La ministre de la Culture Audrey Azoulay signe une Convention avec la Métro à Grenoble

La ministre de la Culture Audrey Azoulay signe une Convention avec la Métro à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – La ministre de la Culture et de la Communication Audrey Azoulay était pré­sente à Grenoble au matin du ven­dredi 3 mars. Raison de sa visite : la signa­ture avec Christophe Ferrari d’une Convention de coopé­ra­tion cultu­relle entre l’État et Grenoble Alpes-Métropole.

« C’est plié : sauf à être sui­ci­daire, la solu­tion c’est Juppé… » Les per­son­na­li­tés socia­listes locales ont beau être venues en nombre écou­ter et applau­dir Audrey Azoulay, c’est bien le “Pénélope Gate” qui ali­mente le brou­haha dans la Salle du conseil de Grenoble Alpes-Métropole. Face à une actua­lité poli­tique aussi char­gée, dif­fi­cile de par­ler d’autre chose en atten­dant la venue de la ministre de la Culture et de la Communication.

Discussions d'après-discours entre la ministre et ses amis politiques © Florent Mathieu - Place Gre'net

Discussions d’a­près-dis­cours entre la ministre et ses amis poli­tiques. © Florent Mathieu – Place Gre’net

C’est cepen­dant un tout autre sujet qui amène Audrey Azoulay à Grenoble ce matin du ven­dredi 3 mars. En l’oc­cur­rence, la signa­ture entre l’État et la Métro d’une Convention de coopé­ra­tion cultu­relle 2017 – 2019. Une signa­ture inédite, fera remar­quer la ministre : c’est en effet la pre­mière fois qu’un docu­ment de ce type est signé avec une métropole.

« Une nou­velle page de l’his­toire de la Métro »

Pour Christophe Ferrari, pré­sident de Grenoble Alpes-Métropole, c’est une « nou­velle page de l’his­toire de la Métro » qui s’é­crit, pla­cée sous le signe de la culture. La Métropole vient en effet de se voir trans­fé­rer de nou­velles com­pé­tences dans ce domaine, à com­men­cer par la ges­tion de la MC2, de l’Hexagone de Meylan ainsi que du Centre cho­ré­gra­phique natio­nal (CCN2).

L’objectif de la Convention ? « Assurer la pré­sence de l’État aux côtés de la Métropole, pour sou­te­nir la créa­tion artis­tique, favo­ri­ser la diver­sité cultu­relle et tra­vailler avec l’en­semble de la popu­la­tion », déclare Audrey Azoulay dans son discours.

Lecture publique, ensei­gne­ment artis­tique et art dans l’es­pace public

Les ambi­tions de la Métro en matière de poli­tique cultu­relle sont mul­tiples et s’ar­ti­culent autour de trois points essen­tiels. En pre­mier lieu, la lec­ture publique, à tra­vers une réflexion pra­tique sur les biblio­thèques, leurs horaires d’ou­ver­ture, la mise en place d’une carte unique de lec­teur, ou encore le déve­lop­pe­ment de l’offre numérique.

Audret Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication © Anaïs Mariotti - Place Gre'net

Audret Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication. © Anaïs Mariotti – Place Gre’net

En second lieu, l’en­sei­gne­ment artis­tique. Le texte de la Convention veut ainsi « favo­ri­ser l’ac­cès équi­table de chaque jeune métro­po­li­tain à un ensei­gne­ment et une pra­tique artis­tique d’ex­cel­lence ». Est évo­quée la valo­ri­sa­tion de struc­tures comme l’École supé­rieure d’art et de design (Esad) ou le Conservatoire, tout en favo­ri­sant « les pro­jets péda­go­giques inno­vants et par­ta­gés », y com­pris en lien avec le Département.

Enfin, en der­nier lieu, Christophe Ferrari insiste sur la place de l’art dans l’es­pace public, pour « que l’es­pace public devienne un espace d’ac­tion cultu­relle ». Le street-art et d’autres mani­fes­ta­tions cultu­relles sont ainsi mis en avant, le pré­sident de la Métro vou­lant « faci­li­ter l’ac­cès du citoyen à la culture et, à tra­vers elle, l’in­té­gra­tion sociale. »

« La culture est une res­pon­sa­bi­lité » pour la ministre

« Plus qu’une com­pé­tence, la culture est une res­pon­sa­bi­lité », estime pour sa part Audrey Azoulay. Qui n’ou­bliera pas de saluer une région gre­no­bloise où « rien ne se fait jamais comme ailleurs ». « Nous sommes dans un ter­ri­toire où l’ex­cep­tion est la règle, où les pion­niers sont très nom­breux, et où la moder­nité a un sens. »


Réalisation : Anaïs Mariotti

Et la ministre de sou­te­nir encore Christophe Ferrari dans sa volonté affi­chée de favo­ri­ser éga­le­ment la culture scien­ti­fique et tech­nique. « C’est un sujet qui inté­resse de plus en plus nos conci­toyens. Et qui est par­ti­cu­liè­re­ment per­ti­nent dans une époque où pour cer­tains la réa­lité et les faits semblent deve­nir des choses rela­tives, avec des faits alter­na­tifs qu’on pro­meut… », iro­nise Audrey Azoulay.

L’État met­tra la main à la poche pour le CCN2, la MC2 et l’Hexagone

Si les dis­cours et les pro­jets appa­raissent encore très géné­raux, la Convention n’en contient pas moins quelques élé­ments d’ores et déjà concrets. En l’oc­cur­rence, les ques­tions d’argent, quand l’État men­tionne les mon­tants de sa par­ti­ci­pa­tion au CCN2 (614 000 euros), à la MC2 (3 270 000 euros) et à l’Hexagone (393 000 euros) sur les années 2017 et 2018.

Autre chiffre : le mon­tant de « la contri­bu­tion finan­cière aux équi­pe­ments décla­rés d’in­té­rêt métro­po­li­tain » de l’État, qui s’é­lè­vera à 4 285 000 euros pour les années 2017, 2018 et 2019. « Sous réserve, pré­cise le texte, de la dis­po­ni­bi­lité des cré­dits ins­crits dans les lois de finance. » Il n’a en effet échappé à per­sonne que des élec­tions allaient se tenir prochainement…

Une Convention his­to­rique, ou fragile ?

Alors, fra­gile cette conven­tion ? Pour Christophe Ferrari, enthou­siaste, elle s’ins­crit au contraire dans l’Histoire. « La signa­ture de cette Convention, c’est éga­le­ment l’oc­ca­sion de renouer avec la tra­di­tion de coopé­ra­tion entre l’État et le ter­ri­toire gre­no­blois, et pour la Métropole d’af­fir­mer son ancrage ter­ri­to­rial et his­to­rique. »

Et le pré­sident de la Métro de faire un paral­lèle entre cette signa­ture et l’i­nau­gu­ra­tion par André Malraux, le 13 février 1968, de la Maison de la culture de Grenoble, la deuxième à voir le jour en France. Ou encore la fon­da­tion en 1986 du Centre natio­nal d’art contem­po­rain (Cnac) le Magasin.

Audret Azoulay et Christophe Ferrari signent la Convention © Anaïs Mariotti - Place Gre'net

Audret Azoulay et Christophe Ferrari signent la Convention. © Anaïs Mariotti – Place Gre’net

La ministre ne dit pas autre chose pour conclure son pro­pos : « Je suis très heu­reuse de par­ti­ci­per au début de cette nou­velle his­toire, ici dans la métro­pole gre­no­bloise. Nous sommes dans un moment d’a­vant-garde, dans un ter­ri­toire d’a­vant-garde. Nous avons de grandes res­pon­sa­bi­li­tés mais aussi de grands leviers d’ac­tion. »

Le tout avant de déplo­rer l’ab­sence du thème de la culture au sein des débats accom­pa­gnant l’é­lec­tion pré­si­den­tielle. « La culture est un pou­voir, dit encore Audrey Azoulay. La culture peut trans­for­mer les choses, peut trans­for­mer la vie des gens, peut aussi entraî­ner la société dans un sens ou dans un autre. C’est une grande res­pon­sa­bi­lité, mais aussi une grande force. »

Florent Mathieu

LE DÉPARTEMENT REGRETTE DE NE PAS AVOIR ÉTÉ ASSOCIÉ

« La culture ne se paye pas que de mots », et la signa­ture d’une Convention de coopé­ra­tion cultu­relle entre l’État et la Métropole ne fait pas que des heu­reux. Au moment même où celle-ci avait lieu, le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère publiait un com­mu­ni­qué au ton pour le moins acide.

Le Département regrette ainsi de ne pas avoir été asso­cié à cette signa­ture, « alors même que son enga­ge­ment cultu­rel, notam­ment sur le ter­ri­toire métro­po­li­tain, est par­ti­cu­liè­re­ment impor­tant et reconnu ».

Une par­ti­ci­pa­tion refu­sée par l’État

Le pré­sident du Conseil dépar­te­ment Jean-Pierre Barbier fait en outre savoir que sa demande de par­ti­ci­pa­tion à cette démarche par­te­na­riale avec l’État a pure­ment et sim­ple­ment été refusée.

Jean-Pierre Barbier, président du Conseil Départemental. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier, pré­sident du Conseil dépar­te­men­tal. © Florent Mathieu – Place Gre’net

En l’oc­cur­rence, pour des rai­sons bud­gé­taires. « Les pactes cultu­rels incluant des clauses finan­cières glo­bales ne peuvent être éten­dus aux régions et dépar­te­ments, au risque de rigi­di­fier trop for­te­ment les cré­dits de l’État ter­ri­to­ria­le­ment », a ainsi répondu le gou­ver­ne­ment.

Jean-Pierre Barbier n’en regrette pas moins de ne pas avoir été sol­li­cité, met­tant en avant les efforts bud­gé­taires déployés par le Département en faveur de la culture, notam­ment patrimoniale.

« Sur nos 10 musées dépar­te­men­taux, 6 sont sur le ter­ri­toire métro­po­li­tain et nous sommes les pre­miers par­te­naires d’un grand nombre d’acteurs cultu­rels métro­po­li­tains », s’a­gace le Département.

« Un brin de jalou­sie » pour le pré­sident de la Métro

« Sur 10,6 mil­lions d’eu­ros d’euros de sub­ven­tions annuelles enga­gées par le Département, 6 mil­lions sont consa­crés à l’agglomération gre­no­bloise, que ce soit sur le patri­moine, la mémoire, la lec­ture publique, l’éducation et la créa­tion artis­tique, l’aide à la dif­fu­sion, les aides ter­ri­to­ria­li­sées, la diver­sité cultu­relle… », pré­cise encore le communiqué.

Autant d’a­cri­mo­nieuses récri­mi­na­tions qui n’af­fectent guère Christophe Ferrari. Face aux décla­ra­tions du Département, le pré­sident de la Métro dit « ne pas com­prendre » avant d’é­vo­quer « un brin de jalou­sie » (cf. vidéo ci-des­sous). Il n’en demeure pas moins que des actions com­munes avec le Département sont bel et bien men­tion­nées dans le texte de la Convention, sans que per­sonne ne soit chargé de le repré­sen­ter durant sa signature…


Réalisation : Anaïs Mariotti

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Un rassemblement d'élus pour demander la gratuité du tronçon d'autoroute entre Crolles et Le Touvet
Un ras­sem­ble­ment d’é­lus pour deman­der la gra­tuité du tron­çon d’au­to­route entre Crolles et Le Touvet

FLASH INFO – "Une mesure qui exprimerait la solidarité de l’État et qui irait dans le sens de l’intérêt général et de la vitalité des Lire plus

L'observatoire isérois de la parité entre les femmes et les hommes se déclare "contre le burkini dans les piscines"
Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

FOCUS - À quelques jours de la délibération sur le changement du règlement intérieur des piscines municipales, prévue lors du conseil municipal du 16 mai Lire plus

Projection du documentaire Résistants du Vercors, des vies engagées à Grenoble jeudi 5 mai
Projection du docu­men­taire « Résistants du Vercors, des vies enga­gées » à Grenoble jeudi 5 mai

FLASH INFO – C'est un documentaire pas comme les autres qui sera projeté à l'auditorium du Musée de Grenoble, jeudi 5 mai à 18 heures. Lire plus

Le Département de l'Isère organisait, ce jeudi 28 avril 2022, une visite des travaux de nettoyage du pont de Brignoud, qui permettront la réouverture aux piétons le lundi 2 mai, près d'un mois après l'incendie volontaire survenu dans la nuit du 4 au 4 avril. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Pont de Brignoud : réou­ver­ture confir­mée ce lundi 2 mai au plus tard pour les pié­tons et espé­rée à l’au­tomne 2022 pour les véhi­cules légers

FOCUS - Le Département de l'Isère a dévoilé ce jeudi 28 avril 2022, à l'occasion d'une visite sur les lieux, le calendrier prévisionnel de reprise Lire plus

Le Département de l'Isère annonce l'ouverture du futur Musée historique de Vienne pour 2027
Le Département de l’Isère annonce l’ou­ver­ture du futur Musée his­to­rique de Vienne pour 2027

FLASH INFO – Un musée par mandat : tel semble être l'objectif que s'est fixé le président du Département de l'Isère Jean-Pierre Barbier. Après le Lire plus

De Babar aux bons d'essence... Le Musée de la Résistance dresse le bilan de sa collecte participative auprès des Isérois
De Babar aux bons d’es­sence… Le Musée de la Résistance dresse le bilan de sa col­lecte par­ti­ci­pa­tive auprès des Isérois

FOCUS - Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère délivre le bilan de sa collecte participative lancée au mois de février Lire plus

Flash Info

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

|

09/05

12h05

|

|

06/05

20h04

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin