Chantier bloqué à Échirolles : les élus d’opposition LR et FN étrillent la municipalité

sep article



FOCUS – Voilà maintenant trois mois que le chantier d’une crèche à Échirolles est bloqué par des jeunes réclamant, officiellement, leur droit à la clause d’insertion. L’affaire a été reprise par la presse nationale, et l’opposition tire à boulets rouges sur la municipalité. Ce qui n’empêche pas le maire de prendre des vacances, et son premier adjoint d’être aux abonnés absents.

 

 

Ouvriers mena­cés, insul­tés… Depuis mai der­nier, le chan­tier d’une crèche est blo­qué par des jeunes dans le quar­tier du Village 2 à Échirolles. Ces der­niers deman­de­raient à béné­fi­cier de la clause d’in­ser­tion pour pou­voir tra­vailler sur le chan­tier, selon Le Dauphiné libéré qui s’est fait l’é­cho de l’af­faire dans son édi­tion du 18 juillet. Des can­di­da­tures spon­ta­nées pour le moins agres­sives, en somme.

 

Le chantier bloqué d'Échirolles. Interdit au public... et aux ouvriers ? © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le chan­tier blo­qué d’Échirolles. Interdit au public… et aux ouvriers ? © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

L’information a par la suite été reprise par la plu­part des médias natio­naux. « Encore une fois, Échirolles fait par­ler d’elle dans toute la France », iro­nise Alexis Jolly, conseiller muni­ci­pal d’op­po­si­tion Front natio­nal. Qui, non sol­li­cité par la presse, n’est inter­venu dans le débat qu’à tra­vers un com­mu­ni­qué dénon­çant « un com­por­te­ment inad­mis­sible et ter­ri­fiant » et « des quar­tiers pris en otage ».

 

 

Le conseiller municipal FN « insulté copieusement » sur le chantier

 

 

La conseillère muni­ci­pale Les Républicains Magalie Vicente, pas davan­tage inter­ro­gée, a pour sa part inter­pellé la muni­ci­pa­lité sur cette situa­tion dès le 22 mai. « J’en avais eu connais­sance par l’in­ter­mé­diaire d’un habi­tant. Le direc­teur du cabi­net du maire m’a répondu pour me dire qu’ef­fec­ti­ve­ment, ils étaient en négo­cia­tion avec les jeunes qui posaient pro­blème et s’en­ga­geait à ce que cela soit réglé », nous explique-t-elle.

 

Magalie Vicente était candidate Les Républicains aux législatives 2017 dans la deuxième circonscription de l'Isère . © DR

Magalie Vicente, ex can­di­date LR aux légis­la­tives 2017 dans la 2e cir­cons­crip­tion de l’Isère. © DR

 

Près de deux mois plus tard, le chan­tier est pour­tant tou­jours à l’ar­rêt. Au début du mois de juillet, Alexis Jolly s’est rendu sur les lieux pour dis­cu­ter avec des habi­tants et prendre des pho­tos. « Un jeune est arrivé et nous a fait subir un inter­ro­ga­toire, raconte-t-il. Il nous a demandé ce que nous fai­sions là, et nous a dit qu’ici on ne pren[ait] pas de pho­tos, qu’on ne fai[sait] pas ce qu’on v[oulait]. Et, bien sûr, il nous a insul­tés copieu­se­ment. »

 

La dimen­sion média­tique prise par l’af­faire semble avoir motivé la pré­fec­ture à orga­ni­ser… une table ronde. Celle-ci s’est tenue à huis-clos le mardi 25 juillet en début d’a­près-midi. « Une réunion de tra­vail, décrivent les ser­vices de la pré­fec­ture, des­ti­née à trou­ver des solu­tions du point de vue de la poli­tique de la Ville à l’in­ser­tion sociale ». Étaient pré­sents des « acteurs du volet social, mais pas du tout de l’ordre public », nous pré­cise-t-on.

 

 

Une municipalité qui « achète la paix sociale » ?

 

 

Alexis Jolly, conseiller municipal FN d'Échirolles. DR

Alexis Jolly, conseiller muni­ci­pal FN d’Échirolles. DR

Voilà qui ne va pas cal­mer les ardeurs de l’op­po­si­tion. Si leurs dis­cours ne sont pas les mêmes, Les Républicains comme le Front natio­nal sont au moins d’ac­cord sur un point : la muni­ci­pa­lité d’Échirolles « achète la paix sociale ».

 

« On les laisse faire, s’a­gace Magalie Vicente. Le tra­fic a lieu tout le temps, on les laisse s’ins­tal­ler, et quand ça prend de telles pro­por­tions on essaye de négo­cier. On ne va pas bais­ser nos pan­ta­lons non plus ! »

 

« Depuis trente ans, les com­mu­nistes ont tou­jours défendu ces jeunes, leur ont trouvé des excuses, déclare pour sa part Alexis Jolly. Et la situa­tion va conti­nuer puisque la poli­tique de la Ville conti­nue : 2 mil­lions d’eu­ros votés pour la réno­va­tion urbaine, les espaces verts… Et l’on se rend compte que les jeunes n’en ont rien à faire et que ces mil­lions d’eu­ros ne font pas recu­ler le chô­mage et la délin­quance, mais accé­lèrent le com­mu­nau­ta­risme et le fon­da­men­ta­lisme isla­mique. »

 

 

Clause d’insertion… ou trafics ?

 

 

Quant à la clause d’in­ser­tion – argu­ment pour le moins inso­lite de ce blo­cage –, elle ne convainc guère l’op­po­si­tion. « Vous y croyez, vous ? iro­nise Magalie Vicente. Ce qui les dérange, c’est qu’il y a un chan­tier en bas de chez eux et que ça les gène dans leur tra­fic quo­ti­dien. Le reste, ils n’en ont rien à foutre. Ils n’ont pas envie de bos­ser de toute façon ! »

 

Hôtel de Ville d'Échirolles © Florent Mathieu - Place Gre'net

Hôtel de Ville d’Échirolles © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pour la conseillère muni­ci­pale Les Républicains, c’est la muni­ci­pa­lité elle-même qui a fourni cet argu­ment durant les pre­mières réunions de négo­cia­tion. Elle estime qu’il ne tient pas. « Des clauses d’in­ser­tion, il y en a plein sur la ville d’Échirolles : les mecs qui veulent bos­ser, ils bossent. Mais on ne fait pas ça à la légère. Là, on va leur don­ner du job ? Ce sont les entre­prises qui vont “ramas­ser” ? C’est mer­veilleux ! »

 

Côté FN, Alexis Jolly trouve sur­tout « sur­pre­nant » que les jeunes connaissent la clause d’in­ser­tion. « Je pense que, der­rière tout ça, il y a des asso­cia­tions finan­cées par la mai­rie qui informent ces jeunes de leurs droits, et moins sou­vent de leurs devoirs. Et les aident à se retour­ner contre la mai­rie », consi­dère-t-il. Avant de juger, à son tour, que les tra­fics sont la rai­son pre­mière du blo­cage du chan­tier.

 

 

La municipalité aux abonnés absents

 

 

L’élu d’op­po­si­tion pose encore la ques­tion du coût de ce blo­cage. Coût finan­cier d’une part : une société de sur­veillance gre­no­bloise, Vision sécu­rité, assure ainsi des rondes régu­lières sur le site, pour un mon­tant inconnu. Coût en matière de ser­vice à la popu­la­tion, d’autre part : la crèche devait ouvrir à la ren­trée et accueillir une qua­ran­taine d’en­fants. Mais la reprise des tra­vaux n’est pas annon­cée avant… le 11 sep­tembre.

 

Une « cer­taine forme d’in­jus­tice » que le Front natio­nal dénonce, en pre­nant soin de res­ser­rer son dis­cours sur ses thé­ma­tiques favo­rites : « Il reste encore, j’ose le dire, quelques Français de souche dans ces quar­tiers. Et des per­sonnes de confes­sion musul­mane, d’o­ri­gine étran­gère, qui veulent s’in­té­grer et souffrent de cette délin­quance. On voit les impôts locaux aug­men­ter et rien ne change : la délin­quance et tou­jours pré­sente et péna­lise les familles dans leur vie quo­ti­dienne ! »

 

Thierry Monel, premier adjoint à la mairie d'Échirolles © Échirolles

Thierry Monel, pre­mier adjoint à la mai­rie d’Échirolles © Échirolles

Pas de « Français de souche » dans le dis­cours de Magalie Vicente, mais une même exas­pé­ra­tion. « Pour moi, c’est de l’ir­res­pon­sa­bi­lité. Dans cette ville, on ne sait pas faire. On négo­cie et on se met à genoux. Les tra­vaux vont com­men­cer avec six mois de retard et, en plus, on va leur don­ner ce qu’ils veulent. » L’élue d’op­po­si­tion n’ou­blie pas d’é­gra­ti­gner au pas­sage le FN : « Il fait beau­coup de com­mu­ni­qués, mais der­rière c’est zéro ! », assène-t-elle.

 

Quelle réponse de l’é­quipe muni­ci­pale d’Échirolles aux ques­tions et aux cri­tiques ? Aucune. Après s’être exprimé dans plu­sieurs médias locaux comme natio­naux, le pre­mier adjoint Thierry Monel n’a pas sou­haité don­ner suite à nos nom­breuses demandes d’en­tre­tien.

 

Quant au maire d’Échirolles Renzo Sulli, « il est en vacances et rentre le 15 août », nous ont fait savoir les ser­vices de la muni­ci­pa­lité.

 

 

FM

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
4721 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Echirilles vs Grenoble, mêmes atti­tudes, échan­ger le lais­ser faire contre des voix, et voilà les consé­quences, plus maître chez soit, enfin ça dépend pour qui.

    sep article