Rythmes périscolaires : pas de retour à la semaine de 4 jours en septembre à Grenoble

sep article



Grenoble ne touche pas aux rythmes périscolaires pour la rentrée 2017. Et même si le gouvernement Macron rend possible le retour à la semaine de 4 jours, dès septembre prochain. La Ville de Grenoble indique qu’elle ne veut entreprendre aucun changement hâtif sans concerter les acteurs locaux : professionnels, familles et associations…

 

 

« Sollicitée par de nom­breux parents et acteurs édu­ca­tifs » – depuis l’an­nonce du nou­veau gou­ver­ne­ment offrant la pos­si­bi­lité de reve­nir à la semaine à 4 jours –, la Ville de Grenoble fait savoir que « les rythmes sco­laires et l’or­ga­ni­sa­tion des temps péri­sco­laires ne seront pas modi­fiés pour la ren­trée 2017 ».

 

La col­lec­ti­vité rap­pelle qu’il lui serait dif­fi­cile de se pro­non­cer sur cette mesure, étant donné que le décret n’est même pas encore paru. Et s’é­tonne éga­le­ment que l’État raye d’un trait de plume les rythmes péri­sco­laires, sans avoir conduit une éva­lua­tion natio­nale de la réforme. Pour rap­pel, à Grenoble, les rythmes sco­laires ont été appli­qués dés 2013, et modi­fiés depuis la ren­trée 2016, après concer­ta­tion de la com­mu­nauté édu­ca­tive tout au moins sur les horaires, par la nou­velle équipe muni­ci­pale.

 

 

Vers la fin des aides de l’État pour le périscolaire ?

 

 

La Ville de Grenoble ne dit pas qu’elle ne revien­dra pas à la semaine de 4 jours. Elle y serait sans doute contrainte, si L’État met­tait fin au fonds de finan­ce­ment des rythmes sco­laires à l’ho­ri­zon 2019. Information qui a cir­culé pen­dant la cam­pagne d’Emmanuel Macron… Mais que semble aujourd’­hui démen­tir le nou­veau ministre de l’é­du­ca­tion Jean-Michel Blanquer.

 

Ce der­nier s’est ainsi éver­tué à ras­su­rer les col­lec­ti­vi­tés, mardi der­nier sur Europe 1, en affir­mant que l’État main­te­nait bien sa par­ti­ci­pa­tion, au moins pour la ren­trée pro­chaine. La muni­ci­pa­lité de Grenoble se dit donc « vigi­lante [quant] au main­tien par L’État des moyens alloués aux com­munes pour la mise en œuvre des nou­veaux rythmes depuis 2013 ».

 

 

SC

 

 

 

ANIMATEURS PRÉCAIRES, ET DEMAIN SANS EMPLOI ? 

grevejeudi13octobre2016animateursperiscolairescreditseverinecattiaux

Grève jeudi 13 octobre 2016 des ani­ma­teurs du péri­sco­laire à Grenoble. © Séverine Cattiaux

L’embauche de nom­breux ani­ma­teurs pour assu­rer l’en­ca­dre­ment des temps péri­sco­laires pèse lourd sur le bud­get de la Ville de Grenoble et des col­lec­ti­vi­tés en géné­ral. Au point que Grenoble a rendu par­tiel­le­ment payants les temps péri­sco­laires, depuis sep­tembre 2016. Ce nou­vel apport finan­cier n’a visi­ble­ment pas per­mis de rému­né­rer cor­rec­te­ment  les ani­ma­teurs, les­quels ont mani­festé, à plu­sieurs reprises, pour dénon­cer leurs mau­vaises condi­tions de tra­vail et de trai­te­ment. Loin d’a­mé­lio­rer leur situa­tion, les pour­par­lers sur un pos­sible retour à la semaine de 4 jours sont au contraire de très mau­vaises augures pour eux…

 

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
3367 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.