Pollution et restrictions de circulation : retour à la normale ce dimanche dans le bassin grenoblois

sep article

Après douze jours de pollution et huit jours d’interdictions de circuler pour les véhicules les plus anciens, Grenoble lève son dispositif de restrictions de circulation. Retour donc à la normale sur l’agglomération, ce dimanche 18 décembre, avec la fin des limitations de vitesse, des interdictions de rouler et de la gratuité dans les transports en commun.

 

 

La métropole grenobloise étant redescendue pendant deux jours consécutifs sous le seuil fatidique des 50 microgrammes de particules fines / m3, l’alerte de niveau 1 a été levée par le préfet de l’Isère, de même donc que les mesures prévues dans le protocole local. Les restrictions de circulation y sont-elles pour quelque chose ?

 

Rien pour l’heure ne permet de l’avancer. Ce sont surtout les conditions météorologiques, anticycloniques qui ne permettaient pas de disperser les poussières en suspension dans l’air. Et si le bassin grenoblois peut désormais un peu mieux respirer, il le doit d’abord au phénomène d’inversion des températures, avec une couche plus haute en altitude.

 

Ce qui n’est pas le cas dans le Nord-Isère qui reste, lui, en niveau d’alerte 1 avec, à la clé, un abaissement de la vitesse maximale autorisée de 20 km/h sur les voies rapides. C’est le cas aussi à Lyon, dans la vallée de l’Arve, dans la vallée du Rhône ou à Chambéry.

 

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
2497 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Décidément je ne lis que des bêtises dans votre webzine.
    Tellement grosses qu’on ne peut que s’énerver quand on suit le sujet.
    Hier tout un article sur l’inefficacité des mesures (une 2e couche aujourd’hui). Or ces mesures n’en sont pas puisqu’elles sont inapplicables et inappliquées :
    – légalement la métro ne peut rien imposer avant 2017
    – de toutes façons il n’y a pas de sanctions
    Donc personne ne respecte ces consignes, comment voulez vous voir un effet ?

    Aujourd’hui on nous dit que le pollution régresse a Grenoble. Mais enfin c’est faux, il suffit de regarder la carte sur le site prev’air pour le constater : ça régresse en région parisienne mais justement pas en Rhone-Alpes pour les particules, c’est pire de jour en jour !

    Eh oh, on a besoin d’information, pas de désinformation ! Merci de documenter vos articles et de les assortir d’un minimum de réflexion scientifique, sinon c’est pas la peine.

    sep article
    • PC

      18/12/2016
      23:13

      Si le dispositif a été levé à Grenoble, c’est sur la base des mesures réalisées par Atmo Auvergne Rhône-Alpes sur le bassin grenoblois et non à l’échelle de Rhône-Alpes (relevés consultables sur le site internet de l’association). Quant à l’efficacité du dispositif, et l’impact des interdictions de circulation sur les niveaux de pollution, je vous renvoie à la réponse qu’avait faite le chargé de mission d’Atmo dans un précédent article : « les conditions atmosphériques pilotent beaucoup ce type de pollution. »

      sep article
      • OK excusez moi pour la véhémence de mon commentaire. Je n’ai consulté que Prevair et pas Atmo… le problème c’est qu’il semblent en désaccord.
        Pour la soi-disant mesure d’une efficacité du dispositif, même si les conditions atmosphériques aveint moins d’importance de toutes façons on ne pourrait rien conclure, donc je ne vois pas l’intérêt de se focaliser sur cette question de l’efficacité avec des doutes, ce qui décridibilise encore la mesure déjà très critiquée par la population. Ajouter de mauvais arguments à d’autres ne fait pas avancer les choses.
        Enfin je comprend qu’il est très difficile de communiquer sur cette question de la pollution dans la situation ou nous ont mis les pouvoirs publics : réglemeter sans imposer et sans sanctionner c’est vraiment absurde. De plus cela a été fait avec une quasi absence de communication locale… et ça vous n’en êtes pas responsables, mes excuses donc car j’ai été inutilement agressif.

        sep article
        • PC

          18/12/2016
          23:53

          Très juste. Mais derrière la question de l’efficacité du dispositif, il y a aussi celle de la motivation de ces mesures : s’agit-il de juguler la pollution ? Ou diminuer la place de la voiture en ville ? D’aucuns répondront que c’est du pareil au même… En attendant, au vu du premier bilan des mesures mises en place (réduction de 5 % du trafic routier sur les deux premiers jours, hausse de 7 % de la fréquentation des transports en commun mais une qualité de l’air qui ne s’améliore pas sur le même laps de temps), le dispositif en lui-même ne semble pas avoir eu beaucoup d’effets sur les niveaux de pollution. Pour ce qui est de la commmunication… le seul bilan qui a été communiqué jusque-là repose sur le premier week-end d’application du dispositif. Je vous laisse juge…

          sep article
  2. Ping : Pollution et restrictions de circulation: retour à la normale ce dimanche dans le bassin grenoblois | DeBonne.Info

  3. On verra les chiffres en heures de pointe lundi. Si c’est pareil que la semaine dernière alors il sera patent que ces 11 onze jours ont été une manipulation, une opé de communication – ce que les habitants apprécieront.

    sep article