chan­ge­ments de sens de cir­cu­la­tion mais aussi et sur­tout la fer­me­ture de l’axe Sembat-Rey-Lyautey à la cir­cu­la­tion auto­mo­bile, avec l’ob­jec­tif de faire chan­ger les habi­tudes de dépla­ce­ment. Exit la voi­ture, place aux trans­ports en com­mun, au vélo et à la marche à pied.

 

 

Un lien de causalité avéré entre CVCM et les concentrations accrues en NO2

 

Simple coïn­ci­dence ? Alors que, depuis cet été, la polé­mique enfle quant à l’ef­fet sup­posé de CVCM sur le tra­fic et ses nui­sances, les pre­mières consta­ta­tions d’Atmo Auvergne Rhône-Alpes qui viennent de tom­ber ne laissent guère de place au doute.

 

« Compte tenu de la coïn­ci­dence tem­po­relle entre cette aug­men­ta­tion rela­tive modé­rée et la mise en place du nou­veau plan de cir­cu­la­tion, il est impos­sible d’exclure un lien de cau­sa­lité », pointe Atmo .

 

Rien d’a­lar­mant tou­te­fois pour l’or­ga­nisme chargé de mesu­rer la qua­lité de l’air à Grenoble : les niveaux res­tent dans la moyenne de la der­nière décen­nie. Reste qu’en l’es­pace de quinze jours après la mise en œuvre de CVCM les concen­tra­tions en dioxyde d’a­zote sont repar­ties à la hausse, effa­çant la baisse amor­cée les quatre pre­miers mois de l’année.

 

De janvier à avril 2017 (avant la mise en place du nouveau plan de circulation ; voir courbe rouge), les niveaux de NO2 sont plutôt inférieurs à ceux enregistrés les années précédentes (conformément à la tendance à la baisse des niveaux de NO2). A partir de mai 2017, les niveaux de NO2 sont proches de la valeur moyenne des 10 dernières années. Compte tenu de la coïncidence temporelle entre cette augmentation relative modérée (par rapport au fuseau des 10 dernières années) et la mise en place du nouveau plan de circulation, il est impossible d’exclure un lien de causalité.

De jan­vier à avril 2017 (avant la mise en place du nou­veau plan de cir­cu­la­tion ; voir courbe rouge), les niveaux de NO2 sont plu­tôt infé­rieurs à ceux enre­gis­trés les années pré­cé­dentes (confor­mé­ment à la ten­dance à la baisse des niveaux de NO2). A par­tir de mai 2017, les niveaux de NO2 sont proches de la valeur moyenne des dix der­nières années. © Doc Atmo Auvergne Rhône-Alpes

 

Pourtant, les feux sem­blaient au vert. Il y a tout juste un mois, la Métro, la ville de Grenoble et le SMTC avaient com­mu­ni­qué, plu­tôt satis­faits quoique pru­dents, sur leurs chiffres tirés d’un obser­va­toire interne pour mesu­rer les impacts de CVCM avant, pen­dant et après l’opération.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 66 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Un filet pour retenir les déchets a été installé à Fontaine. © Tim Buisson – Place Gre’net
Fontaine : la Métropole de Grenoble teste un nouveau système de filet pour limiter la pollution des cours d’eau

  EN BREF – L'entreprise Pollustock a installé début février un filet de collecte de déchets sur un cours d'eau à Fontaine. Un dispositif expérimental Lire plus

A Grenoble, la pollution automobile a baissé de 72 % avec le confinement. Pendant que le chauffage faisait grimper les niveaux de particules fines.
La pollution de l’air liée au trafic routier en baisse de 72 % dans l’agglomération grenobloise

FIL INFO - Sans surprise, de nouvelles mesures d'Atmo viennent confirmer l'impact du confinement sur la pollution de l'air dans l'agglomération grenobloise. Mais si celle Lire plus

Les actions pour lutter contre la pollution de l'air à Grenoble sont jugées en bonne voie mais pas pas toujours suffisantes.
La pollution de l’air en baisse dans l’agglomération grenobloise, mais les inégalités accrues face au covid-19

  FOCUS - Avec le confinement, la pollution de l'air a notablement baissé dans l'agglomération grenobloise, notamment le long des grands axes routiers. C'est ce Lire plus

Les actions pour lutter contre la pollution de l'air à Grenoble sont jugées en bonne voie mais pas pas toujours suffisantes.
Lutte contre la pollution de l’air : Grenoble sacrée meilleure élève derrière Paris… mais peut mieux faire

  FOCUS - Grenoble a été classée deuxième agglomération de France derrière Paris pour ses efforts en matière de lutte contre la pollution de l'air Lire plus

Les actions pour lutter contre la pollution de l'air à Grenoble sont jugées en bonne voie mais pas pas toujours suffisantes.
Pollution de l’air à Grenoble : la France condamnée par la cour de justice de l’Union européenne

EN BREF - Dans un arrêt rendu le 24 octobre, la cour de justice de l'Union européenne a condamné la France pour son incapacité à Lire plus

Coup d'envoides premières mesures pour réduire la pollution à l'ozone. Mais les interdictions de circulation attendront lundi et la fin du chassé-croisé...
Pollution de l’air : Bruxelles lève le ton contre le statu quo, Grenoble concernée

Régulièrement épinglée par Bruxelles pour dépasser les seuils de pollution de l'air, la France va-t-elle finir devant la Cour de justice de l'Union européenne ? Lire plus

Flash Info

|

31/07

20h28

|

|

30/07

12h07

|

|

29/07

19h56

|

|

28/07

16h27

|

|

28/07

12h09

|

|

28/07

9h40

|

|

27/07

20h21

|

|

27/07

12h00

|

|

27/07

10h43

|

|

26/07

10h46

|

Les plus lus

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin