Remontée contre la direction de GE Hydro, l’intersyndicale lui écrit une lettre ouverte

sep article



EN BREF – L’intersyndicale CFDT, CFE-CGC et CGT de GE Renewable Energy (GE Hydro) a adressé, ce 6 octobre, une lettre ouverte à la direction de l’entreprise. Les syndicats fustigent l’attitude de la direction, qui ne semble pas, selon eux, avoir pris la véritable mesure de la mobilisation, et l’accusent de pratiquer un « simulacre de négociations ».

 

 

Discussion avec la direction devant l'usine. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Discussion avec la direc­tion devant l’u­sine. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les sala­riés de GE Hydro, sou­te­nus par leur inter­syn­di­cale, ne déco­lèrent pas. Après quatre jours de blo­cage de l’u­sine, leur mobi­li­sa­tion ne fai­blit pas puis­qu’ils ont décidé de recon­duire leur mou­ve­ment jus­qu’à ce lundi 9 octobre.

 

Dans le même temps, la direc­tion, qui confirme sa volonté de main­te­nir le dia­logue, a néan­moins mani­festé son inten­tion de sai­sir ce même lundi 9 octobre le juge des réfé­rés du tri­bu­nal de grande ins­tance (TGI) de Grenoble. Son objec­tif : que soit ren­due une déci­sion per­met­tant aux sala­riés qui le sou­haitent de reprendre nor­ma­le­ment leur tra­vail. Excédée, l’in­ter­syn­di­cale s’est fen­due, ce 6 octobre, d’une lettre ouverte adres­sée à la direc­tion de GE Hydro, lui repro­chant son atti­tude.

 

 

« Vous n’aviez rien d’autre à présenter que trois améliorations ! »

 

 

L’intersyndicale qui a été convo­quée par la direc­tion ce 6 octobre en pré­fec­ture pour une réunion d’ur­gence, se plaint des condi­tions dans les­quelles cette réunion a été orga­ni­sée, n’en ayant eu connais­sance que la veille à 19 h 22. Dans quel but ? « Examiner les dif­fé­rents sujets pro­po­sés à l’ouverture des négo­cia­tions depuis le 13 juillet », relatent les syn­di­cat, qui déplorent le manque de pré­ci­sions de cette convo­ca­tion.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« En dépit de cette convo­ca­tion tar­dive et som­maire, en dépit du lieu de cette convo­ca­tion, en dehors de nos murs, à la pré­fec­ture, en dépit de votre refus de tenir la réunion du CCE hier, et celle du CHSCT ce matin, nous sommes venus », sou­ligne l’in­ter­syn­di­cale. Qui exprime amè­re­ment son dépit de n’être pas enten­due.

 

« Nous pen­sions que vous aviez pris la mesure de la mobi­li­sa­tion très forte des sala­riés, et des cris d’alarme qui cherchent à vous atteindre. Rien de tel. Vous n’aviez rien d’autre à pré­sen­ter que trois “amé­lio­ra­tions”, des mesures d’accompagnement de votre plan », reprochent les syn­di­cats à la direc­tion de l’en­tre­prise. À savoir : un mois de plus de période de volon­ta­riat, deux mois de plus de congé de reclas­se­ment et 10 % de plus de main­tien de rému­né­ra­tion pen­dant le congé de reclas­se­ment post-pré­avis.

 

 

Un simulacre de négociation

 

 

« Où était l’urgence à nous annon­cer ces “mesures” de détail dont nous pou­vions dis­cu­ter mer­credi pro­chain en réunion de négo­cia­tion ? Simple opé­ra­tion de com­mu­ni­ca­tion, à la pré­fec­ture ! Fallait-il annu­ler une réunion de CHSCT pour un tel simu­lacre de négo­cia­tion ? », ques­tionne l’intersyndicale.

 

Selon elle, les vrais sujets ont été refu­sés, élu­dés. À sa demande de dis­cu­ter des 345 sup­pres­sions d’emplois, comme le réclament les sala­riés en grève, lui a été opposé le refus caté­go­rique des diri­geants.

 

Prise de parole d'un membre de l'intersyndicale lors de la 2e journée de blocage de l'usine. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Prise de parole d’un membre de l’in­ter­syn­di­cale lors de la 2e jour­née de blo­cage de l’u­sine. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Nous avons demandé à dis­cu­ter du calen­drier des négo­cia­tions et des consul­ta­tions : refus net et main­tien de la date butoir du 19 novembre, alors que le Comité cen­tral d’en­tre­prise (CCE) et son expert, et le Comité d’hygiène, de sécu­rité et des condi­tions de tra­vail (CHSCT), vous réclament légi­ti­me­ment des infor­ma­tions essen­tielles pour com­prendre les rai­sons et les consé­quences de ces 345 sup­pres­sions d’emplois », sou­lignent les gré­vistes.

 

 

Un chantage intenable

 

 

Pour ces der­niers, hors de ques­tion qu’ils puissent accep­ter 345 sup­pres­sions d’emplois pour que, comme le jus­ti­fie la direc­tion, « le site atteigne une masse cri­tique ». La réac­tion de l’in­ter­syn­di­cale est à l’aune de cette for­mule, qu’elle juge lapi­daire. « Ce qui est cri­tique, c’est l’état moral des sala­riés, à qui on veut infli­ger 42 % de sup­pres­sions de postes sans expli­quer pour­quoi et sans s’expliquer sur l’avenir. Ce qui est cri­tique, c’est le blo­cage du dia­logue en refu­sant la com­mu­ni­ca­tion de ce qui a conduit le groupe à écha­fau­der ce pro­jet », rétorque-t-elle.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Les syn­di­cats estiment éga­le­ment que condi­tion­ner la pour­suite des négo­cia­tions et des réunions à la fin de la mobi­li­sa­tion est un « chan­tage inte­nable » dont ils ne veulent pas être le relai.

 

« Il appar­tient aux ins­tances élues d’exiger le res­pect de leurs man­dats et de sai­sir la Direction régio­nale des entre­prises, de la concur­rence, du tra­vail et de l’emploi (Direccte). Il appar­tient aux sala­riés gré­vistes de déci­der de pour­suivre le mou­ve­ment qu’ils ont entamé mer­credi, et nos syn­di­cats sont soli­daires de leur mobi­li­sa­tion, saine et forte. Car il est sain et légi­time de ne pas accep­ter d’être ainsi traité. Il vous appar­tient de chan­ger au plus vite d’attitude », tance l’in­ter­syn­di­cale.

 

Joël Kermabon

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
1776 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.