L’Apardap accuse la préfecture du non-renouvellement de son contrat aidé… Le sous-préfet dément

sep article



L’Association départementale de parrainages républicains des demandeurs d’asile et de protection (Apardap) va-t-elle perdre son contrat aidé ? C’est une crainte qu’elle a exprimée dans un communiqué, mettant en cause la préfecture de l’Isère. Cette dernière répond sèchement à ces accusations.

 

 

Émoi à l’Apardap. L’Association dépar­te­men­tale de par­rai­nages répu­bli­cains des deman­deurs d’a­sile et de pro­tec­tion appre­nait « indi­rec­te­ment », début octobre, que la demande de renou­vel­le­ment du contrat aidé de son employée était refu­sée par la Direccte (Direction régio­nale des entre­prises, de la concur­rence, du tra­vail et de l’emploi).

 

« Nous appre­nons en effet que ce dos­sier, pré­senté en com­mis­sion dépar­te­men­tale de la pré­fec­ture, aurait été écarté et qu’il n’y aurait aucune déro­ga­tion pos­sible. C’est donc direc­te­ment la pré­fec­ture qui aurait décidé de ne pas renou­ve­ler le contrat aidé de notre assis­tante », fai­sait savoir l’as­so­cia­tion dans un com­mu­ni­qué daté du 10 octobre.

 

 

L’Apardap « au cœur de l’urgence sociale et humanitaire »

 

 

Or, l’Apardap consi­dère entrer dans les clous des renou­vel­le­ments de contrats aidés encore pos­sibles. « L’Apardap est bien à tra­vers ses actions au cœur de l’urgence sociale et huma­ni­taire, cri­tères qui devaient être ceux pris en consi­dé­ra­tion pour le renou­vel­le­ment des contrats aidés tels que défi­nis par le gou­ver­ne­ment », écrivent ses res­pon­sables.

 

En 2016, le maire de Grenoble Éric Piolle parrainait un migrant au cours d'une cérémonie comptant l'Apardap pour partenaire. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

En 2016, le maire de Grenoble Éric Piolle par­rai­nait un migrant au cours d’une céré­mo­nie comp­tant l’Apardap pour par­te­naire. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Impliquée dans les par­rai­nages répu­bli­cains des migrants, l’Apardap dit « joue[r] un rôle impor­tant pour les aider à connaître notre région, à s’in­sé­rer socia­le­ment en coor­don­nant la mise en place d’ac­ti­vi­tés très diverses ». Comme des cours de fran­çais ou d’in­for­ma­tique. L’association explique encore gérer une cen­taine d’ap­par­te­ments soli­daires. « L’Apardap serait-elle récu­sée pour cause de trop grande soli­da­rité face à la détresse humaine ? », inter­roge le com­mu­ni­qué en guise de conclu­sion.

 

 

Le sous-préfet Yves Dareau parle de « désinformation »

 

 

C’est peu dire que les asser­tions de l’as­so­cia­tion passent mal auprès d’Yves Dareau, sous-pré­fet de l’Isère et secré­taire géné­ral adjoint en charge de la poli­tique de la ville et de la cohé­sion sociale. « C’est de la dés­in­for­ma­tion », nous dit-il pour com­men­ter le com­mu­ni­qué de l’Apardap. Avant de don­ner sa ver­sion des faits, et de mettre les points sur les “i”.

 

Yves Dareau, secrétaire général de la préfecture de l'Isère. L'association de parrainage des migrants Apardap accuse la préfecture de bloquer le renouvellement de son contrat aidé. « Faux ! » répond le sous-préfet.© Joël Kermabon - Place Gre'net

Yves Dareau, secré­taire géné­ral de la pré­fec­ture de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

En matière de renou­vel­le­ments de contrats aidés, « il a été édicté un cer­tain nombre de prio­ri­tés gou­ver­ne­men­tales », men­tionne Yves Dareau. Notamment les assis­tants de vie sco­laire, les adjoints de sécu­rité, ou encore les per­sonnes au RSA sui­vies par le conseil dépar­te­men­tal. Mais dans tous les cas, c’est un arrêté du pré­fet de région*, et non du dépar­te­ment, qui fixe ces prio­ri­tés pour le ter­ri­toire, en accord avec la poli­tique du gou­ver­ne­ment.

 

Pour autant, « ont été défi­nis dans le cadre des urgences sociales les employeurs qui inter­viennent dans l’hé­ber­ge­ment médico-social, c’est-à-dire les centres d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence, les centres d’hé­ber­ge­ment et de réin­ser­tion sociale, ainsi que les entre­prises ou asso­cia­tions de dis­tri­bu­tion ali­men­taire comme Les Restos du cœur, le Fournil ou Point d’eau. L’Apardap n’est pas concerné par cet item », assène le sous-pré­fet.

 

 

La préfecture de l’Isère émet un avis favorable pour le renouvellement

 

 

La messe est-elle dite ? Pas du tout, assure Yves Dareau. Une com­mis­sion dépar­te­men­tale se réunit en effet tous les lun­dis et peut émettre des avis déro­ga­toires favo­rables pour la recon­duc­tion d’un contrat aidé. Or, l’employée de l’Apardap étant en situa­tion de han­di­cap, elle pou­vait pré­tendre, contrai­re­ment à ce qu’é­cri­vait l’as­so­cia­tion, à une déro­ga­tion.

 

L'association de parrainage des migrants Apardap accuse la préfecture de bloquer le renouvellement de son contrat aidé. « Faux ! » répond le sous-préfet.Stéphane Bouillon, nouveau préfet de région.

Stéphane Bouillon, nou­veau pré­fet de région.

« Au lieu d’al­ler brailler n’im­porte quoi, ils auraient mieux fait de tra­vailler comme le font d’autres struc­tures asso­cia­tives dont on ne parle pas », ful­mine sans ambages Yves Dareau. Quoi qu’il en soit, le dos­sier a été réétu­dié par la com­mis­sion dépar­te­men­tale le lundi 16 octobre. Et la pré­fec­ture de l’Isère a émis auprès du pré­fet de région un avis favo­rable pour le renou­vel­le­ment du contrat de cette employée.

 

Pour autant, cet avis favo­rable ne signi­fie pas que le contrat aidé sera auto­ma­ti­que­ment renou­velé. La déci­sion finale revien­dra à la pré­fec­ture de région, au sor­tir d’une réunion avec les ser­vices de la Directe. Cette déci­sion sera notam­ment ren­due en fonc­tion de l’en­ve­loppe bud­gé­taire dont dis­pose le (tout nou­veau) pré­fet de région. Affaire à suivre, en somme.

 

FM

 

 

* Article 3 de l’ar­rêté régio­nal de région 17 – 354 du 7 sep­tembre 2017.

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2531 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. sep article
  2. Ping : L’Apardap accuse la préfecture du non-renouvellement de son contrat aidé… Le sous-préfet dément Source : article L'Apardap accuse la préfecture du non-renouvellement de son contrat aidé… Le sous-préfet dément - Apardap

  3. Il ne faut pas exa­gé­rer, mon­sieur Dareau ! Dès l’an­nonce du pos­sible non renou­vè­le­ment des contrats aidés, l’APARDAP s’est émue de la pos­si­bi­lité du non renou­vè­le­ment du contrat de sa secré­taire, en écri­vant une lettre à Monsieur le Préfet dès le mois de sep­tembre. CAP Emploi, le Pôle Emploi des per­sonnes han­di­ca­pées, avait bien dit que le contrat ne devait pas être renou­velé.
    Et Monsieur Dareau ose dire
    « Au lieu d’aller brailler n’importe quoi, ils auraient mieux fait de tra­vailler comme le font d’autres struc­tures asso­cia­tives dont on ne parle pas »

    Ca veut dire quoi ? tra­vailler en quoi ? c’est du grand n’im­porte quoi, une phrase qui ne veut rien dire sauf à sous entendre que l’APARDAP aurait dû faire de la lèche en douce auprès de per­sonnes influentes au lieu d’en­voyer un com­mu­ni­qué de presse ? Le com­mu­ni­qué, c’est quand il n’y a pas d’autres alter­na­tives et appa­rem­ment, ça marche pour faire bou­ger les auto­ri­tés. Ca a déjà mar­ché pour les Restaus du Coeur. Il ne pour­rait pas s’in­ter­ro­ger, en haut lieu, sur les consé­quences du non renou­vè­le­ment des contrats aidés dans les asso­cia­tions de ter­rain, de la hausse du nombre de chô­meurs, notam­ment des cin­quan­te­naires et plus qui ne peuvent trou­ver un emploi dans le sec­teur « nor­mal ».
    L’APARDAP tire la son­nette d’a­larme pour elle, mais aussi pour tous les autres contrats aidés.

    sep article