Corinne Bernard : “Il faut un petit peu changer ses habitudes”

sep article

Fête comme chez vous Ville de Grenoble

ENTRETIEN – Après la fermeture des bibliothèques Prémol et Hauquelin cet été, la pétition du collectif Touchez pas à nos bibliothèques continue de circuler pour demander à la Ville de Grenoble de faire marche arrière. Y compris sur son projet de “tiers-lieu” pour la bibliothèque Alliance. Le collectif appelle aussi à un moratoire sur les projets de reconversion des locaux. L’adjointe aux Cultures, Corinne Bernard, réagit à ces demandes, assure que la qualité du réseau est maintenue et que tout rentrera bientôt dans l’ordre… Faute de lancer le projet de la grande médiathèque métropolitaine qu’elle espérait, inaugurera-t-elle la première bibliothèque “tiers-lieu” de Grenoble ?

 

 

 

PlanDeSauvergardeCorinneBernardCreditSeverineCattiaux

Corinne Bernard, adjointe aux Cultures à Grenoble, le jour de l’annonce du « Plan de Sauvegarde des Services publics locaux de Grenoble ». © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

 

Place Gre’net – Quand vous voyez la réaction des gens, ne regretterez-vous pas d’avoir fermé, cet été, deux bibliothèques de proximité, Hauquelin et Prémol, et d’être amenée à convertir la bibliothèque Alliance en “tiers-lieu” ?

 

 

Corinne Bernard :  Ce que je regrette surtout, c’est qu’on est en 2016, à un moment où on a un projet politique pour Grenoble… Mais l’État serre la vis aux collectivités pour faire des économies alors qu’on pourrait faire autrement, différemment… C’est surtout ça que je regrette.

 

UNESerieFermetureDesBibliothèquesCreditJoelKermabon-3

Fermeture de la bibliothèque Hauquelin. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Et puis à un moment, cette ville, eh bien oui… elle est très endettée, il y a des choix qui ont été faits avant nous, plutôt fastueux, des charges que n’avait pas à prendre la Ville mais qu’aurait dû prendre la Métropole, par exemple. C’est plutôt cela que je regrette […].

 

Alors oui, on a un cap difficile à passer. Moi j’aurais rêvé dans ce mandat de bâtir le projet de la grande bibliothèque qui nous manque, le projet d’une médiathèque métropolitaine, qui aurait pu fédérer, être ouverte peut-être sur d’autres amplitudes, quand les étudiants ont des partiels, etc. C’est ça l’équipement qui nous manque… Mais bon, voilà, les finances de la Ville sont ce qu’elles sont en ce moment… On va reconstruire le théâtre à Prémol, on va faire des actions d’investissements à d’autres endroits dans l’année 2017…

 

 

 

Comment votre majorité, qui s’était érigée en garante des services publics et de la proximité, en est arrivée à fermer trois bibliothèques, même si l’une des trois le sera en partie seulement, depuis le “pas de côté” récemment consenti par le maire de Grenoble ?

 

 

Corinne Bernard – Depuis 2014, on a d’abord lancé un projet d’établissement général. On a demandé à la direction des bibliothèques, comme aux autres directions, de travailler un projet d’établissement…

 

PlanDeSauvegardeDesServicesPublics2CreditSeverineCattiaux

Annonce à la Presse du « Plan de Sauvegarde des Services Publics Locaux de Grenoble ». © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Dans le cadre du projet qui nous préoccupe, il y a eu de nombreuses choses évoquées… comme par exemple faire une section jeunesse à la bibliothèque Kateb Yacine, déplacer la bibliothèque Jardin de ville à côté de la Maison de l’Internationale pour faire un pôle, etc. […].

 

Ensuite, en effet, ce projet d’établissement a un peu télescopé notre plan de sauvegarde des services publics locaux qu’on a dû mettre en œuvre. Et on a dû faire des propositions pour, comme le dit le maire de Grenoble, protéger ce socle des services publics, contre la baisse des dotations. Et du coup, il nous fallait trouver 14 millions d’euros. Donc toutes les directions se sont mises au travail. On a regardé dans cette direction, comme dans toutes les autres, les marges d’économies. Nous, c’était les départs à la retraite […] Il s’agit quand même d’un réseau de bibliothèques, où en 2016, on avait 198 agents de Grenoble. Ce ne sont pas que des agents de bibliothèques, il y a aussi des agents administratifs… C’est énorme !

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4260 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Heu, y a personne à la mairie pour contrôler un peu la com’ de Madame Bernard ?
    Pasque là, ce mélange de de nov’langue de bois, de vague condescendance et de paternalisme (maternalisme ?) , ajouté au « cause toujours, tu m’intéresse.. », ça va faire rien qu’à exciter la populace.
    Et ça c’est pas bon pour digérer la dinde……

    sep article
  2. Argumentum ad captandum …!

    sep article
  3. Non mais que les gens sont stupides! Ils sont incapables de changer leurs habitudes: Non mais franchement, mais qui donc nous a fichu un peuple pareil!

    Les gens réagissent car ils voient le seul service public de proximité qui subsiste dans leur quartier fermer!

    Si on veut faire des économies, on peut les faire ailleurs que sur les bibliothèques de quartiers qui sont les seules à avoir un rôle à l’époque d’internet.

    Simplement sur une meilleure gestion des marchés publics, nous avons calculé qu’on pouvait faire entre 3 à 5 millions d’euros d’économie par an.

    sep article