Avrillier et Carignon, son meilleur ennemi, à nou­veau sur le devant de la scène

Avrillier et Carignon, son meilleur ennemi, à nou­veau sur le devant de la scène

FOCUS - Raymond Avrillier, maire adjoint honoraire, et son vieil ennemi Alain Carignon, ancien ministre et maire de Grenoble, reviennent occuper le devant de la scène politique grenobloise. Le conseil municipal de ce lundi 19 décembre a en effet statué sur la demande de mise en œuvre de la protection fonctionnelle et juridique sollicitée par Raymond Avrillier, le 14 octobre dernier. En cause, le tract « Wanted » réalisé par le parti Les Républicains l'été dernier. Une campagne que l'ancien élu qualifie de « chasse à l'homme ».

 

 

 

TractsEtAffichesWanted-1Des demandes de protection fonctionnelles il y en a à presque tous les ordres du jour du conseil municipal de la Ville de Grenoble. C'est un peu la routine.

 

Mais celle sur laquelle a statué l'assemblée délibérative ce 19 décembre, après sept heures de délibérations, n'avait rien d'anodin.

 

Et pour cause puisqu'il s'agissait, selon les termes de la délibération, de « mettre en œuvre la protection fonctionnelle sollicitée par M. Raymond Avrillier en date du 14 octobre 2016 et de prendre en charge les frais de procédure et honoraires d'avocats dus par la collectivité en lien avec le tract intitulé Wanted. »

 

 

Des actes de menaces et d'intimidation

 

 

Sur les visuels incriminés – tracts recto-verso et affiches – qui reprennent le graphisme des affiches de recherche de hors-la-loi du Far West, figurent les portraits de vingt-cinq personnalités politiques grenobloises ayant pris part aux affaires de la Ville au cours des vingt dernières années. Dont celui de Raymond Avrillier, ainsi désigné comme faisant partie des personnes recherchées. Le tout, assorti de la légende « Ils ont ruiné Grenoble ! ».

 

Raymond Avrillier, militant écologiste, adjoint au logement à Grenoble de 1995 à 2001.

Raymond Avrillier, militant écologiste, adjoint au logement à Grenoble de 1995 à 2001.

L'affiche avait été largement diffusée dans la ville et le tract distribué dans les boîtes à lettres et relayé par la presse ainsi qu'en des termes vitriolés sur le site du collectif Les Républicains Grenoble, le changement animé par François Tarantini, secrétaire départemental adjoint des Républicains de l'Isère. À la tête du collectif : l'ancien ministre et maire de Grenoble, bête noire de Raymond Avrillier, Alain Carignon, en mal de retour sur la scène politique.

 

Dans son courrier très circonstancié, Raymond Avrillier, détaille et argumente longuement sur des faits qui relèvent, selon lui, « d'actes de menaces et d'intimidation » et constituent à ses yeux des motifs suffisants pour que sa protection fonctionnelle soit prise en charge par la Ville.

 

Ce dernier ne cache d'ailleurs pas son intention de saisir le ministère public « afin de prendre les mesures de prévention et [d'] agir suivant la loi […] compte tenu de la gravité de la mise en cause de l'élu et de la large diffusion du document et afin de prévenir des actes entraînés ou favorisés par l'appel de M. Alain Carignon à la chasse à l'homme, actes qu'il a organisé avec ses proches et qui sont relayés par l'extrême-droite […] », expose Raymond Avrillier. Qui fait valoir, pour justifier la protection fonctionnelle, « que les faits rapportés sont liés à l'exercice passé des fonctions de conseiller municipal et [d'] adjoint au maire de Grenoble ».

 

 

« À chaque fois que Carignon manque d'oxygène, ils arrivent avec la bonbonne ! »

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 59 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La ville a signé un bail emphytéotique avec la SAS des Minimes, qui sera désormais seule gestionnaire du lieu. © Martin de Kerimel - Place Gre'net
À Grenoble, la nou­velle vie du Couvent des Minimes devrait s’é­crire au début de l’été 2023

FOCUS - D'importants travaux ont commencé au Couvent des Minimes, à Grenoble. Objectif : donner au lieu une nouvelle vie, à partir de l'été 2023. Lire plus

Placée en redressement judiciaire, la Scop Casabio dans l'attente de connaître le nom de son repreneur
Placée en redres­se­ment judi­ciaire, la Scop Casabio va connaître le nom de son repreneur

FOCUS - Enseigne bio historique sur Grenoble, la Scop Casabio a (discrètement) été placée en redressement judiciaire à la fin de l'année 2022. Plusieurs candidats Lire plus

Une militante du groupe grenoblois d'Extinction Rebellion en train d'enduire de « faux pétrole » un distributeurs de billets de la banque BNP Paribas. © Extinction Rebellion
Grenoble : action choc de mili­tants d’Extinction Rebellion contre la BNP, accu­sée de « greenwashing »

FOCUS - Des militants grenoblois d'Extinction Rebellion ont dégradé quatre distributeurs de billets de la BNP Paribas dans la nuit du 6 au 7 février Lire plus

Le conseil métropolitain du 3 février 2023.
La Métropole de Grenoble a adopté son bud­get pri­mi­tif 2023, avec des débats reflé­tant les cli­vages poli­tiques traditionnels

FOCUS - Le conseil métropolitain a adopté, vendredi 3 février 2023, son budget primitif 2023 d'un montant de 851 millions d'euros. La Métropole de Grenoble Lire plus

Vente des actions Grenoble habitat de la Ville de Grenoble: premières réactions des oppositions grenobloises
Vente des actions Grenoble habi­tat de la Ville de Grenoble : pre­mières réac­tions des oppo­si­tions grenobloises

FLASH INFO - Ce n'est pas une surprise: l'annonce de la cession de la totalité des actions Grenoble Habitat détenues par la Ville de Grenoble Lire plus

Le Mois décolonial de retour à Grenoble pour sa troisième édition, du 4 mars au 8 avril 2023
Le Mois déco­lo­nial de retour à Grenoble pour sa troi­sième édi­tion, du 4 mars au 8 avril 2023

FOCUS - La troisième édition du Mois décolonial se tient à Grenoble du 4 mars au 8 avril 2023, avec une quarantaine d’événements. La Ville Lire plus

Flash Info

|

09/02

12h28

|

|

08/02

18h42

|

|

08/02

15h37

|

|

07/02

18h55

|

|

07/02

11h46

|

|

07/02

10h52

|

|

07/02

9h50

|

|

06/02

18h52

|

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Réforme des retraites : blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat Uni réagit, les blo­queurs répliquent

Politique| Nouvel appel à la mobi­li­sa­tion à Grenoble contre la réforme des retraites mardi 31 jan­vier 2023

Agenda

Je partage !