Schneider Electric déploie une flotte de voitures électriques en autopartage pour ses collaborateurs

sep article



L’entreprise Schneider Electric vient d’inaugurer une « flotte de véhicules propres » à Grenoble. Objectif affiché : « réduire l’impact environnemental des déplacement intersites ». Douze voitures électriques Renault Zoé sont mises à disposition en libre-service, à l’intention des salariés des quatre principaux sites du groupe (Technopole, Electropole, PLM et Polytech).

 

 

 

Une enquête réa­li­sée en 2015 par l’en­tre­prise a révélé que 60 % des 4 000 sala­riés pré­sents sur ces sites « effec­tuent régu­liè­re­ment des dépla­ce­ments inter­sites, à savoir 1 à 2 fois par semaine ou 2 à 3 fois par mois ». La plu­part uti­lisent leur véhi­cule per­son­nel, mais 86 % d’entre-eux se disent inté­res­sés par les voi­tures élec­triques.

 

 

24 voitures déployées après une période d’essai de 6 mois

 

 

C’est en col­la­bo­ra­tion avec Arval, spé­cia­liste de la loca­tion mul­ti­marque de véhi­cules d’entreprise, que cette flotte de voi­tures élec­triques se met en place. Les sala­riés sont invi­tés à adhé­rer à un pro­gramme d’au­to­par­tage en ligne, leur offrant la pos­si­bi­lité de réser­ver un véhi­cule jus­qu’à 20 minutes avant leur départ.

 

« Après une période d’essai de 6 mois, Schneider Electric envi­sage de dou­bler le nombre de véhi­cules mis à dis­po­si­tion des col­la­bo­ra­teurs. 24 voi­tures pour­raient donc être mises en cir­cu­la­tion d’ici 2018 », pré­cise encore le groupe.

 

 

 

Une contribution au Plan Climat de la Métro

 

 

Le déploie­ment de cette flotte s’ins­crit dans le cadre du pro­jet Greenovalley de Schneider Electric. Un pro­jet « dont l’objectif est d’innover en matière d’efficacité éner­gé­tique, tant au niveau des bâti­ments que des dépla­ce­ments », notam­ment en regrou­pant les col­la­bo­ra­teurs du groupe sur cinq sites, tout en rédui­sant l’impact envi­ron­ne­men­tal des nou­veaux bâti­ments.

 

Schneider Electric affirme éga­le­ment sa contri­bu­tion au Plan Climat de Grenoble-Alpes-Métropole, qui vise une réduc­tion de 40 % des par­ti­cules fines d’ici 2020. Ainsi qu’au PDIE (Plan de dépla­ce­ment inter-éta­blis­se­ments) Grenoble Presqu’île, qui œuvre à « opti­mi­ser les dépla­ce­ments liés aux acti­vi­tés pro­fes­sion­nelles en favo­ri­sant l’usage des modes de trans­ports alter­na­tifs à la voi­ture en usage indi­vi­duel ».

 

 

FM

 

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
3236 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.