Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Dégradation de son local de campagne : Élodie Léger dénonce des « tentatives d’intimidation »

sep article

Mercredi 27 avril, le siège de campagne d’Élodie Léger, candidate Les Républicains / UDI aux législatives pour la troisième circonscription de Grenoble, a été l’objet d’actes de vandalisme. Des actes dénoncés par la jeune femme qui y voient des tentatives d’intimidation et réaffirme sa détermination.

 

 

 

Les deux vitrines principales du local de campagne d’Élodie Léger ont en effet été brisées, ce mercredi, probablement à l’aide d’un projectile, comme semblent le montrer les points d’impact visibles. Ironie du sort, le siège est situé au 28 rue Nicolas-Chorier à Grenoble, soit très exactement en face des locaux du Parti socialiste de l’Isère, eux-mêmes victimes à plusieurs reprises de dégradations.

 

 

Des « tentatives d’intimidation » pour la candidate

 

 

Dans un communiqué, la candidate veut dénoncer « le symbole derrière cet acte malveillant ». « S’en prendre à notre local est un symbole qui me touche car il est pour l’équipe et les habitants du quartier Saint-Bruno un lieu de partage, de rencontre et d’échange privilégié », écrit-elle.

 

Le Siège de campagne vandalisé de la candidate Élodie Léger. @ Florent Mathieu - Place Gre'net

Le Siège de campagne vandalisé de la candidate Élodie Léger. @ Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Avant d’assurer que ces actes, qu’elle assimile à des « tentatives d’intimidation », ne l’empêcheront pas de tenir sa permanence hebdomadaire, samedi 29 avril de midi à 15 heures. « Cet épisode n’affecte en rien ma motivation et ma détermination », affirme d’ailleurs la candidate.

 

 

 

Une candidate qui veut « réveiller la campagne »

 

 

Âgée de 24 ans, Élodie Léger a été responsable adjointe des Jeunes Républicains et attachée parlementaire du sénateur Michel Savin. Candidate dans la troisième circonscription de l’Isère, elle se confrontera au mois de juin au député sortant Michel Destot, ou encore au maire communiste de Fontaine Jean-Paul Trovero.

 

La jeune femme dispose déjà des soutiens de Michel Savin, du président du Département Jean-Pierre Barbier ou du président des Républicains 38 Thierry Kovacs. « Je vais réveiller cette campa­gne, je vais réveiller cette 3e circonscription », déclarait-elle à l’occasion de l’annonce de sa candidature. Il semble que la promesse n’était pas vaine.

 

 

FM

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2317 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Grenet a oublié de signaler comme candidat Raphaël Briot (suppléante raphaëlle Raban Revel), médecin urgentiste du CHU de Grenoble, candidat de La France insoumise, et c’est un oubli facheux car la France Insoumise avec son canddat à la présidentielle Mélenchon a tout de même fait près de 30% dans cette circonscription 3 de l’isère,, c’est désormais la première force politique de la circonscription, il va falloir compter dessus évidemment comme d’ailleurs Mélenchon ce soir sur TF1 l’a bien montré ! Grenet devra s’informer mieux sur la réalité des forces en présence … pour jouer en étant crédible son rôle d’information sur les législatives au plan local !

    sep article
    • FM

      01/05/2017
      0:04

      Place Gre’net (et non Grenet) n’a pas « oublié » mais son journaliste a en l’occurrence fait le choix, alors que la campagne des Législatives est encore relativement lointaine, de mettre en avant le nom des deux personnalités les plus connues actuellement en lice dans cette circonscription, à savoir ceux du député sortant Michel Destot et du maire de Fontaine Jean-Paul Trovero. Le traitement que nous avons fait des résultats du premier tour de la Présidentielle démontre que nous sommes très bien informés de la « réalité des forces en présence ». Nous aurons l’occasion de traiter des élections législatives et, bien naturellement, de mentionner tous les candidats en compétition. Le procès en partialité comme en compétence est donc bien prématuré.

      sep article
  2. Et ça y est, ça commence à jouer les victimes.
    Cette jeune femme ne souvient pas, pour cause, de comment se déroulaient les campagnes électorales jusqu’au milieu des années 90.
    On est France et là on est en train de revenir à la « normale »…
    Bienvenue dans le monde réel, qui comprends également des gens qui n’agissent pas toujours de manière intelligente.
    Quand on veut faire la politique, on se prépare à ce genre de chose, on les condamne mais on ne geint pas pour « réaffirmer sa détermination ».
    Comme quoi il ne faut JAMAIS mettre des attachés parlementaires comme candidats: ils ont peur du terrain…

    sep article