Piétonnisation : le projet CVCM suit son cours, la bataille de chiffres aussi

sep article

DÉCRYPTAGE – Cœurs de ville, cœurs de métropole (CVCM) avait six mois pour faire ses preuves. Concluant ? Pour ses promoteurs, les clignotants sont au vert. Rien ne devrait venir entraver le projet porté par la Métro de bouter les voitures hors du cœur de ville de Grenoble. Mais alors qu’à Paris une étude vient de montrer les limites – par le jeu des reports de trafic – de la fermeture de voies de circulation sur les niveaux de pollution, Grenoble devra attendre 2018 pour qu’une campagne de mesures de la qualité de l’air vienne clore le débat.

 

➜ Temps de lecture : 10 à 13 min

 

 

Quel impact a le nouveau plan de circulation sur le flux de véhicules en ville ? © Patricia Cerinsek

Quel impact a le nouveau plan de circulation sur le flux de véhicules ? Aux portes de la ville, la baisse serait amorcée. © Patricia Cerinsek

Six mois après son lancement, où va Cœurs de ville, cœurs de métropole ? Le projet, qui consiste moyennant une dizaine de millions d’euros à accentuer la piétonisation du centre-ville de Grenoble et, passant, à modifier le plan de circulation, suit son cours.

 

Après six mois d’expérimentation, les feux étant pour ses promoteurs manifestement au vert, CVCM continue donc sur sa lancée.

 

Le projet s’apprête donc à être présenté, pour être validé, aux élus de la Métro le 10 novembre avant de passer devant le SMTC et la Ville de Grenoble. Puis de poursuivre son chemin, les travaux étant prévus jusqu’en 2019.

 

Et ce nonobstant les obstacles : les recours – dont certains toujours pendants – de l’opposition de droite métropolitaine et du collectif Grenoble à cœur. Une certaine pagaille et de nombreux bouchons sur les routes inhérents – ou pas ? – au lancement du projet. Et un certain flou quant à l’impact attendu de telles mesures.

 

 

Un trafic en baisse de 3 à 4 % aux portes de la ville

 

 

En fait, tout dépend de l’objectif que s’est assigné CVCM. S’il s’agit de « redonner le centre-ville aux piétons », comme le résume le maire de Grenoble Eric Piolle et notamment en faisant tomber le flux journalier sur l’axe Rey-Sembat-Lyautey de 15 000 à moins de 5 000 voitures, l’opération de piétonisation pourrait bien être sur la bonne voie. Même s’il faudra du temps pour toucher au but.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3265 visites | 22 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 22
  1. sep article
  2. Toujours les mêmes amis des municipalités et Métro ici, qui salissent les informations de Grenoble à Coeur dans le but de les décrédibiliser La santé des Grenoblois, il s’en contre-fichent.

    sep article
    • Vous faites un procès d’intention alors que vous pouvez aussi vérifier les données et le graphique par vous même ! Et si Grenoble à Cœur, ou je ne sais qui qui a fait ce graphique, est suffisamment sûr de son coup, qu’ils publient leur Excel. Au moins avec les chiffres et les calculs fais, il n’y aurait aucun doute !

      sep article
  3. Comme Rom1gre, j’ai un gros doute sur la méthodo de calcul car j’ai refait la même chose à partir des Open Data de Air Aura et je n’obtiens pas du tout le même résultat ! Data dispo sur leur site http://www.air-rhonealpes.fr/donnees/acces-par-station

    Place Grenet, GAM, PC et Grenoble à Coeur, pouvez vous partager vos données et calculs ? Merci à Place Grenet de vérifier à la source d’ailleurs. Pourquoi ne pas contacter Air Aura d’ailleurs pour avoir leur avis ?

    Enfin, la conclusion de PC sur 10 ans semble non confirmé par le rapport 2016 de Air Auvergne Rhône-Alpes §3 p21 dispo ici http://www.air-rhonealpes.fr/donnees/acces-par-station

    Bref, tout cela semble pipé et organisé par les oppositions au projet de la métro alors que comme le dit Dauphinoix, le bon sens fait dire, si moins de voiture, moins de pollution !

    sep article
    • PC

      19/10/2017
      11:52

      Merci pour votre commentaire. Nous avons bien évidemment sollicité Air Auvergne Rhône-Alpes à ce sujet, et même transmis l’étude réalisée par Grenoble à cœur sur la base des mesures effectuées à la station de mesures des Grands boulevards afin d’avoir une évaluation sérieuse des travaux du collectif. A ce jour, faute de mesures plus complètes (à la fois dans le temps et dans l’espace), Air Rhône-Alpes n’a pas d’avis tranché.

      Je vous renvoie à ce titre à cet extrait de l’article :
      « Du côté d’Air Auvergne Rhône-Alpes, il est aujourd’hui difficile de conclure à un effet, dans un sens comme dans l’autre, de CVCM sur les niveaux de pollution. « Une seule station comme celle des grands boulevards ne reflète pas toute la complexité des impacts, souligne Camille Rieux. Les polluants peuvent être influencés par le trafic routier mais aussi par d’autres paramètres, comme les échanges atmosphériques, les différences de température. Il peut aussi y avoir des effets transitoires. »

      Nous attendons toutefois une réponse plus complète d’Air Rhône-Alpes, que nous ne manquerons pas de faire alors connaître à nos lecteurs.

      sep article
      • Merci pour la réponse alors pouvons nous collectivement voir les données et la construction du graphique ? J’ai beau essayé et re-essayé, impossible de trouver la courbe de référence ! D’ailleurs comment peut elle baisser ainsi après l’été alors que les cumuls de toutes les années sont croissants ou presque… C’est simple de publier les données et tout le monde sera fixer ! Si Grenoble à Coeur et/ou Place Grenet refuse ça, alors quoi en penser ?

        sep article
    • Le bon sens demande depuis toujours de se méfier des assertions qui commencent par le mot « si », telle celle que vous reprenez de Dauphinoix. Le bon sens a raison puisque la réalité montre qu’un peu moins de voitures mais plus d’embouteillages c’est plus de pollution.

      sep article
  4. Bonjour,

    Vous avez la possibilité de contacter Grenoble à Coeur pour qu’ils fournissent une copie des données brutes qu’ils ont utilisées pour leur analyse? Elles ne semblent pas correspondre à celles que l’on peut télécharger sur le site de Air Rhône Alpes.

    Merci.

    sep article
  5. Les chiffres… ou bien la logique. Moins de voitures = moins de bouchons. Des bus plus performants car plus engorgés dans le flot de voitures = plus de clientèle. Des pistes cyclables confortables = plus de cyclistes de tous les jours. Des espaces piétons plus agréables = plus de flânerie et de potentiels clients.

    Les bouchons ne sont dus qu’au trafic motorisé individuel, que ceux qui choisissent la voiture (et il y en a beaucoup qui font ce choix par confort) assument. Mais qu’ils ne viennent pas accuser les autres.

    Enfin, la pollution est un faux problème. C’est le coup des oppositions, de faire croire que les cyclistes sont responsables de la pollution et des bouchons (CF site de Grenoble à Coeur) ! Non, la pollution motorisée vient juste du fait qu’il y a trop de voitures, point barre !

    sep article
    • +1
      (vous êtes décidément plein de bon sens, certains feraient bien de vous lire, vous savez reposer les problèmes simplement, merci)

      sep article
      • Merci. J’en ai marre des commentaires stupides sur internet, et ma manière de le dire est de reposer les débats là où ils sont. Pour ce sujet, bien trop de postures caricaturales et de relais médiatiques biaisés, qui m’énervent autant qu’ils me donnent envie de rester calme dans les discussions.

        sep article
    • sep article
      • Le projet de la Métro propose un axe structurant bus-vélos sur Agutte Sembat. Les pistes Chronovélo (réseau d’échelle métropolitaine) empruntent en partie l’axe puis passent sur le cours Lafontaine et Berriat, et relient Meylan et Eybens. Ce n’est absolument pas « un petit bout » comme vous osez l’affirmer.

        En tant que cycliste, je trouve le projet de la Métro bien plus pertinent que votre autoroute à vélos qui ne mène nulle part.

        sep article
        • A propos des postures caricaturales que vous dénonciez, je viens de comprendre en vous lisant que vous parliez de vous même.

          sep article
          • Incroyable argument, qui ne répond en rien à la question des « autoroutes » à vélo. Défense de dérivation ?

            sep article
  6. Dernier point, il serait intéressant de voir ce qui se passe avec certains contrats cadres qui ont explosé pour les travaux de CVCM, ce qui a évité de mettre tout cela en concurrence…

    sep article
  7. Et ce n’est par Grenoble à Coeur, ce sont les chiffres d’Atmo Air Rhône alpes

    sep article
    • PC

      17/10/2017
      18:42

      Nous ne disons pas le contraire. Cf cet extrait de l’article : « Grenoble à cœur qui, sur la base des mesures effectuées par Air Auvergne Rhône-Alpes, suit à la trace l’évolution de la pollution au NO2 – le dioxyde d’azote –, polluant routier par excellence.

      sep article
  8. Les chiffres [modéré : propos diffamatoires]
    Quoiqu’il ne soit, la pollution elle a augmenté au point de nous remettre 10 ans en arrière….
    Aucune crédibilité…

    sep article