© Chuga

Portes ouvertes sur les troubles du com­por­te­ment ali­men­taire : « Il est pos­sible de guérir ! »

Portes ouvertes sur les troubles du com­por­te­ment ali­men­taire : « Il est pos­sible de guérir ! »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

TROIS QUESTIONS À – Claire Buis, psy­chiatre, res­pon­sable du Centre réfé­rent de l’arc alpin (TC3A) au CHU Grenoble-Alpes (Chuga), par­ti­cipe à l’organisation de la jour­née porte ouverte ce jeudi 28 sep­tembre sur les troubles du com­por­te­ment ali­men­taire (ano­rexie, bou­li­mie…). Partant de la des­crip­tion de leurs res­sorts, elle explique le prin­cipe et les objec­tifs du Centre au ser­vice des patients de l’Isère, de la Savoie et de la Haute-Savoie.

PLACE GRE’NET – La jour­née porte ouverte orga­ni­sée ce jeudi par le Centre réfé­rent de l’arc alpin porte sur les troubles du com­por­te­ment ali­men­taire [voir enca­dré]. Quelles sont les per­sonnes les plus à risque et com­ment recon­naître les pre­miers signes de ces maladies ?

CLAIRE BUIS – Les ado­les­cents et les jeunes adultes sont les per­sonnes les plus à risque pour l’ano­rexie et la bou­li­mie. Alors que nous vivons dans une région où il y a de nom­breuses sec­tions spor­tives, on aime­rait pou­voir aler­ter les parents et les jeunes sur le risque élevé encouru par la popu­la­tion des jeunes spor­tifs. Le sport de haut-niveau implique en effet com­pé­ti­tion et recherche de la per­for­mance. Et dans cer­tains sports tels l’escalade, le judo ou encore la danse clas­sique, la ques­tion du poids entre beau­coup en compte dans les per­for­mances. Les conduites de régime, de res­tric­tion ali­men­taire qui peuvent com­men­cer très jeune avec le sport, aug­mentent le risque de déclen­cher des troubles du com­por­te­ment ali­men­taire (TCA).

Claire Buis, psychiatre, responsable du Centre Référent de l’arc alpin. © Chuga

Claire Buis, psy­chiatre, res­pon­sable du Centre réfé­rent de l’arc alpin. © Chuga

L’un des prin­ci­paux fac­teurs pré­ci­pi­tant les TCA est bien le régime amai­gris­sant. Voilà pour­quoi on retrouve aussi ces troubles chez des femmes plus âgées qui, suite à une gros­sesse ou un autre évé­ne­ment de vie avec prise de poids, ont com­mencé un régime. S’il s’y ajoute une vul­né­ra­bi­lité psy­cho­lo­gique comme une més­es­time ou un manque de confiance en soi, cela peut déclen­cher la pathologie.

On doit s’alerter quand la ques­tion de la nour­ri­ture devient omni­pré­sente dans l’exis­tence, d’autant plus si celle-ci est cou­plée à une estime de soi dégra­dée lorsque l’on prend du poids. On doit éga­le­ment s’alerter en cas de perte de poids rapide avec risque de mise en dan­ger si la per­sonne concer­née nie celle-ci et affirme être en pleine forme, très puis­sante etc. Ou encore en cas de dys­mor­pho­pho­bie, lorsque l’on pense être, à tort, tou­jours trop gros.

Il est pos­sible de gué­rir des troubles du com­por­te­ment ali­men­taire. Actuellement, un tiers des patients par­vient à une gué­ri­son com­plète. Un autre tiers connaît une amé­lio­ra­tion sen­sible mais avec risque de rechute. Pour le tiers res­tant, la patho­lo­gie trop enkys­tée, demeure chronique.

Les fac­teurs pro­nos­tics favo­rables sont la pré­co­cité ainsi que la plu­ri­dis­ci­pli­na­rité de la prise en charge, avec l’implication du médi­cal et du psy­chia­trique, comme nous la pro­po­sons au centre Centre réfé­rent de l’arc alpin.

Quelles sont les spé­ci­fi­ci­tés du Centre réfé­rent de l’arc alpin ? Qu’apporte-t-il de plus ou de dif­fé­rent aux patients ?

Le centre se veut un lieu faci­le­ment acces­sible aux per­sonnes souf­frant de troubles du com­por­te­ment ali­men­taire. Bien qu’il faille nor­ma­le­ment une orien­ta­tion – au moins par le géné­ra­liste –, les patients peuvent aussi nous appe­ler direc­te­ment pour obte­nir un pre­mier ren­dez-vous. Certains d’entre eux peuvent en effet éprou­ver de la honte à en par­ler à leur méde­cin géné­ra­liste ou avoir l’impression de ne pas être com­pris, voire craindre les juge­ments ou les cri­tiques. Pour ces per­sonnes, il est plus facile de ren­con­trer direc­te­ment des pro­fes­sion­nels qui connaissent bien les TCA.

Bilan complet au Centre Référent de l’arc alpin. © Chuga

Bilan com­plet au Centre réfé­rent de l’arc alpin. © Chuga

Lors du pre­mier ren­dez-vous, les patients ren­contrent, selon leur choix, un méde­cin psy­chiatre ou un méde­cin soma­ti­cien (spé­cia­lisé dans les patho­lo­gies du corps). Ils béné­fi­cient ensuite d’une jour­née com­plète d’évaluation de leur trouble du com­por­te­ment ali­men­taire. Pour les accom­pa­gner au mieux, ils ren­contrent dif­fé­rents pro­fes­sion­nels for­més à ces patho­lo­gies qui réa­lisent un bilan com­plet soma­tique et psy­chia­trique afin d’affirmer ou d’in­fir­mer le diag­nos­tic de troubles du com­por­te­ment ali­men­taire, d’é­va­luer la gra­vité des troubles et de spé­ci­fier d’éventuelles comor­bi­di­tés (ou troubles associés).

Ce bilan inclut une éva­lua­tion médi­cale, des exa­mens bio­lo­giques, psy­cho­lo­giques au moyen d’échelles et ques­tion­naires stan­dar­di­sés vali­dés et d’autres éva­lua­tions, si néces­saire. Ensuite grâce à notre réseau de pro­fes­sion­nels dans les trois dépar­te­ments – Isère, Savoie et Haute-Savoie –, nous adres­sons les patients aux pro­fes­sion­nels les plus proches de chez eux pour une prise en charge plu­ri­dis­ci­pli­naire personnalisée.

Quels sont les objec­tifs de la jour­née porte ouverte du 28 sep­tembre ? A quels publics s’adresse-t-elle ?

Cette jour­née porte ouverte a pour objec­tif de mieux faire connaître le Centre réfé­rent de l’arc alpin*. Relativement récent, il a ouvert en jan­vier 2016 porté par la volonté de l’Agence régio­nale de santé (ARS) de créer dans les trois dépar­te­ments, aux centres uni­ver­si­taires hos­pi­ta­liers (CHU) de Saint-Étienne, de Lyon et de Grenoble, des centres réfé­rents faci­le­ment acces­sibles aux per­sonnes. La prise en charge débute dès l’âge de 2 ans pour les patients souf­frant de troubles de l’oralité ou plus tard, de troubles du com­por­te­ment ali­men­taire. Le centre étant en capa­cité de rece­voir et d’orienter plus de 300 per­sonnes par an.

Porche de l'Hôpital Civil de Grenoble. © Chuga

Porche de l’Hôpital civil de Grenoble. © Chuga

Cette jour­née porte ouverte est donc l’occasion pour les per­sonnes souf­frant de troubles du com­por­te­ment ali­men­taire de s’informer sur les TCA. Tous les pro­fes­sion­nels du centre seront pré­sents pour échan­ger, répondre aux ques­tions et expli­quer plus en détail le fonc­tion­ne­ment du centre. Notamment les moda­li­tés de la prise en charge et de trai­te­ment. L’occasion pour les futurs patients de ren­con­trer l’équipe médi­cale consti­tuée d’une pédo­psy­chiatre, d’une gas­tro-pédiatre, d’un méde­cin nutri­tion­niste, d’une psy­chiatre d’adulte, de psy­cho­logues cli­ni­ciennes, d’un neu­ro­psy­cho­logue, d’une psy­cho­mo­tri­cienne, d’une dié­té­ti­cienne et de trois infirmières.

Nous ouvrons aussi nos portes aux pro­fes­sion­nels – méde­cins géné­ra­listes ou spé­cia­li­sés – inté­res­sés par les TCA. L’idée étant que, petit à petit, par la for­ma­tion, le réseau de pro­fes­sion­nels plu­ri­dis­ci­pli­naire connais­sant bien les TCA s’étoffe pour opti­mi­ser la cou­ver­ture du territoire.

Propos recueillis par Véronique Magnin

* Journée porte ouverte au Centre réfé­rent de l’arc alpin : jeudi 28 septembre,11 heures – 17 heures, Porche Hôpital civil de Grenoble, entrée de droite, rez-de-chaus­sée, site de l’Hôpital Couple enfant.

Les prin­ci­paux troubles du com­por­te­ment ali­men­taire (TCA)

En France, les troubles du com­por­te­ment ali­men­taire affectent 2,5 % de la population.

Anorexie : une patho­lo­gie qui peut être mortelle

L’anorexie men­tale est la patho­lo­gie la plus rare. Elle est plu­tôt fémi­nine, tou­chant neuf femmes pour un homme. En France, elle affecte 1 % de la popu­la­tion fémi­nine. Soit pas moins de 12 000 femmes en Rhône-Alpes. Elle est tou­te­fois la plus média­ti­sée à cause d’un taux de mor­ta­lité assez élevé – pour cause de dénu­tri­tion ou d’infections – de l’ordre de 5 à 10 % dans les dix ans sui­vant le diag­nos­tic. C’est en outre l’une des patho­lo­gies psy­chia­triques pour les­quelles le taux de sui­cide est le plus haut.

Boulimie : les femmes plus concernées

La bou­li­mie est légè­re­ment plus fré­quente, tou­chant 1,5 % de la popu­la­tion. Là encore, les femmes sont davan­tage concer­nées que les hommes. Entre 15 et 45 ans, 3 à 5 % des femmes en seraient atteintes, soit 30 000 per­sonnes en Rhône-Alpes. La bou­li­mie est un trouble moins visible car, contrai­re­ment aux patientes ano­rexiques, elles conservent la plu­part du temps un poids nor­mal, tout en étant dans une recherche de min­ceur. Elle déve­loppent ainsi des com­por­te­ments com­pen­sa­toires à type de conduites des purges (vomis­se­ments, laxa­tifs), de jeun….

Hyperphagie bou­li­mique : un trouble qui passe moins inaperçu

L’hyperphagie bou­li­mique est un trouble du com­por­te­ment ali­men­taire plus fré­quent mais qui passe encore sou­vent inaperçu car peu recher­ché par les méde­cins chez les patients en sur­poids. Les per­sonnes atteintes connaissent, comme les bou­li­miques, de grosses crises de com­pul­sions hyper­pha­giques pen­dant les­quelles elles vont man­ger énor­mé­ment et se rem­plir. Mais, prin­ci­pale dif­fé­rence, elles n’adoptent pas de com­por­te­ments com­pen­sa­toires. Les per­sonnes atteintes d’accès hyper­pha­giques sont donc sou­vent en sur­poids. Cette patho­lo­gie touche 3 à 5 % de la popu­la­tion. Elle est fré­quente chez les patients obèses qui en sont affec­tés à plus de 50 % avec, cette fois-ci, une par­faite éga­lité homme-femme.

Il est assez fré­quent qu’au cours de leur vie, les patients passent d’une forme de trouble du com­por­te­ment ali­men­taire à une autre. Par exemple, de l’anorexie à la boulimie.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Véronique Magnin

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Covid-19 : pas de troi­sième vague mais une aug­men­ta­tion du nombre de per­sonnes hos­pi­ta­li­sées en Isère

FOCUS - Tandis que la campagne de vaccination des plus de 75 ans se met en place progressivement, le nombre de personnes hospitalisées en Isère Lire plus

Campagne de vac­ci­na­tion contre la Covid-19 : le ministre de la Santé Olivier Véran à Grenoble ce lundi 18 janvier

  FLASH INFO - Le ministre de la Santé Olivier Véran se rend au Centre hospitalier universitaire Grenoble Alpes (Chuga) ce lundi 18 janvier. L’occasion Lire plus

Covid-19 : la cam­pagne de vac­ci­na­tion passe à la vitesse supé­rieure en Isère

  REPORTAGE – Après des débuts poussifs, le gouvernement souhaite accélérer la campagne de vaccination contre le coronavirus en France. Lors de sa conférence de Lire plus

La deuxième vague du coronavirus a particulièrement éprouvé le personnel soignant en Isère. © Tim Buisson – Place Gre’net
Covid-19 : la cam­pagne de vac­ci­na­tion se pré­cise en Auvergne Rhône-Alpes

  EN BREF - Alors que la campagne de vaccination contre le virus du Covid-19 a débuté en France dimanche 27 décembre, elle se met Lire plus

Le Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes. © Tim Buisson – Place Gre’net
Grenoble : le Chuga soigne ses pre­miers patients dia­bé­tiques avec un pan­créas artificiel

  FLASH INFO – Le Centre hospitalier universitaire Grenoble Alpes (Chuga) a équipé ses premiers patients diabétiques d'un traitement par insuline en boucle fermée. Ce Lire plus

L'entrée du Chuga avec une pancarte indiquant la direction à suivre pour les patients atteints du covid. © Tim Buisson – Place Gre’net
Covid-19 : les ser­vices hos­pi­ta­liers sou­la­gés par la dimi­nu­tion du nombre de patients en Isère mais tou­jours mobilisés

  FOCUS - Depuis plusieurs semaines, le nombre de personnes hospitalisées diminue en France et en Isère. Une baisse qui marque toutefois le pas ces Lire plus

Flash Info

|

08/08

19h10

|

|

08/08

12h16

|

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

Les plus lus

Environnement| Sécheresse : Éric Piolle pointe du doigt les « greens » de golf qui conti­nuent d’être arrosés

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin