Jean-Charles Colas-Roy et Alexis Jolly (photomontage) © placegrenet.fr

2e cir­cons­crip­tion : les can­di­dats En marche et FN font la chasse aux abstentionnistes

2e cir­cons­crip­tion : les can­di­dats En marche et FN font la chasse aux abstentionnistes

FOCUS – Si Jean-Charles Colas-Roy, de La République en marche, est arrivé net­te­ment en tête dans la 2e cir­cons­crip­tion de l’Isère au pre­mier tour (can­tons d’Échirolles, Saint-Martin-d’Hères, Eybens et Vizille), avec 39,60 % des suf­frages expri­més, devant Alexis Jolly du Front natio­nal, cré­dité de 12,59 %, l’abs­ten­tion s’est, elle, éta­blie à 53,83 %. Les deux can­di­dats occupent le ter­rain pour cap­ter une par­tie de ces abs­ten­tion­nistes au second tour.

Sauf incroyable ren­ver­se­ment de situa­tion au deuxième tour le 18 juin, Jean-Charles Colas-Roy, can­di­dat de La République en marche, devrait suc­cé­der au socia­liste Michel Issindou comme député de la deuxième cir­cons­crip­tion de l’Isère. Au pre­mier tour, le conseiller muni­ci­pal d’op­po­si­tion de la Ville de Saint-Martin-d’Hères a obtenu trois fois plus de voix qu’Alexis Jolly, le repré­sen­tant du Front National (13 927 contre 4 426).

Pour autant, Jean-Charles Colas-Roy ne consi­dère pas le suc­cès comme acquis. « Vous savez, tant que l’élection n’est pas pas­sée, je ne crie pas vic­toire. Je suis heu­reux de ces résul­tats de pre­mier tour. Je veux encore accen­tuer ce résul­tat pour que notre posi­tion au second tour soit claire et nette », annonce-t-il.

Jean-Charles Colas-Roy veut « convaincre les abstentionnistes »

Elections législatives. Soirée électorale à la Préfecture de l'Isère. 11 juin 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Prudent, Jean-Charles Colas-Roy, can­di­dat de La République en marche, est mal­gré tout bien parti pour suc­cé­der au socia­liste Michel Issindou comme député de la deuxième cir­cons­crip­tion de l’Isère. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Face à lui, Alexis Jolly est conscient que la tâche sera plus que com­pli­quée pour l’emporter. Comme Jean-Charles Colas-Roy, le conseiller régio­nal et muni­ci­pal d’op­po­si­tion à Échirolles mul­ti­plie les dépla­ce­ments sur le ter­rain : mar­chés, sor­ties d’é­coles, d’u­sines, comme Caterpillar le 13 juin, etc. à la ren­contre des électeurs.

« Ce n’est pas parce que nous sommes arri­vés à 12,5 % des voix que nous plions bagage. Nous fai­sons cam­pagne. L’objectif est de mobi­li­ser les per­sonnes qui ne se sont pas dépla­cées pour aller voter. C’est grâce à elles que nous pou­vons gagner, en tout cas aug­men­ter notre score. De toute façon, je pense que nous allons pro­gres­ser dans ce second tour. Nous allons essayer de le faire le plus lar­ge­ment pos­sible. »

En plus de convaincre ses élec­teurs de conti­nuer à le sou­te­nir au deuxième tour et de « faire bar­rage au Front natio­nal », Jean-Charles Colas-Roy cherche, lui aussi, à faire recu­ler la forte abs­ten­tion du pre­mier tour. « Je veux convaincre les abs­ten­tion­nistes, qui ont été trop nom­breux à mon grand désar­roi, de venir voter pour notre pro­gramme, appuyer notre démarche », dit-il. 53,83 % des élec­teurs ins­crits dans cette cir­cons­crip­tion ont boudé les urnes au pre­mier tour, contre 50,97 % en Isère. À Saint-Martin-d’Hères et Échirolles, les deux plus grandes villes, l’abs­ten­tion s’est éle­vée à 58 %. Elle a même atteint 60,96 % à Vizille !

Pour Alexis Jolly aussi, « les réserves de voix sont dans l’abstention »

Alexis Jolly représente le Front national dans cette deuxième circonscription. © DR

Alexis Jolly, repré­sen­tant le Front natio­nal, sait que les réserves de voix poten­tielles pour lui se trouvent sur­tout dans le camp des abs­ten­tion­nistes, très nom­breux au pre­mier tour. © DR

« Les réserves de voix sont dans l’abstention », résume pour sa part Alexis Jolly. Côté sou­tien poli­tique, le can­di­dat fron­tiste pourra sans doute comp­ter sur une grande par­tie des élec­teurs de Debout la France du pre­mier tour. Mais les 1,71 % de son can­di­dat Bruno Lafeuille, dont Alexis Jolly espère un sou­tien offi­ciel, ne pèsent pas très lourd.

Et peut-être aussi sur une par­tie des 8,62 % d’é­lec­teurs qui ont voté pour Magalie Vicente. La can­di­date des Républicains/UDI nous a tou­te­fois indi­qué qu’elle ne don­ne­rait pas de consigne de vote au deuxième tour. « C’est à mon sens dépassé », juge-t-elle.

France insou­mise et Parti com­mu­niste contre le FN

Arrivé en troi­sième posi­tion avec 11,12 %, Taha Bouhafs de la France insou­mise fait désor­mais cam­pagne pour Raphaël Briot, qua­li­fié pour le deuxième tour sur la 3e cir­cons­crip­tion. Taha Bouhafs est sur la ligne de Jean-Luc Mélenchon par rap­port au FN. « Si je peux me per­mettre une consigne, ce sera celle de n’of­frir aucune voix au parti de Marine Le Pen », a indi­qué le can­di­dat isé­rois de la France insou­mise par voie de com­mu­ni­qué. Pour autant, il pose des condi­tions strictes à une consigne de vote en faveur du can­di­dat d’En marche. Il veut notam­ment que Jean-Charles Colas-Roy s’engage à s’opposer « au pro­jet de réforme bru­tale du code du tra­vail par ordon­nance » et « à l’utilisation du 49.3 ».

Du côté du Parti com­mu­niste, Annie David, séna­trice de l’Isère, a lancé dès le 11 juin un appel aux « élec­trices et aux élec­teurs de notre dépar­te­ment à se ras­sem­bler pour empê­cher l’é­lec­tion de dépu­tés Front natio­nal dans notre dépar­te­ment ». Le comité de cam­pagne de David Queiros, arrivé qua­trième avec 10,45 %, nous a pré­cisé que le maire de Saint-Martin-d’Hères par­ta­geait cette position.

Le PS appelle à voter pour le can­di­dat de La République en marche

Au Parti socia­liste, dont le can­di­dat Pierre Verri a recueilli 6,72 % des voix, la prise de posi­tion en faveur du can­di­dat de La République en marche est aussi claire. « Face au FN, le Parti socia­liste appelle à voter Jean-Charles Colas-Roy sur la deuxième cir­cons­crip­tion », a indi­qué Christophe Bouvier, pre­mier secré­taire fédé­ral du PS en Isère, par com­mu­ni­qué le 12 juin. « J’accueille tous les sou­tiens avec ouver­ture et bien­veillance mais je ne suis dans aucune trac­ta­tion ni négo­cia­tion d’appareils », tient de son côté à pré­ci­ser Jean-Charles Colas-Roy.

Jean-Charles Colas-Roy l'a emporté au premier tour des législatives avec 39,60 % des voix devant Alexis Jolly qui a recueilli 12,59 %. La grande inconnue du deuxième tour réside dans l'abstention qui a atteint 53,83 % le 11 juin. Photos © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net et DR

Dans ce duel de second tour entre Jean-Charles Colas-Roy (LREM), qui a reçu notam­ment le sou­tien du PS, et Alexis Jolly (FN), la grande incon­nue reste l’abs­ten­tion. Au pre­mier tour, le 11 juin, plus d’un élec­teur sur deux ne s’est pas déplacé pour voter. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net et DR

Si Alexis Jolly ne peut pas se pré­va­loir de sou­tiens de par­tis, il se réjouit de ce duel face au can­di­dat de La République en marche pour, dit-il, « lever le voile que s’est mis Emmanuel Macron ». « Il y a deux France qui s’opposent, estime le can­di­dat fron­tiste : la France ultra­li­bé­rale, de la gauche libé­rale, un peu la gauche Clinton, qui est incar­née par Jean-Charles Colas-Roy, et nous la France du tra­vail, du social, des valeurs, des tra­di­tions et de la liberté. »

Laurent Genin

Laurent Genin

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Après avoir quitté la majorité grenobloise, Maude Wadelec annonce sa candidature sur la troisième circonscription de l'Isère
Après avoir quitté la majo­rité gre­no­bloise, Maude Wadelec annonce sa can­di­da­ture sur la troi­sième cir­cons­crip­tion de l’Isère

FLASH INFO - La conseillère municipale de Grenoble Maud Wadelec, qui a récemment quitté les rangs de la majorité sans donner d'explications officielles, a annoncé Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF : L’affaire Piolle-Martin sur fond de dissolution
Chronique Place Gre’net – RCF : L’affaire Piolle-Martin sur fond de dissolution

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif? Revenir sur une actualité, Lire plus

Affaire Piolle-Martin: cet enregistrement clandestin qui accable l'ancienne première adjointe... ou pas?
Affaire Piolle-Martin : cet enre­gis­tre­ment clan­des­tin qui accable l’an­cienne pre­mière adjointe… ou pas ?

FOCUS - Le Canard enchaîné revient sur l'affaire (potentielle) Piolle-Martin en évoquant, cette fois, un enregistrement dans lequel l'ancienne première adjointe – qui était également Lire plus

La jeunesse (militante) rassemblée à Grenoble contre le Rassemblement national, entre "peur" et "détermination"
La jeu­nesse mili­tante de gauche réunie à Grenoble contre le Rassemblement natio­nal, entre « peur » et « détermination »

EN BREF - Après un premier mouvement sur le campus lundi 10 juin 2024 au soir, un rassemblement de lycéens et d'étudiants s'est tenu le Lire plus

Propos d’Éric Ciotti sur des alliances avec le RN : Jean-Pierre Barbier quitte LR, Yannick Neuder refuse « toute compromission »

FLASH INFO - Le président des Républicains Éric Ciotti a choqué jusque dans ses propres rangs en appelant, mardi 11 juin 2024 sur l'antenne de Lire plus

Législatives anticipées: la gauche iséroise appelle à l'union... avec quelles concrétisations sur le terrain?
Législatives anti­ci­pées : la gauche isé­roise appelle à l’u­nion… avec quelles concré­ti­sa­tions sur le terrain ?

FLASH INFO - En Isère comme au niveau national, des voix se sont fait entendre pour réclamer l'union entre les formations de gauche, à l'occasion Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !