Métropole : la gestion future en société d’économie mixte des parkings en ouvrage provoque un tollé

sep article

Internationaux de France de patinage du 1er au 3 novembre 2019 à Grenoble

EN BREF – Alors que les délégations de service public signées avec Effia et Vinci pour gérer les parkings en ouvrage de l’agglomération touchent à leur terme, la Métro explore une autre piste : confier leur gestion à une société d’économie mixte à opération unique (Semop), sorte de partenariat public-privé où l’actionnaire privé détiendrait 49 % des parts. Cheval de Troie du privé dans les services publics ? La proposition provoque un tollé. Les élus métropolitains doivent se prononcer ce vendredi 30 juin.

 

 

Comment et par qui seront gérés demain les vingt-et-un parkings en ouvrage de Grenoble ?  Alors que les délégations de service public passées (DSP) avec les groupes Effia et Vinci-Indigo arrivent à leur terme (en juin 2018), la Métro qui a hérité de la compétence depuis le 1er janvier 2015 remet la question sur la table. Elle sera d’ailleurs soumise au vote des conseillers métropolitains ce vendredi 30 juin.

 

Parking. © Charles Perragin - placegrenet.fr

Parking. © Charles Perragin – placegrenet.fr

 

Mais le dossier soulève un tollé. Car la Métro s’apprêterait à choisir un autre mode de gestion. Via une Semop, société d’économie mixte à opérateur unique. Une nouvelle forme de coopération public-privé où les collectivités ne sont plus systématiquement maîtres du jeu. Avec ce type de contrat, et contrairement aux sociétés d’économies mixtes (Sem) et encore plus aux sociétés publiques locales (SPL), la collectivité peut se retrouver actionnaire minoritaire, sa participation oscillant entre 34 et 85 %… Dans le cas de Grenoble, le futur actionnaire privé devrait détenir 49 % des parts.

 

 

« La Semop, cheval de Troie du privé dans les services publics ? »

 

 

C’est peu dire que la proposition de certains élus à La Métro ne fait pas l’unanimité. La Semop, “cheval de Troie du privé dans les services publics” ?, comme le craint l’Ades, l‘association démocratie, écologie, solidarité.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3161 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. C’est effectivement un scandale total. Pourquoi donc encore un satellite qui sera mal géré? Il faut placer des gens qui n’ont plus de poste depuis les législatives? Avec quels actionnaires privés, puisque SEM?
    Quelle logique économique et opérationnelle? Quel avantage par rapport à une DSP?

    sep article