Écœurée par “une certaine gauche”, la députée PS Geneviève Fioraso se retire de la vie politique

sep article



EN BREF – Geneviève Fioraso, ex-ministre et députée PS en Isère (1re circonscription) a décidé de céder la place pour les législatives 2017 en Isère, après avoir effectué deux mandats. La députée de 62 ans passe le flambeau à Olivier Véran, neurologue qui l’avait remplacée de 2012 à 2015, durant son mandat de ministre, puis de secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

 

 

Geneviève Fioraso

Geneviève Fioraso, dépu­tée PS. © Nils Louna – placegrenet.fr

Sa déci­sion est prise : Geneviève Fioraso passe la main pour les légis­la­tives de 2017. Tandis que Michel Destot, ex-maire de Grenoble, entend rem­pi­ler pour un sep­tième man­dat de député (sur la 3e cir­cons­crip­tion), la dépu­tée socia­liste de la 1re cir­cons­crip­tion de l’Isère se déclare en faveur du « renou­vel­le­ment » auprès de l’AFP, pour « lais­ser la place aux jeunes ».

 

Une déci­sion qu’elle affirme « avoir mûri durant trois ans ». Estimant qu’il est pré­fé­rable de « ne pas faire plus deux fois de suite le même man­dat », l’an­cienne ministre de la Recherche recon­naît tou­te­fois être « embê­tée de […] lais­ser [à son suc­ces­seur, ndlr] le parti et la gauche en géné­ral aussi peu ras­sem­blés ».

 

 

 

Ras le bol « des parasites, des démagos, des populos », d’une « certaine gauche »

 

 

Geneviève Fioraso pro­fite par ailleurs de son départ pour régler ses comptes. Lors d’une inter­view accor­dée à Place Gre’net sur un sujet qui fera l’ob­jet d’un pro­chain article, l’an­cienne adjointe à l’é­co­no­mie et à l’in­no­va­tion de la Ville de Grenoble et ancienne 1re vice-pré­si­dente de la Métro, a confié en avoir lourd sur la patate…

 

Jean-Marc Ayrault Fleur Pellerin Geneviève Fioraso et Arnaud Montebourg à STMicroelectronics Crolles pour le lancement de Nano 2017

Jean-Marc Ayrault, Fleur Pellerin, Geneviève Fioraso et Arnaud Montebourg à STMicroelectronics pour le lan­ce­ment de Nano 2017. © Muriel Beaudoing – placegrenet.fr

 

Geneviève Fioraso explique en effet se reti­rer de la poli­tique parce qu’elle ne sup­porte plus les cri­tiques la visant depuis des années, venant d’une « cer­taine gauche redres­seuse de torts, pro­cé­du­rière », qui n’a cessé de cri­ti­quer ses actions en faveur de l’emploi et du pro­grès scien­ti­fique, notam­ment, lui fai­sant « des pro­cès d’in­ten­tion […], ful­mine-t-elle. Ces gens-là sont des para­sites, des déma­gos, des popu­los, c’est de ces gens-là que se nour­rit le popu­lisme », enrage la dépu­tée PS.

 

 

 

« Je m’en fous. Je suis ailleurs, ça m’est complètement égal »

 

 

Et de pour­suivre sa dia­tribe en poin­tant osten­si­ble­ment, cette fois, les éco­lo­gistes à la tête de la Ville de Grenoble : « Je vois que beau­coup de gens qui me cri­ti­quaient vont inau­gu­rer des pro­jets (Presqu’île scien­ti­fique, Zac Bouchayer Viallet) avec beau­coup de satis­fac­tion, alors qu’ils ont tous voté contre […] C’est ce qu’on appelle le manque d’hon­nê­teté intel­lec­tuelle. Maintenant, je m’en fous. Je suis ailleurs, ça m’est com­plè­te­ment égal. »

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
8354 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. Autant je suis d’ac­cord avec Mme Fioraso sur les cumu­lards du PS qui empêchent toute réno­va­tion du parti, autant je ne suis pas d’ac­cord avec le der­nier para­graphe.
    Les éco­los ont le droit de ne pas être pour les nano­tech­no­lo­gies, mais je ne vois pas le maire ne pas assis­ter à l’i­nau­gu­ra­tion des entre­prises.
    Mme Fioraso peut se sou­ve­nir que le tram est une idée de Dubedout et que c’est Carignon qui en a tiré la gloire, et ça n’a pas fait tant d’his­toire. Mais du moment qu’on peut faire une dia­tribe contre les éco­los, pour­quoi se pri­ver ? Dommage.

    sep article
    • Bonjour, J’ai lu votre com­men­taire.
      Tout à fait d’ac­cord avec vous, on a le droit d’a­voir des convic­tions et des points de vus.
      Juste une ques­tion, est il pos­sible de savoir qui a voté quoi dans ce que dit Madame FIORASO,
      Ca serait pas mal en effet de pou­voir étayer le dires,
      Il y a une émis­sion radio sur le ser­vice publique que j’aime beau­coup qui prends les décla­ra­tions des poli­tiques et les véri­fies / com­pare. Ca serait pas mal de faire ca à Grenoble vu le cli­mat délé­tère exis­tant (et je n’ac­cuse per­sonne, je ne fais que consta­ter les ten­sions).
      Etre sur du fac­tuel évi­te­rai les approches « poli­ti­ciennes »

      sep article
      • Je pense que Mme Fioraso parle de Minatec.
        Effectivement, les verts ont tou­jours émis des réserves sur la manière dont se pas­sait les accords avec la ville. Leur refus était extrê­me­ment motivé, comme pour cette déli­bé­ra­tion de 2008 sur le fonc­tion­ne­ment
        http://grenoble-ecologie-solidarite.fr/grenoble2008/spip.php?article328
        « …Pour reve­nir à la conven­tion Minatec, qui est aujourd’hui sou­mise au vote, nous pou­vons faire un pre­mier constat : elle n’évoque même pas en un mot la ques­tion des risques sani­taires alors que déjà, nous deman­dions que ces risques soient pris en compte dans les pré­cé­dentes conven­tions.… »
        « …Il y a d’autres ques­tions éthiques posées par la recherche effec­tuée au sein de Minatec, notam­ment avec le pro­jet Clinatec qui pré­voit de l’expérimentation médi­cale sur des humains, en dehors du ser­vice hos­pi­ta­lier public, ce qui serait une pre­mière inquié­tante en France.… »

        Rien ne bouge puisque tout est repris dans ce com­mu­ni­qué de l’ADES de 2012
        https://www.ades-grenoble.org/wordpress/2012/01/29/non-a-clinatec/

        Les mani­fes­ta­tions contre Minatec ont été dure­ment répri­mées.
        Mme Fioraso n’a pas vrai­ment à se glo­ri­fier de ces pôles de recherche, que Destot enten­dait bien expor­ter comme ici à Caen
        http://www.non-fides.fr/?caen-pas-de-minatec-ni-ici-ni

        sep article
      • Bonjour Caro,
        Merci pour ces infor­ma­tions. je com­prends mieux les remarques.

        je ne par­tage pas tou­jours la vue pro­po­sée – je trouve per­son­nel­le­ment déli­rant le der­nier lien qui asso­cie Minatec a de la sécu­rité, ce lien mélange tout, à la fois le RFID que je connais bien, la recon­nais­sance faciale qui n’ont rien à voir avec Minatec… enfin… ca encou­rage le fan­tasme et crée une mytho­lo­gie réac­tion­naire du contre, basée sur des argu­ments vrais (risques asso­ciés à ces tech­nos .…) mais com­plé­te­ment sans rap­ports avec le sujet Minatec et sur­tout déjà dépas­sées vu que tout existe… sans que nous l’ayons fait nous à Grenoble ou en France.
        pour com­pa­rer je pren­drais l’exemple du GPS / pro­jet Galileo : vu que tout va exis­ter /existe déjà, devons nous subir ceux qui mai­tri­se­rons le sujet ou pou­vons nous reprendre la main sur ce techno pour les contrô­ler un tant soit peu.
        refu­ser de regar­der ne fait que que les choses n’existent pas. Il faut plu­tôt essayer d’être acteur et de rendre le monde meilleur, si cela ne se fait pas à Grenoble.… cela se fera ailleurs, c’est ma cer­ti­tude.

        sep article
      • Quand l’ADES revient tou­jours et encore, il y en a marre, ce serait quand même inté­res­sant de sor­tir des dogmes ! Je com­prends Mme Fioraso, ce dogme, ce popu­lisme, cette Pravda moderne, c’est vrai­ment le repli sur soi, et la honte aux autres.
        Fioraso n’a pas à rou­gir de ses man­dats, conti­nuons à tuer l’é­co­no­mie de Grenoble, à lut­ter contre Minatec et autres outils d’in­no­va­tions, d’emplois, et d’a­ve­nir, et res­tons éco­los c’est ça la pro­messe de l’ADES, heu­reu­se­ment il y avait des élus comme Fioraso : tuons les, on tuera Grenoble.

        sep article
    • En même temps, les « éco­los » récolent un peu ce qu’ils sèment, hein…

      sep article
      • ????
        Qu’ont-ils semé ? Les Grenoblois les ont pré­fé­rés au PS repré­senté par le dau­phin de Destot. Election démo­cra­tique qui est pour­tant res­tée en tra­vers de la gorge de cer­tains que les son­dages don­naient faci­le­ment gagnants.
        Qu’ils bougent sim­ple­ment le petit doigt et toute la bonne gauche gou­ver­ne­men­tale leur tombe des­sus. Car c’est bien ça, le PS et ses alliés qui votent comme un seul homme toutes les dégueu­las­se­ries de l’é­tat d’ur­gence, du pou­voir donné aux poli­ciers, de la loi du tra­vail, du CESEDA pour mieux expul­ser les migrants, des dimi­nu­tions de sub­ven­tions aux col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales etc etc etc qui osent cri­ti­quer une autre gou­ver­nance que la leur, alors que cette gou­ver­nance doit faire face aux dimi­nu­tions de sub­ven­tions et aux lar­gesses de l’an­cienne muni­ci­pa­lité… !

        sep article
    • Certes, certes, mais le tram était un vrai plus en matière de ser­vice public et pas un délire trans­hu­ma­niste au ser­vice de la gloire de quelques man­da­rins et au pro­fit d’intérêts pri­vés.
      Et si le maire actuel n’est pas obsédé par la cohé­rence intel­lec­tuelle, autant mettre une cra­vate quand il va saluer les anciens com­bat­tants . Cela fait aussi parti du job, non ?
      Et quand toute cri­tique ou remarque est qua­li­fiée de « dia­tribe », ce n’est pas bon signe, même lorsque l’on est per­suadé d’être « les bonnes per­sonnes, au bon endroit, au bon moment  » (sic). Juste de quoi ren­for­cer le sur­nom (injuste et stu­pide) de Pol Pot que l’on entend de plus en plus. Dommage.

      sep article
  2. On aime / on aime pas
    n’empeche que sans la presqu’Ile, les labos, l’in­no­va­tion (…) qui jus­ti­fient le main­tient des uni­ver­si­tés Grenoble res­sem­ble­rait à Privas, Annonay ou au mieux à Gap ou Valence.
    Nous avons des gens de toutes natio­na­li­tés qui viennent étu­dier et tra­vailler, c’est une richesse humaine ca aussi
    Oui au vélo, non à l’obs­cu­ran­tisme et au repli sur soi, oui à l’in­no­va­tion

    sep article
    • Je par­tage votre ana­lyse, le dogme va finir par tuer Grenoble.

      sep article