Des hôtels bientôt centres d’accueil : l’Isère craint des “réactions épidermiques”

sep article

« La moindre des choses, c’est d’avertir ! », écrit le Département. C’est dire que l’annonce par la Société nationale immobilière (SNI) de transformation d’hôtels en centres d’hébergement a déplu au Conseil départemental. Celui-ci déplore « l’absence de concertation avec les acteurs locaux ».

 

 

La SNI a en effet annoncé son projet d’acquérir, via un fonds d’investissement privé, des hôtels “low cost” pour les transformer en lieux d’hébergement sociaux, à l’intention des SDF ou des migrants. L’annonce n’a cependant rien de nouveau, ayant été relayée par la presse… en juin 2016.

 

 

Deux hôtels transformés en centres d’accueil en Isère

 

 

« Les acteurs locaux n’ont pas été associés à la démarche, créant ainsi une vague d’inquiétude dans la perspective de nouvelles arrivées », écrit le Département. Qui semble savoir que deux hôtels, dans les communes de Chanas et de Chasse-sur-Rhône, pourraient être concernés.

 

« Toute initiative isolée prise sans dialogue sur ces sujets peut conduire à de vraies réactions épidermiques sur les territoires, ce qui serait regrettable », ajoute le Conseil départemental.

 

 

 

« Un deal financier avec des spéculateurs » pour Jean-Pierre Barbier

 

 

Dénonçant une « méthode d’implantation […] qui semble davantage répondre à des considérations financières qu’humaines et sociales », Jean-Pierre Barbier en appelle ainsi à « davantage de préparation pour réussir la gestion de cette situation de crise ».

 

« Gérer la crise des migrants, ce n’est pas faire un deal financier avec des spéculateurs, c’est s’associer avec les acteurs locaux et les services de l’État pour trouver des solutions intelligentes sur le terrain », estime encore le président du Département.

 

 

 

Adoma, filiale de la SNI, notamment implantée à Saint-Hilaire-du-Rosier

 

 

La SNI, filiale de la Caisse des dépôts, se définit comme un « opérateur immobilier de premier plan du logement intermédiaire et libre ». Le groupe SNI est très impliquée dans l’hébergement d’urgence, à travers notamment la société Adoma, gestionnaire entre autres du centre d’accueil et d’orientation (CAO) de Saint-Hilaire-du-Rosier.

 

 

Dans cette commune, l’installation d’un centre d’accueil pour migrants avait rencontré une réaction très hostile de la part de certains habitants. Des coups de feu avaient même été tirés sur le centre. Un exemple de « réaction épidermique regrettable » que redoute le Département ?

 

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
2141 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. A propos de St Hilaire du Rozier et de son centre d’orientation : si au début, même avant l’arrivée des migrants, des réactions hostiles ont eu lieu, celles-ci ont laissé place à une grande fraternité entre les migrants et les habitants, tant et si bien que les 27 derniers migrants ont été parrainés avant leur départ dans d’autres centres
    https://www.francebleu.fr/infos/societe/27-parrainages-republicains-saint-hilaire-du-rosier-1490450184
    Ce peut être reproduit dans n’importe quelle commune, n’en déplaise au sieur Barbier.
    Le président du conseil départemental devrait mettre une sourdine sur ses récriminations sur le social, lui qui ne fait rien ou presque pour ce secteur et surtout pas pour les familles de migrants dont il a pourtant la charge, laissant les familles dormir dans la rue, même avec femmes enceintes ou très jeunes enfants, qui n’hésite pas à les faire crever de faim car les tickets à échanger contre de la nourriture sont délivrés avec beaucoup de parcimonie, pas un sou même pour acheter un forfait TAG à 2,5 € etc
    Des hôtels transformés en hébergement social ? oui oui et oui, pour TOUS les SDF, français ou migrants

    sep article