Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Des gravures de Rembrandt prennent leur quartier d’hiver au couvent Sainte-Cécile

sep article

PORTFOLIO PHOTO – L’ancien couvent Sainte-Cécile à Grenoble accueille une exposition temporaire de gravures du peintre néerlandais Rembrandt, grâce à l’acquisition récente de la collection privée du Britannique Neil Kaplan par le Fonds Glénat pour le patrimoine et la création. Elle sera ouverte au public du 19 octobre au 16 décembre prochain. Visite guidée.

 

 

Grenoble va-t-il devenir un lieu de pèlerinage pour les admirateurs du peintre néerlandais Rembrandt Harmenszoon van Rijn ? C’est fort possible, car soixante-huit œuvres originales du maître du clair-obscur résident désormais dans la capitale des Alpes.

 

L’exposition de 68 gravures de Rembrandt a ouvert ses portes au couvent Saint-Cécile à Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre’net.

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net.

Elles sont exposées du 19 octobre au 16 décembre au couvent Sainte-Cécile à Grenoble où se situe le siège social des éditions Glénat.

 

Et ceci grâce à l’acquisition de la collection privée du britannique Neil Kaplan par le Fonds Glénat pour le patrimoine et la création.

 

 

En partant vivre en Australie, le collectionneur britannique devait en effet se séparer de ses précieuses gravures. La faute au climat humide de l’Australie, nuisible pour la conservation d’œuvres papier. En plus des 57 collectés par le Britannique, le Fonds a acquis onze gravures afin de compléter et de diversifier la collection grenobloise.

 

 

Le maître du clair-obscur prend ses quartiers à Grenoble

 

Rembrandt s’installe donc dans la capitale des Alpes ! Une excellente nouvelle pour les amateurs d’art de la région et… bien au-delà. Car désormais « il y aura des visiteurs qui viendront à Grenoble pour voir ces gravures de Rembrandt », espère Jacques Glénat, président du Fonds.

 

L’exposition de 68 gravures de Rembrandt a ouvert ses portes au couvent Saint-Cécile à Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre’net.

L’exposition de 68 gravures de Rembrandt a ouvert ses portes au couvent Sainte-Cécile à Grenoble. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net.

Armés de loupes, les visiteurs explorent les œuvres. Aucun détail, aucun trait n’échappe à leur œil attentif. L’exposition temporaire n’est qu’un début, avant l’ouverture, courant 2018, du cabinet Rembrandt, aménagé dans l’ancien parloir de nonnes.

 

La collection ne sera toutefois pas présentée dans son intégralité dans cette installation permanente. « Ces œuvres en papier demandent une mise au noir. Il faudra donc faire une rotation qui permettra de respecter ces besoins de conservation », explique Marianne Fabre, chargée des partenariats au Fonds Glénat pour le patrimoine et la création.

 

Et de préciser : « Pour cette installation, on cherche à recréer l’atmosphère de l’époque et à donner le sentiment de visiter l’atelier de Rembrandt ».

 

 

Rembrandt aquafortiste

 

Plus connu pour ses peintures, Rembrandt a cependant laissé un grand héritage de dessins et de gravures. Portraits, sujets de genre, sujets religieux… La variété des œuvres laissées par le maître ne cesse de surprendre.

 

Mais ce sont surtout ses autoportraits qui deviennent un motif important de ses œuvres. « Il n’était pas très beau, mais il s’est représenté toute sa vie », précise Ger Luitjen, directeur de la Fondation Custodia (fondation d’art néerlandaise à Paris). « Il a commencé à l’âge de 19 ans et jusqu’à sa mort, à 63 ans, il n’y a pas une seule année où il n’a pas fait d’autoportrait. »

 

L’exposition de 68 gravures de Rembrandt a ouvert ses portes au couvent Saint-Cécile à Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre’net.

Un de célèbres autoportraits de Rembrandt exposé au couvent Sainte-Cécile © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net.

 

Son propre modèle, Rembrandt expérimente la lumière et… se met en scène ! « Nous pouvons faire une liste de personnes, de rôles qu’il a joué dans ses autoportraits », confirme Ger Luitjen.

 

Héritier de l’art du Caravage, maître du clair-obscur et du travail d’ombres, Rembrandt était aussi un grand expérimentateur. « Comme l’écrivain français Raymond Queneau, Rembrandt joue en permanence avec le style. Il cherche à faire ce que personne n’a fait auparavant. Toutes ses épreuves, ses tirages sont différents. Il n’y en a pas deux qui sont identiques, même lorsqu’ils sont fait à partir de la même planche du métal. Rembrandt retravaillait beaucoup ses gravures. »

 

L’exposition installée au cœur du couvent Sainte-Cécile permet ainsi de découvrir le travail de Rembrandt et sa personne « très drôle et juste extraordinaire ».

 

Retour en images.

 

 

 

Yuliya Ruzhechka

 

 

GRAVURE ET EAU FORTE

 

L’exposition de 68 gravures de Rembrandt a ouvert ses portes au couvent Saint-Cécile à Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre’net.

« Vieil homme portant un chapeau de fourrure », 1640.

La technique artistique de la gravure consiste en l’utilisation d’une planche (souvent métallique) pour graver un dessin qui servira de base pour des estampes. Les creux dans ce dessin sur support se transformeront en lignes noires sur papier.

Dans la technique de l’eau forte, le graveur couvre sa planche d’une couche de vernis protecteur sur laquelle il vient poser son dessin, puis la plaque est plongée dans l’acide nitrique afin d’obtenir un support prêt pour la réalisation des « tirages » – réalisations sur papier.

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
865 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.