Actualité

Les capteurs sont fixés sur le toit des tramways de la ligne A. © Ville d'Échirolles - Service Communication

Mesure des pol­luants sur les trams : des cap­teurs qui tombent à pic

Mesure des pol­luants sur les trams : des cap­teurs qui tombent à pic

FOCUS – La qua­lité de l’air dans la métro­pole gre­no­bloise peut être désor­mais mesu­rée en dépla­ce­ment et à grande échelle, grâce à dix micro­cap­teurs ins­tal­lés sur les toits de tram­ways de la ligne A depuis le 19 décembre. Une pre­mière en France. Mené par le Laboratoire d’ex­pé­ri­men­ta­tion des mobi­li­tés de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise (Lemon), ce pro­jet nommé GreenZen Tag tombe à pic après les der­niers épi­sodes de pol­lu­tion dans l’agglomération.

Présentation de l'expérimentation. De gauche à droite : Yann Mongaburu (SMTC), Philippe Chervy (Semitag) et Francis Chaput (Transdev). © Joël Kermabon - Place Gre'net

Présentation de l’ex­pé­ri­men­ta­tion. De gauche à droite : Yann Mongaburu (SMTC), Philippe Chervy (Semitag) et Francis Chaput (Transdev). © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Il ne faut pas relâ­cher l’ef­fort. Tous les outils qui peuvent nous aider à atteindre une qua­lité de l’air qui res­pecte la régle­men­ta­tion euro­péenne d’ici 2020 sont bons à prendre », explique Yann Mongaburu, le pré­sident du Syndicat mixte de trans­ports en com­mun (SMTC).

Ce der­nier pré­sen­tait, le 19 décembre der­nier, au sor­tir d’un dis­po­si­tif anti-pol­lu­tion qui avait duré treize jours, l’ex­pé­ri­men­ta­tion GreenZen Tag – fruit d’un par­te­na­riat entre le SMTC, Transdev et la Semitag – confiée au Laboratoire d’ex­pé­ri­men­ta­tion des mobi­li­tés de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise (Lemon[1]).

Une pre­mière en France

Durant près de trois mois, dix cap­teurs mobiles – mis au point par la start-up EcoLogicSense –, ins­tal­lés sur le toit de dix tram­ways de la ligne A vont détec­ter simul­ta­né­ment, en temps réel durant le par­cours des rames, les par­ti­cules fines PM10 et PM2,5 en sus­pen­sion dans l’air que nous res­pi­rons. Des valeurs dont l’exac­ti­tude sera véri­fiée par deux sta­tions fixes ins­tal­lées sur le par­cours. Une pre­mière en France pour un test à grande échelle, après dix-huit mois de mise au point qui ont mobi­lisé huit par­te­naires[2] – dont deux star­tups – dans une démarche de coproduction.

L'emplacement du coffret contenant le capteur sur une rame en exploitation. © Joël Kermabon - Place Gre'net

L’emplacement du cof­fret conte­nant le cap­teur sur une rame en exploi­ta­tion. © Joël Kermabon – Place Gre’net

C’est ainsi que, chaque jour, 5 700 mesures seront col­lec­tées, horo­da­tées et géo­lo­ca­li­sées via une appli­ca­tion déve­lop­pée par la star­tup Zenbus tout au long de la ligne de tram­way la plus longue de l’ag­glo­mé­ra­tion, reliant Fontaine à Échirolles.

Pourquoi cette ligne plu­tôt qu’une autre ? « Parce que c’est celle qui par­court des ter­ri­toires qui, aujourd’­hui, ne sont pas équi­pés de cap­teurs fixes », explique Yann Mongaburu. Qui pré­cise qu’il existe par ailleurs douze sta­tions de mesures fixes gérées par Air Rhône-Alpes dans l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise.

Les don­nées ainsi acquises seront ensuite hié­rar­chi­sées, clas­sées et ana­ly­sées pour être confron­tées à celles four­nies par le réseau des sta­tions de mesures fixes de la métro­pole et aux modé­li­sa­tions de l’ob­ser­va­toire pour la sur­veillance et la qua­lité de l’air Atmo Auvergne-Rhône-Alpes.

Affiner la modé­li­sa­tion des niveaux de polluants

Quid des objec­tifs de cette expé­ri­men­ta­tion ? En pre­mier lieu, géo­lo­ca­li­ser la qua­lité de l’air en offrant, à terme, une meilleure repré­sen­ta­ti­vité spa­tiale de la pol­lu­tion atmo­sphé­rique et en amé­lio­rant la modé­li­sa­tion des niveaux de polluants.

Installation du coffret contenant le capteur à l'atelier. © Media Conseil Presse

Installation du cof­fret conte­nant le cap­teur à l’a­te­lier. © Media Conseil Presse

Ensuite, le dis­po­si­tif pour­rait éga­le­ment deve­nir un outil stra­té­gique en matière de mobi­li­tés pour mieux éclai­rer les col­lec­ti­vi­tés et les ges­tion­naires de réseaux de trans­ports en com­mun dans leurs prises de décisions.

Ces der­niers pour­raient notam­ment struc­tu­rer leur offres et tarifs de trans­port en fonc­tion de l’ex­po­si­tion aux par­ti­cules pol­luantes de telle ou telle zone d’une agglo­mé­ra­tion. Une manière aussi de « com­plé­ter nos infor­ma­tions pour affi­ner les poli­tiques publiques et pou­voir don­ner plus d’in­for­ma­tions à la popu­la­tion », sou­ligne Yann Mongaburu, le pré­sident du SMTC.

Le chauf­fage au bois, une source de dif­fu­sion des par­ti­cules fines

« La Métropole et notam­ment le SMTC sont for­te­ment enga­gés sur cette thé­ma­tique de la qua­lité de l’air. D’autant plus en cette période de pics de pol­lu­tion qui ont vu les seuils atteints pen­dant plus d’une dizaine de jours, explique Jérôme Dutroncy, vice-pré­sident délé­gué à l’en­vi­ron­ne­ment, l’air, le cli­mat et la bio­di­ver­sité à Grenoble-Alpes Métropole […] L’enjeu qui est devant nous, c’est de don­ner à com­prendre à nos habi­tants quelles sont les pro­blé­ma­tiques liées à la qua­lité de l’air qu’ils res­pirent […] et com­ment on peut par­ve­nir, col­lec­ti­ve­ment, à régler la ques­tion. »

La Prime Air Bois bénéficiera aux particuliers souhaitant renouveler leurs appareils de chauffage au bois. © Grenoble-Alpes Métropole

La Prime Air Bois béné­fi­cie aux par­ti­cu­liers sou­hai­tant renou­ve­ler leurs appa­reils de chauf­fage au bois. © Grenoble-Alpes Métropole

L’occasion pour Jérôme Dutroncy de rap­pe­ler que la Métropole s’est impli­quée sur la ques­tion du chauf­fage au bois, source impor­tante de dif­fu­sion de par­ti­cules fines dans l’at­mo­sphère en hiver. « Nous avons lancé l’an­née der­nière la prime air bois. Nous sommes la pre­mière grande agglo­mé­ra­tion de France à le faire et il est impor­tant de savoir qu’au-delà des trans­ports il existe aussi d’autres solu­tions ».

Quant à la fin de l’ex­pé­ri­men­ta­tion, elle est pro­gram­mée pour avril 2017, date à laquelle ses conclu­sions seront remises au SMTC. Si la fia­bi­lité de GreenZen Tag est vali­dée et que ses résul­tats s’a­vèrent per­ti­nents, son por­tage sur smart­phones sous la forme d’une appli­ca­tion grand public pour­rait être envisagé.

C’est du moins ce qu’ap­pellent de leurs vœux les par­te­naires du pro­jet. « En mixant les don­nées mesu­rées et géo­lo­ca­li­sées en temps réel avec celles issues de la modé­li­sa­tion, cette appli­ca­tion pourra déli­vrer une connais­sance sus­cep­tible d’in­fluen­cer les modes de dépla­ce­ment et de consom­ma­tion des usa­gers », se prennent-ils à espérer.

Joël Kermabon

[1] Lemon est un labo­ra­toire, un incu­ba­teur, au sein duquel le Syndicat mixte des trans­ports en com­mun (SMTC) et Transdev, le par­te­naire indus­triel et com­mer­cial de la Semitag, l’ex­ploi­tant du réseau du SMTC, tra­vaillent de concert sur les pro­blé­ma­tiques de la mobilité.

[2] Transdev, Tag, SMTC, Lemon, Ecologicsense, Zenbus, Egis Environnement, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le comité local Attac 38 donne le coup d'envoi à une nouvelle campagne appelant à taxer les plus riches
Le comité local Attac 38 lance une nou­velle cam­pagne appe­lant à taxer les plus riches

FLASH INFO - Des militants du comité local Attac 38 se sont donné rendez-vous devant l'hôtel des impôts de Grenoble, avenue Rhin-et-Danube, jeudi 23 mai Lire plus

fusillades
Grenoble : deux nou­veaux bles­sés par balles dans les quar­tiers de l’Alma et Bajatière-Capuche

FLASH INFO - Dans la soirée du 23 mai 2024, deux nouvelles fusillades ont eu lieu à Grenoble, l’une à l’Alma, l’autre à la limite Lire plus

Des riverains de l'avenue Washington (toujours) opposés au projet d'aménagement de la Ville de Grenoble
Des rive­rains de l’a­ve­nue Washington très mobi­li­sés contre le pro­jet d’a­mé­na­ge­ment de la Ville de Grenoble

FOCUS - Les opposants au projet d'aménagement du sud de l'avenue Washington se sont donné rendez-vous devant l'hôtel de Ville de Grenoble mercredi 22 mai Lire plus

Les 48 heures de l’a­gri­cul­ture urbaine de retour à Grenoble le week-end du 25 et 26 mai 2024

ÉVÉNEMENT - Les 48 heures de l'Agriculture urbaine sont de retour sur la métropole grenobloise (comme sur l'ensemble de la France) les samedi 25 et Lire plus

Collèges morts et occupation de Jules-Vallès: la FCPE de Fontaine mobilisée contre les groupes de niveaux
Collèges morts et occu­pa­tion de Jules-Vallès à Fontaine : forte mobi­li­sa­tion contre les groupes de niveaux

FLASH INFO - Les parents d'élève de Fontaine se mobilisent (une fois encore) à l'appel de la FCPE contre la réforme des Chocs des savoirs Lire plus

La réponse au vitriol du conseil d'administration de la MJC-Théâtre Prémol à la Ville de Grenoble
MJC-Théâtre Prémol : la réponse au vitriol du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion à la Ville de Grenoble

FOCUS - Le conseil d'administration de la MJC-Théâtre Prémol a adressé une réponse au vitriol à la Ville de Grenoble, qui lui avait envoyé un Lire plus

Flash Info

|

24/05

18h53

|

|

24/05

15h25

|

|

24/05

11h13

|

|

21/05

17h41

|

|

21/05

11h27

|

|

18/05

19h42

|

|

18/05

14h37

|

|

17/05

17h50

|

|

16/05

12h08

|

|

16/05

10h37

|

Les plus lus

Économie| Grenoble : un bâti­ment dédié à l’hé­ber­ge­ment des sans-domi­cile et à la lutte contre le non-recours

Société| Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

A écouter| Grenoble : le nou­veau centre de santé den­taire Solident vic­time de son suc­cès auprès des plus précaires

Agenda

Je partage !