Corinne Bernard : “Il faut un petit peu changer ses habitudes”

sep article



ENTRETIEN – Après la fermeture des bibliothèques Prémol et Hauquelin cet été, la pétition du collectif Touchez pas à nos bibliothèques continue de circuler pour demander à la Ville de Grenoble de faire marche arrière. Y compris sur son projet de “tiers-lieu” pour la bibliothèque Alliance. Le collectif appelle aussi à un moratoire sur les projets de reconversion des locaux. L’adjointe aux Cultures, Corinne Bernard, réagit à ces demandes, assure que la qualité du réseau est maintenue et que tout rentrera bientôt dans l’ordre… Faute de lancer le projet de la grande médiathèque métropolitaine qu’elle espérait, inaugurera-t-elle la première bibliothèque “tiers-lieu” de Grenoble ?

 

 

 

PlanDeSauvergardeCorinneBernardCreditSeverineCattiaux

Corinne Bernard, adjointe aux Cultures à Grenoble, le jour de l’an­nonce du « Plan de Sauvegarde des Services publics locaux de Grenoble ». © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

 

Place Gre’net – Quand vous voyez la réaction des gens, ne regretterez-vous pas d’avoir fermé, cet été, deux bibliothèques de proximité, Hauquelin et Prémol, et d’être amenée à convertir la bibliothèque Alliance en “tiers-lieu” ?

 

 

Corinne Bernard :  Ce que je regrette sur­tout, c’est qu’on est en 2016, à un moment où on a un pro­jet poli­tique pour Grenoble… Mais l’État serre la vis aux col­lec­ti­vi­tés pour faire des éco­no­mies alors qu’on pour­rait faire autre­ment, dif­fé­rem­ment… C’est sur­tout ça que je regrette.

 

UNESerieFermetureDesBibliothèquesCreditJoelKermabon-3

Fermeture de la biblio­thèque Hauquelin. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Et puis à un moment, cette ville, eh bien oui… elle est très endet­tée, il y a des choix qui ont été faits avant nous, plu­tôt fas­tueux, des charges que n’avait pas à prendre la Ville mais qu’aurait dû prendre la Métropole, par exemple. C’est plu­tôt cela que je regrette […].

 

Alors oui, on a un cap dif­fi­cile à pas­ser. Moi j’aurais rêvé dans ce man­dat de bâtir le pro­jet de la grande biblio­thèque qui nous manque, le pro­jet d’une média­thèque métro­po­li­taine, qui aurait pu fédé­rer, être ouverte peut-être sur d’autres ampli­tudes, quand les étu­diants ont des par­tiels, etc. C’est ça l’équipement qui nous manque… Mais bon, voilà, les finances de la Ville sont ce qu’elles sont en ce moment… On va recons­truire le théâtre à Prémol, on va faire des actions d’investissements à d’autres endroits dans l’année 2017…

 

 

 

Comment votre majorité, qui s’était érigée en garante des services publics et de la proximité, en est arrivée à fermer trois bibliothèques, même si l’une des trois le sera en partie seulement, depuis le “pas de côté” récemment consenti par le maire de Grenoble ?

 

 

Corinne Bernard - Depuis 2014, on a d’abord lancé un pro­jet d’établissement géné­ral. On a demandé à la direc­tion des biblio­thèques, comme aux autres direc­tions, de tra­vailler un pro­jet d’établissement…

 

PlanDeSauvegardeDesServicesPublics2CreditSeverineCattiaux

Annonce à la Presse du « Plan de Sauvegarde des Services Publics Locaux de Grenoble ». © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Dans le cadre du pro­jet qui nous pré­oc­cupe, il y a eu de nom­breuses choses évo­quées… comme par exemple faire une sec­tion jeu­nesse à la biblio­thèque Kateb Yacine, dépla­cer la biblio­thèque Jardin de ville à côté de la Maison de l’Internationale pour faire un pôle, etc. […].

 

Ensuite, en effet, ce pro­jet d’é­ta­blis­se­ment a un peu téles­copé notre plan de sau­ve­garde des ser­vices publics locaux qu’on a dû mettre en œuvre. Et on a dû faire des pro­po­si­tions pour, comme le dit le maire de Grenoble, pro­té­ger ce socle des ser­vices publics, contre la baisse des dota­tions. Et du coup, il nous fal­lait trou­ver 14 mil­lions d’euros. Donc toutes les direc­tions se sont mises au tra­vail. On a regardé dans cette direc­tion, comme dans toutes les autres, les marges d’économies. Nous, c’était les départs à la retraite […] Il s’a­git quand même d’un réseau de biblio­thèques, où en 2016, on avait 198 agents de Grenoble. Ce ne sont pas que des agents de biblio­thèques, il y a aussi des agents admi­nis­tra­tifs… C’est énorme !

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
4502 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Heu, y a per­sonne à la mai­rie pour contrô­ler un peu la com” de Madame Bernard ?
    Pasque là, ce mélange de de nov’­langue de bois, de vague condes­cen­dance et de pater­na­lisme (mater­na­lisme ?) , ajouté au « cause tou­jours, tu m’intéresse.. », ça va faire rien qu’à exci­ter la popu­lace.
    Et ça c’est pas bon pour digé­rer la dinde.…..

    sep article
  2. Argumentum ad cap­tan­dum …!

    sep article
  3. Non mais que les gens sont stu­pides ! Ils sont inca­pables de chan­ger leurs habi­tudes : Non mais fran­che­ment, mais qui donc nous a fichu un peuple pareil !

    Les gens réagissent car ils voient le seul ser­vice public de proxi­mité qui sub­siste dans leur quar­tier fer­mer !

    Si on veut faire des éco­no­mies, on peut les faire ailleurs que sur les biblio­thèques de quar­tiers qui sont les seules à avoir un rôle à l’é­poque d’in­ter­net.

    Simplement sur une meilleure ges­tion des mar­chés publics, nous avons cal­culé qu’on pou­vait faire entre 3 à 5 mil­lions d’eu­ros d’é­co­no­mie par an.

    sep article