Les actions pour lutter contre la pollution de l'air à Grenoble sont jugées en bonne voie mais pas pas toujours suffisantes.

Air Atmo constate une hausse de pol­lu­tion “modé­rée” depuis CVCM… sans clore le débat

Air Atmo constate une hausse de pol­lu­tion “modé­rée” depuis CVCM… sans clore le débat

DÉCRYPTAGE - Quel impact a d'ores et déjà Cœurs de ville, cœurs de métropole sur la qualité de l'air à Grenoble ? Atmo Auvergne Rhône-Alpes vient de publier ses premières évaluations. Si le nouveau plan de circulation ne se traduit pas par une montée en flèche des émissions de dioxyde d'azote, polluant routier par excellence, les concentrations en NO2, qui avaient sensiblement baissé les premiers mois de 2017, ont repris de la vigueur depuis CVCM. Ce n'était pas vraiment le but de l'opération…

⇒ Temps de lecture : 10-12 min

 

 

L'association Grenoble à cœur pointe l'effet canyon. A Grenoble, les barres d'immeubles qui encadrent la majorité des artères feraient grimper la pollution

Boulevard Foch © Patricia Cerinsek

L'année 2017 était bien partie. Les quatre premiers mois, les niveaux de pollution au dioxyde d'azote enregistrés à la station des Grands boulevards dans le centre-ville de Grenoble avaient été parmi les plus bas des dix dernières années. En avril, la concentration en NO2 atteignait même les 40 microgrammes/m3, soit le plus bas niveau enregistré depuis 2007 à pareille époque.

 

Et puis, renversement de tendance. Depuis mi-avril, les taux de ce polluant majoritairement issu du trafic routier sont repartis à la hausse, renouant avec la moyenne des dix dernières années. Mi-avril, cela correspond au lancement de l'opération Cœurs de ville, cœurs de métropole (CVCM), le nouveau plan de circulation porté par la Métropole et adoubé par la ville de Grenoble et le syndicat mixte des transports en commun.

 

Une opération qui prévoit une piétonisation élargie du cœur de ville, des changements de sens de circulation mais aussi et surtout la fermeture de l'axe Sembat-Rey-Lyautey à la circulation automobile, avec l'objectif de faire changer les habitudes de déplacement. Exit la voiture, place aux transports en commun, au vélo et à la marche à pied.

 

 

Un lien de causalité avéré entre CVCM et les concentrations accrues en NO2

 

Simple coïncidence ? Alors que, depuis cet été, la polémique enfle quant à l'effet supposé de CVCM sur le trafic et ses nuisances, les premières constatations d'Atmo Auvergne Rhône-Alpes qui viennent de tomber ne laissent guère de place au doute.

 

« Compte tenu de la coïncidence temporelle entre cette augmentation relative modérée et la mise en place du nouveau plan de circulation, il est impossible d’exclure un lien de causalité », pointe Atmo .

 

Rien d'alarmant toutefois pour l'organisme chargé de mesurer la qualité de l'air à Grenoble : les niveaux restent dans la moyenne de la dernière décennie. Reste qu'en l'espace de quinze jours après la mise en œuvre de CVCM les concentrations en dioxyde d'azote sont reparties à la hausse, effaçant la baisse amorcée les quatre premiers mois de l'année.

 

De janvier à avril 2017 (avant la mise en place du nouveau plan de circulation ; voir courbe rouge), les niveaux de NO2 sont plutôt inférieurs à ceux enregistrés les années précédentes (conformément à la tendance à la baisse des niveaux de NO2). A partir de mai 2017, les niveaux de NO2 sont proches de la valeur moyenne des 10 dernières années. Compte tenu de la coïncidence temporelle entre cette augmentation relative modérée (par rapport au fuseau des 10 dernières années) et la mise en place du nouveau plan de circulation, il est impossible d’exclure un lien de causalité.

De janvier à avril 2017 (avant la mise en place du nouveau plan de circulation ; voir courbe rouge), les niveaux de NO2 sont plutôt inférieurs à ceux enregistrés les années précédentes (conformément à la tendance à la baisse des niveaux de NO2). A partir de mai 2017, les niveaux de NO2 sont proches de la valeur moyenne des dix dernières années. © Doc Atmo Auvergne Rhône-Alpes

 

Pourtant, les feux semblaient au vert. Il y a tout juste un mois, la Métro, la ville de Grenoble et le SMTC avaient communiqué, plutôt satisfaits quoique prudents, sur leurs chiffres tirés d'un observatoire interne pour mesurer les impacts de CVCM avant, pendant et après l'opération.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 66 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Une militante du groupe grenoblois d'Extinction Rebellion en train d'enduire de « faux pétrole » un distributeurs de billets de la banque BNP Paribas. © Extinction Rebellion
Grenoble : action choc de mili­tants d’Extinction Rebellion contre la BNP, accu­sée de « greenwashing »

FOCUS - Des militants grenoblois d'Extinction Rebellion ont dégradé quatre distributeurs de billets de la BNP Paribas dans la nuit du 6 au 7 février Lire plus

Le conseil métropolitain du 3 février 2023.
La Métropole de Grenoble a adopté son bud­get pri­mi­tif 2023, avec des débats reflé­tant les cli­vages poli­tiques traditionnels

FOCUS - Le conseil métropolitain a adopté, vendredi 3 février 2023, son budget primitif 2023 d'un montant de 851 millions d'euros. La Métropole de Grenoble Lire plus

Nouvelle labellisation Grand Insep, dédiée à la performance sportive de haut niveau, pour le campus de la Brunerie de Voiron
Nouvelle label­li­sa­tion Grand Insep, dédiée à la per­for­mance spor­tive de haut niveau, pour le cam­pus de la Brunerie de Voiron

FLASH INFO - Le campus de la Brunerie de Voiron a vu son label Grand Insep renouvelé vendredi 27 janvier 2023, à l'occasion d'une cérémonie Lire plus

Le Mois décolonial de retour à Grenoble pour sa troisième édition, du 4 mars au 8 avril 2023
Le Mois déco­lo­nial de retour à Grenoble pour sa troi­sième édi­tion, du 4 mars au 8 avril 2023

FOCUS - La troisième édition du Mois décolonial se tient à Grenoble du 4 mars au 8 avril 2023, avec une quarantaine d’événements. La Ville Lire plus

Entre 11 500 et 27 000 manifestants se sont mobilisés contre la réforme des retraites le 7 février 2023 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Manifestation du 7 février contre la réforme des retraites : mobi­li­sa­tion tou­jours sou­te­nue mais en baisse à Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Entre 11 500 et 27 000 manifestants ont défilé à Grenoble, mardi 7 février 2023, pour la troisième grande journée de mobilisation contre Lire plus

GHM de Grenoble : la Métropole vote un vœu au gou­ver­ne­ment, à l’ARS et aux mutuelles sur fond de chan­ge­ment de direction

FOCUS - Le conseil métropolitain a adopté à l'unanimité, vendredi 3 février 2023, un vœu sur le Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble (GHM). Celui-ci fait Lire plus

Flash Info

|

08/02

18h42

|

|

08/02

15h37

|

|

07/02

18h55

|

|

07/02

11h46

|

|

07/02

10h52

|

|

07/02

9h50

|

|

06/02

18h52

|

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Flash info| Explosion pos­si­ble­ment d’o­ri­gine cri­mi­nelle dans une épi­ce­rie ita­lienne de Grenoble dans la nuit du 29 au 30 jan­vier 2023

Abonnement| Réforme des retraites : blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat Uni réagit, les blo­queurs répliquent

Agenda

Je partage !