Rassemblement anti-corruption à Grenoble : « Pas tous pourris », selon Anticor

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

REPORTAGE – Après le train de rassemblements organisés dans quarante autres villes de France la semaine passée, Grenoble accroche à son tour le wagon de l’anti-corruption. Plus d’une centaine de personnes se sont ainsi rassemblées, ce dimanche 26 février place Victor-Hugo, pour dénoncer la corruption des élus. Dans toutes les têtes, les affaires d’emplois fictifs présumés touchant François Fillon et Marine Le Pen.

 

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Affaires, scan­dales, fraudes, détour­ne­ments, emplois fic­tifs, men­songes… On réagit ? » Telle était la ques­tion posée par le col­lec­tif orga­ni­sa­teur du ras­sem­ble­ment anti-cor­rup­tion gre­no­blois dans son appel lancé sur les réseaux sociaux. Un appel auquel, mal­gré les vacances et le week-end, ont répondu plus d’une cen­taine de mani­fes­tants ce dimanche 26 février, place Victor-Hugo à Grenoble.

 

En écho avec les ras­sem­ble­ments apo­li­tiques et non-par­ti­sans qui se sont mul­ti­pliés en France la semaine pas­sée et à deux mois de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, citoyens et mili­tants de divers mou­ve­ments* enten­daient mani­fes­ter leur dés­illu­sion vis-à-vis des élus, en dénon­çant, dans le calme, un ensemble de pra­tiques jugées per­ni­cieuses.

 

 

 

« Il y en a plein d’autres qui, dans l’ombre, serrent les fesses »

 

 

Dans la ligne de mire de la petite foule mas­sée autour de la sta­tue de Hector Berlioz, François Fillon, soup­çonné d’avoir employé son épouse, Pénélope Fillon, pour un tra­vail fic­tif, mais rému­néré, d’assistante par­le­men­taire. Également visée, Marine Le Pen, sus­pec­tée d’avoir fourni un faux contrat de tra­vail à son garde du corps Thierry Légier et écla­bous­sée par la récente mise en exa­men pour recel et abus de confiance de sa chef de cabi­net, Catherine Griset.

 

Thierry Labelle, référant Isère de l'association Anticor. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Thierry Labelle, réfé­rant Isère de l’as­so­cia­tion Anticor. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour autant, « la réa­lité est bien au-delà de ces deux seuls exemples », explique au micro Thierry Labelle, le réfé­rant isé­rois d’Anticor, asso­cia­tion de lutte contre la cor­rup­tion et pour l’éthique en poli­tique.

 

« Il y en a plein d’autres qui, dans l’ombre, serrent les fesses pour que leur situa­tion n’é­clate pas au grand jour », ajoute le mili­tant tout en s’ex­cu­sant de la tri­via­lité du pro­pos. L’occasion pour Thierry Labelle de rap­pe­ler que Grenoble est emblé­ma­tique de la lutte anti-cor­rup­tion. « À Grenoble, on a l’élu le plus condamné de France pour des faits de cor­rup­tion […] Nous avons le devoir de por­ter ce mes­sage parce qu’il faut que nous soyons enten­dus et que cela ne se repro­duise plus », mar­tèle le mili­tant.

 

Dénoncer un sys­tème ? Oui, mais sans excès, répond Thierry Labelle, qui tem­père, esti­mant que le slo­gan « Tous pour­ris » qui a fusé au début du ras­sem­ble­ment n’est pas celui que retient Anticor. Et de s’en expli­quer.

 

 

 

 

Exiger des candidats qu’ils respectent les dix engagements de la charte Anticor

 

 

Un autre ora­teur est plus viru­lent : Taha Bouhafs, « citoyen insou­mis », par ailleurs can­di­dat aux élec­tions légis­la­tives dans la 2e cir­cons­crip­tion de l’Isère, n’y va pas avec le dos de la cuillère. « Nous vou­lons nous battre contre cette poi­gnée de cupides et avares indi­vi­dus ! Pour le peuple, pour nos enfants, que les cor­rom­pus dégagent ! », exige le jeune mili­tant.

 

Prise de parole de Taha Bouhafs, citoyen insoumis. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Prise de parole de Taha Bouhafs, citoyen insou­mis. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Aujourd’hui, ça suf­fit ! Nous sommes là pour dire non ! Tout comme dans d’autres pays [notam­ment en Roumanie, ndlr], nous aussi nous en avons marre, déclare Clément Février, un autre citoyen insou­mis. Il faut que les élus s’en­gagent à avoir un mini­mum de res­pect pour les citoyens. »

 

Comment ? En exi­geant des can­di­dats aux pro­chaines élec­tions qu’il s’en­gagent à res­pec­ter les dix enga­ge­ments de la charte éthique concoc­tée par Anticor. Ajoutez à cela la demande de sup­pres­sion de l’a­men­de­ment, tout récem­ment voté, ins­tau­rant une pres­crip­tion de douze ans après la com­mis­sion des faits pour des délits d’ordre éco­no­mique.

 

Jo Briant, le porte-parole de la Coordination isé­roise de soli­da­rité avec les étran­gers migrants (Cisem), va quant à lui élar­gir le champ de la cor­rup­tion. Pour ce der­nier, c’est aussi un sys­tème au niveau inter­na­tio­nal qu’il faut dénon­cer.

 

Après les prises de parole, atelier improvisé sur la pelouse. © Joël Kermabon - Place Grer'net

Après les prises de parole, ate­lier impro­visé sur la pelouse. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« La France est en tête des pays cor­rup­teurs car c’est tout un conti­nent et notam­ment les anciens pays colo­ni­sés que nous exploi­tons, pillons et appau­vris­sons », fus­tige l’in­fa­ti­gable mili­tant.

 

Après quelques prises de parole, les mani­fes­tants se sont réunis en petits groupes qui pour impro­vi­ser un ate­lier sur la pelouse joux­tant le bas­sin, d’autres pour conti­nuer à dis­cu­ter et échan­ger. Quant aux suites qui pour­ront être don­nées à ce pre­mier ras­sem­ble­ment, les orga­ni­sa­teurs le pro­mettent, il fera des petits…

 

 

Joël Kermabon

 

 

* Nuit debout Grenoble, Solidaires Isère, Solidaires étu­diants Grenoble, PartiPirate 38, Anticor 38, Uec Grenoble, Jeunes Communistes de l’Isère, Ras L’Front, NPA Jeunes Grenoble ainsi que plu­sieurs membres de La France insou­mise Isère.

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
6780 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Ping : #StopCorruption : réponse à Anticor 38 sur le « Tous Pourris » – Observatoire de la Corruption

  2. Bonjour
    Merci beau­coup pour votre réponse.
    Il s’a­git juste de l’a­ve­nir de nos enfants. Beaucoup de res­pon­sables poli­tiques ayant uti­li­sés nos impôts de façon inadé­quate et clien­tè­liste ont agi en toute impu­nité.
    Résultat notre jeu­nese se meurt et la popu­la­tion est à moi­tié infor­mée.
    C’est pour­quoi je ne com­prends tou­jours pas pour­quoi vous n’in­for­mez pas la popu­la­tion. Surtout que beau­coups d’entre eux s’ex­priment dans vos articles.
    Résultat une mani­fes­ta­tion impor­tante qui ne mobi­lise pas.
    Laissez moi me détendre devant le dis­cours de F.FILLON.
    Amicalement
    BENYOUB.A

    sep article
  3. Bonjour
    j’en­voie deux mes­sages tôt le matin.
    L’un se retrouve 1 heure après sur le forum.( celui qui cri­tique la droite…)
    L’autre (cri­tique le micro­cosme de gauche qui gère les Maisons Des Habitants ) plus déran­geant n’ap­pa­raît qu’en fin de jour­née.…..
    BENYOUB.A

    sep article
    • JK

      01/03/2017
      9:27

      Bonjour

      Il ne s’a­git là en aucun cas d’une déci­sion arbi­traire et encore moins par­ti­sane comme vous le lais­sez sup­po­ser. Juste du retard pris dans la vali­da­tion des com­men­taires. Ne voyez pas le mal par­tout et déten­dez-vous 😉

      sep article
  4. Dommage que ces mêmes per­sonnes n’aient pas bou­gées et n’aient rien dit lors de la construc­tion du stade de foot dont le bud­get est passé de 25 à 75 mil­lions d’eu­ros sans qu’au­cun contrôle ne soit inter­venu : chambre régio­nale des comptes, pré­fet.
    Mais il est vrai, la mai­rie était à gauche et là il n’y a pas cor­rup­tion, seule­ment de l’in­com­pé­tence.

    sep article
  5. Bonjour
    voilà plus de 20 ans que nous aller­tons les ins­ti­tu­tions sur tel ou tel mal­ver­sa­tions finan­cières ou passe droit.
    A l’é­poque comme aujourd’­hui les réponses sont de la part des médias et des ins­ti­tu­tions :
    ‑Mais mon­sieur le pis­ton à tou­jours exis­ter
    ‑Qu’est ce que vous vou­lez que l’on fasse
    ‑les escro­que­ries dans l’im­mo­bi­lier [modéré : pro­pos dif­fa­ma­toires]
    ‑la cor­rup­tion à servi à payer la paix sociale aussi via les asso­cia­tions
    Grenoble est son agglo­mé­ra­tion sont tou­chés de plein fouet par ce fléau.
    [modéré : pro­pos dif­fa­ma­toires] En atten­dant lais­sons le couple média poli­tique nous racon­ter une ber­ceuse.
    Par contre ne croyez que toute cette cor­rup­tion n’est pas connu.….
    Mais par contre per­sonne ne veut par­ler car peur de perdre son job.….

    BENYOUB.A

    sep article